Le prix Nobel de la paix 2019 a été décerné vendredi 11 novembre à Abiy Ahmed. Cette reconnaissance internationale accordée au premier ministre éthiopien survient quelques mois après le rapprochement, la réconciliation et la relance de l’activité diplomatique avec l’Erythrée voisine.

Depuis son arrivée à la primature éthiopienne courant 2018, Abiy Ahmed a fait de la redynamisation des relations avec l’Erythrée voisine l’axe prioritaire de sa politique étrangère. La page de la guerre entre les deux pays 1998-2000 a donc été définitivement tournée au grand bonheur d’Asmara. On se souvient que cette guerre avait causé la mort de 54 000-137 000 victimes.

Le Nobel de la paix vient donc récompenser le rapprochement opéré depuis le 5 juin 2018. En effet cette date marque l’annonce par l’EPRDF, parti au pouvoir en Ethiopie de sa détermination à appliquer désormais les accords d’Alger en vue de renouer avec le voisin érythréen issue de la sécession en 1993. On se souvient que le 8 juillet dernier le premier ministre éthiopien s’était rendu en visite officielle à Asmara. Suivi une semaine plus tard de la visite du président érythréen sur fond d’ouverture d’une ambassade dans la capitale éthiopienne. Depuis lors, Asmara avec un PIB de 2,2Milliards de dollars, et Addis Abeba 80 milliards de dollars ont jeté les bases d’une coopération économique intéressante.

Par le passé le prix Nobel de la paix a été accordée plusieurs fois aux africains ces dernières années. Récemment en 2015 il a été attribué au Quartet tunisien composé de Wided Bouchamaoui, Houcine Abassi, Abdessatar Ben Moussa et Mohamed Fahd

Le prix Nobel de la paix 2019 a été décerné vendredi 11 novembre à Abiy Ahmed. Cette reconnaissance internationale accordée au premier ministre éthiopien survient quelques mois après le rapprochement, la réconciliation et la relance de l’activité diplomatique avec l’Erythrée voisine.

Depuis son arrivée à la primature éthiopienne courant 2018, Abiy Ahmed a fait de la redynamisation des relations avec l’Erythrée voisine l’axe prioritaire de sa politique étrangère. La page de la guerre entre les deux pays 1998-2000 a donc été définitivement tournée au grand bonheur d’Asmara. On se souvient que cette guerre avait causé la mort de 54 000-137 000 victimes.

Le Nobel de la paix vient donc récompenser le rapprochement opéré depuis le 5 juin 2018. En effet cette date marque l’annonce par l’EPRDF, parti au pouvoir en Ethiopie de sa détermination à appliquer désormais les accords d’Alger en vue de renouer avec le voisin érythréen issue de la sécession en 1993. On se souvient que le 8 juillet dernier le premier ministre éthiopien s’était rendu en visite officielle à Asmara. Suivi une semaine plus tard de la visite du président érythréen sur fond d’ouverture d’une ambassade dans la capitale éthiopienne. Depuis lors, Asmara avec un PIB de 2,2Milliards de dollars, et Addis Abeba 80 milliards de dollars ont jeté les bases d’une coopération économique intéressante.

Par le passé le prix Nobel de la paix a été accordée plusieurs fois aux africains ces dernières années. Récemment en 2015 il a été attribué au Quartet tunisien composé de Wided Bouchamaoui, Houcine Abassi, Abdessatar Ben Moussa et Mohamed Fahdel Mahmoud. Courant 2018 c’est la militante Nadia Murad Murad et le médecin congolais Denis Mukwege qui avaient été récompensés par le comité du Nobel.

el Mahmoud. Courant 2018 c’est la militante Nadia Murad Murad et le médecin congolais Denis Mukwege qui avaient été récompensés par le comité du Nobel.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here