Le siège de SMMC à Toamasina

Efficacité portuaire : Madagascar réaménage le personnel

économie


Un conseil d’administration de la Société de Manutention des Marchandises Conventionnelles (SMMCA) se tient à ANTANANARIVO (capitale malgache) le 14 août 2018. Cette instance entérine le changement à des hautes fonctions au sein de la société.

Ainsi, Rosalien Niriko TSIRENGE devient Directeur Général (DG) de la SMMC, selon le dernier conseil des Ministres et remplace Jean BERTHIN qui a occupé cette fonction depuis mars 2008. De son côté, Yves Renaud RANAIVOARIMALALA, Président du Conseil d’Administration (PCA) depuis septembre 2017 laisse sa place à Julien SALAVA, un économiste faisant fonction de Conseiller auprès de la Présidence de la République. En plus, le nouveau PCA est originaire de VATOMANDRY, même contrée que l’ancien DG.

Ce changement, notamment de la tête de la direction générale est attendu par le personnel après des années de frustration et de soumission morale. Il y a des problèmes de gestion du personnel depuis près de cinq années. D’autant plus que DG depuis plus de dix années de suite sans interruption, Jean BERTHIN reste mal vu par des partisans de la bonne gouvernance.

La SMMC est une société d’Etat créée au Port de TOAMASINA suite à l’éclatement de la grande société SEPT (Société d’Exploitation du Port de Toamasina) suivant la réforme portuaire à Madagascar. Comme son nom d’indique, la SMMC, mise sur pied en février 2008, est un concessionnaire des activités liées à la manutention des marchandises conventionnelles, c'est-à-dire les marchandises non conteneurisées, auprès de la grande société SPAT (société du Port à gestion Autonome de Toamasina).

Dans ce sens, la SMMC avec près de 400 personnel œuvre à 30 % des activités du Grand port de l’Est de Madagascar. Elle est le deuxième concessionnaire au sein de ce dernier et s’occupe de la manutention de la grande partie des marchandises non-conteneurisées. Citons les voitures, les sacheries, les minerais, les métaux, les marchandises en vrac liquides et solides tels que l’huile, le riz, le ciment…etc.

La direction d’une entreprise ne se résume pas seulement à l’aspect technique. L’implication des collaborateurs, la liberté syndicale et le respect de la convention collective sont d’une grande importance. Ce que l’ancien DG aurait minimisé.

James RAMAROSAONA

(ANTANANARIVO, 14/08/2018)



0 Commentaires

    No Comments


Ajouter un commentaire