Centrale solaire Noor de Ouarzazate

Rabat récompensé pour sa Lutte contre le changement climatique

environnement


Le royaume chérifien confirme son statut de modèle environnemental et écologique dans le dernier classement de l’Indice de performance de changement climatique 2019, publié en début d’année.

Selon le récent classement de l’Indice de performance de changement climatique 2019 (IPC-2019) publié le 6 janvier dernier, le Maroc s’en tire comme étant le 2e pays le plus performant, en se positionnant au 5 e rang mondial. Le Maroc vient directement après la Suède (1 er) et avant la Lituanie (3 e ). En réalité, sa 5 e place se justifie par le fait que, d’après l’IPC 2019, les trois Premières places sont vides. La raison est due au fait qu’« aucun pays n’est assez performant pour atteindre le top du classement de l’indice de cette année ». Sur 56 pays évalués, le Maroc améliore ainsi son rang, en gagnant une place par rapport au classement 2018. Sur le plan continental, le pays de Mohammed VI occupe la première place, ainsi que dans le monde arabe. Les performances intermédiaires sont enregistrées par le groupe constitué de la France, du Mexique, de l’Allemagne et de la République tchèque. La queue du classement est occupée par l’Arabie saoudite, les Etats-Unis, l’Iran, la République de Corée et le Taipei chinois qui ont enregistré des scores mauvais ou très mauvais dans presque toutes les catégories.

Ce nouveau laurier est le fruit d’une politique savamment menée par le royaume chérifien ces dernières années pour renforcer la part des énergies renouvelables développer dans le mix énergétique du pays et développer de nouvelles capacités d’énergie renouvelable. La réalisation la plus notable est la connexion de la plus grande centrale solaire au monde (Noor de Ouarzazate ; Ndlr) et plusieurs nouveaux parcs éoliens au réseau électrique national. Une prouesse qui a motivé les auteurs du rapport IPC-2019 à déclarer que le pays est « sur une bonne voie d’atteindre son objectif de 42% de capacités d'énergie renouvelable installées en 2020 et de 52% en 2030 ».

Mention « Bien » en matière de politique énergétique et d’émission de GES Plusieurs critères étaient évalués dont « émissions de gaz à effet de serre » et « politique énergétique » où le Maroc s’est positivement démarqué. Dans la catégorie « émissions de gaz à effet de serre », le pays a obtenu la note « Bien », pour avoir consenti des efforts afin d’atteindre un très faible niveau d’émissions. Dans la catégorie « politique climatique », le Maroc a également obtenu la mention « Bien » pour sa stratégie 2050, programme à long terme visant à faire du pays un acteur de premier plan au niveau planétaire.

L’Indice de performance de changement climatique 2019 a été élaboré par les ONG Germanwatch, New Climate Institute et Climate Action Network International. L’indice de performance des changements climatiques (CCPI) est conçu pour améliorer la transparence de la politique climatique internationale. Son objectif est d’exercer une pression politique et sociale sur les pays qui n’avaient pas encore pris de mesures ambitieuses et prudentielles en matière de protection du climat et de mettre en lumière les pays dont les meilleures politiques sont sources d’inspiration. Les résultats du classement sont définis par la performance agrégée d’un pays concernant 14 indicateurs dans les quatre catégories suivantes : émissions de gaz à effet de serre, énergies renouvelables, consommation d’énergie et politique climatique.

Gibrile KENFACK TSABDO



0 Commentaires

    No Comments


Ajouter un commentaire