Mustapha Bakkoury, président de Masen, et Dr Bachir Ismaël Ouedraogo, ministre brukinabais de l'Énergie

Production énergétique au sud du Sahara : Arrêt sur quelques actions marocaines

énergie


Le Maroc est un digne pays du continent. Il sait venir à la rescousse de ses pays frères et amis. Depuis de nombreuses années, le Royaume chérifien s’investit dans toute l’Afrique avec son expertise énergétique.

Incontestable. Le Maroc est un poids lourd en matière d’énergie pour tout le continent africain. Il apporte son expertise, son appui aux pays qui en ressentent le besoin. Que ce soit au sud du Sahara ou encore dans d’autres régions de l’Afrique, les projets parlent d’eux-mêmes.

La position de leader du Maroc est reconnue un peu partout. Une année plus tôt, un spécialiste américain l’a confirmé. Visiblement, le pays se positionne comme une main secourable pour les pays du sud, un modèle novateur.  « Fort de son expertise dans les domaines de l’énergie propre et renouvelable et de la sécurité alimentaire, le Maroc a réussi avec brio le pari de mettre en place un nouveau modèle de coopération Sud-Sud en Afrique », a déclaré Washington Rabi Mohtar, professeur et chercheur à Texas A&M University et de surcroît spécialiste de l’énergie de l’eau et l’environnement.

Burkina-Maroc en mode énergie renouvelable                                                                   

Un exemple parmi tant d’autres.  Au mois de juin dernier, le Maroc et le Burkina Faso ont signé une convention-cadre de coopération dans le domaine des énergies renouvelables. L'accord vient en appui à un partenariat en cours et orienté vers le partage d'informations, d'expériences et d'expertise dans le domaine des énergies renouvelables.

 

«Chez Masen, nous croyons fermement que le partage d'expertise et de savoir-faire avec nos voisins du Sud et du Nord est essentiel au développement technologique… »

 

Selon un communiqué de presse diffusé par l’Agence marocaine de l'énergie solaire (MASEN), c’est une nouvelle ère de coopération plus renforcée qui s’ouvre entre le Maroc du Maghreb et le Burkina, un pays de l’Afrique de l’ouest. «Chez Masen, nous croyons fermement que le partage d'expertise et de savoir-faire avec nos voisins du Sud et du Nord est essentiel au développement technologique et économique des énergies renouvelables, afin d'en faire des technologies compétitives et accessibles», a commenté Mustapha Bakkoury lors de la signature de l'accord.

Puis l’apport de Vinci Energies-Cegelec Maroc                                                   

L’entreprise Vinci Energies-Cegelec Maroc n’en est pas du reste. Cette compagnie marocaine travaille depuis une année sur un projet devant relier les quatre pays membres de l'Organisation pour la mise en valeur du fleuve Gambie (OMVG). Il s’agit du Sénégal, de la Guinée Bissau, la Gambie et la Guinée Conakry. Elle est censée de l’électricité- sa spécialité- sur une distance de 1 677 km. «Ce projet permettra d’accélérer les échanges en énergie électrique entre ces 4 pays», indique-ton du côté de l’administration de Vinci Energies.

Pour un montant total de 670 millions d’euros, le chantier est cofinancé à hauteur de 40 millions d'euros par les Etats de l’OMVG et l'Agence française de développement (AFD) de même que sept autres bailleurs de fonds et naturellement les quatre Etats membres de l'OMVG. Le chantier consiste à réaliser une ligne d'interconnexion électrique haute tension d'une capacité de transit de 800 MW. Un projet qui démontre encore une fois la volonté du Maroc et de ses entreprises à fournir à tout le continent une énergie propre, fiable et bénéfique à tous.

Assou Afanglo 



0 Commentaires

    No Comments


Ajouter un commentaire