Johannesburg n'a rien a envié aux capitales des pays dits développés, cette ville sud-africaine comme tant d'autres en Afrique témoignent de la renaissance économique du continent africain objet des pillages depuis cinq siècles

Du Maroc en Afrique du Sud les pays africains se développent vite

économie


Progressivement l’Afrique sort d’une époque où ses besoins en appelaient à des élans de cœur, certes utiles, mais blâmables tout bien considéré. Heureusement !

En effet ces dernières années le slogan de l’émergence lancé par de nombreux Etats du continent se réalise sur le terrain par la construction effective des infrastructures dont la grandeur affichent clairement l’ambition du continent africain de doper son économie, plus encore, d’accroître sa part si infime aujourd’hui dans l’économie mondiale. C’est le cas des nombreux ports qui ont vu le jour sur la côte ouest africaine, cas de Kribi au sud du Cameroun ou de Doraleh, à Djibouti, dans l’Est du continent. Les autoroutes remplacent de plus en plus les pistes nationales crevassées, au grand bonheur des échanges nationaux d’une part, et régionaux d’autre part.

C’est sans compter la croissance de la production d’énergie électrique du continent, qui, pour la première fois dépasse celle de la population africaine. Cette progression de la production énergétique est portée par des centrales de taille modeste, solaires pour la plupart. Dans ce chantier la région Est-africaine est championne. Parlant du solaire off-grid, la ministre rwandaise de l’Energie, Germaine Kamayirese, a annoncé récemment l’atteinte de la couverture universelle d’ici 2024 grâce entre autres, à l’énergie solaire. L’avènement dans certains pays du continent de l’énergie nucléaire présente dans une vie antérieure au Congo Kinshasa et maintenant encore en Afrique du Sud, n’est plus qu’une question de temps. Résolument le Ghana, le Nigeria, le Soudan et le Niger s’orientent vers ce but.

Sur le plan de la santé, on constate un recul du nombre de personnes qui se soignent en dehors du continent, une conséquence salutaire de la construction des hôpitaux de référence. Les plateaux techniques au Maroc, en Afrique du Sud, au Nigeria, pour citer nommément ces trois pays, n’ont plus assez à envier aux hôpitaux et cliniques des pays développés. Le Niger n’est pas loin des standards depuis l’ouverture de l’hôpital général de référence de Niamey, où le seul service chirurgie dispose de 148 lits et de 23 chirurgiens. Ce pays dont Ibrahim Souleymane, éditorialiste à Afrique Progrès Magazine à interviewer de nombreux hauts responsables, rend compte d’une révolution en marche. Et cela, vous le trouverez dans notre dossier spécial sur le Niger à partir de la page 30.

Vous l’aurez compris, l’émergence est effectivement en marche dans notre Afrique.

Onésiphore Nembe, Directeur de Publication



0 Commentaires

    No Comments


Ajouter un commentaire