Depuis l’annonce du départ du directeur général de l’organisation mondiale du commerce (OMC), le Brésilien Roberto Azevedo, les candidats à son remplacement en Afrique se sont prononcés dans plusieurs pays. Fort d’une brillante carrière de juriste, diplomate et femme d’Etat, la Kenyane Amina Mohamed, est entrée en lice.


A 59 ans cette diplomate de carrière est ministre de l’éducation depuis 2018. Elle a été ministre des affaires étrangères entre 2013 et 2018. Cette juriste formée à l’Université de Kiev intègre le gouvernement kényan en 1985. Elle a donc travaillé tour à tour avec le président Daniel Arap Moi, décédé à 96 ans en février dernier. Ensuite avec Mwai Kibaki avant de rejoindre l’équipe de l’actuel chef d’Etat, Uhuru Kenyatta.


Rappelons que entre 2000 et 2006 Amina Mohamed est ambassadrice du Kenya à Genève. Au cours de cette période elle préside le groupe africain à la commission des droits de l’homme de l’OMC. C’est dire qu’elle a tissé des liens avec l’institution et dispose d’un carnet d’adresse à la hauteur de ses ambitions.


Un profil de juriste pour une institution de commerce
Aussi admirable soit-il, le profil d’Amina Mohamed aurait été mieux dans la course pour la présidence d’une institution à obédience juridique. L’Afrique, quand elle choisirait de présenter une candidature unique, ne se risquera pas de s’aligner derrière un candidat qui n’a pas une certaine maîtrise du commerce mondial. Ceci d’autant plus que la crise économique engendrée par la COVID 19 devra être solutionnée par la relance du commerce mondial. Par conséquent de nombreux pays développés seront regardant sur les aptitudes économistes du futur remplaçant de Roberto Azevedo.


Il faut dire aussi qu’à la faveur de la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis, et l’UE d’une certaine façon, l’Afrique se présente comme la partie neutre. Il ne serait pas étonnant qu’une candidature africaine reçoive le soutien des grandes puissances commerciales du monde. Pour autant il faudra présenter un candidat disposant d’un background important dans la finance et le commerce.


Amina Mohamed : « Nous avons besoin de quelqu’un ayant la bonne expérience »
En prélude à l’annonce de sa candidature, dans une interview récente accordée à nos confrères du Financial Times, Amina Mohamed a indiqué que « nous avons besoin de quelqu’un ayant la bonne expérience, quelqu’un qui est attaché au système multilatéral… mais qui a également la stature politique pour être un facilitateur efficace et un constructeur de consensus… S’il se trouve que cette personne est Africaine ou que c’est une femme, je pense que ce sera tellement mieux ».


Hélas que ce propos diplomatique fasse référence à Amina Mohamed elle-même. Car l’annonce de la candidature la ministre kényane a fait des remous dans la presse africaine qui estime qu’elle a un rôle diplomatique à jouer pour soutenir un candidat africain rompu aux questions commerciales et financières.

« Il est important d’être inclusif et de montrer que les membres savent que chaque partie du globe peut apporter une contribution positive au fonctionnement de l’OMC »

Amina Mohamed


In fine Amina Mohamed rappelle qu’« Il est important d’être inclusif et de montrer que les membres sachent que chaque partie du globe peut apporter une contribution positive au fonctionnement de l’OMC ». Une façon d’inviter les pays développés à considérer l’Afrique comme une option dans le remplacement du Brésilien qui quittera prématurément son poste en août prochain.


Onesiphore Nembe

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here