L’aéroport international de Douala se dote d’une centrale solaire de 1,2 MW

Cameroun : l’aéroport international de Douala se dote d’une centrale solaire de 1,2 MW

énergie


 

Après l’aéroport international de Mombassa au Kenya, l’Aéroport international de Douala vient de se doter d’une centrale solaire de 1,2MW. Objectif : Réduire les émissions de CO2 pour atteindre les objectifs de l’OACI en matière de changement climatique.

 

L’Aéroport international de Douala devient le deuxième en Afrique à se doter d’une centrale solaire pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre. L’infrastructure inaugurée le 10 janvier dernier par le ministre camerounais des transports, Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe, en présence entre autres du représentant de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale, du gouverneur de la région du Littoral, de l’Autorité aéronautique du Cameroun et des directeurs des Aéroports du Cameroun (ADC), dispose d’une capacité de 1,2 MW.

 

Emmanuel Batamag, notre confrère de Afrik.com indique que « l’électricité générée par le parc photovoltaïque sera utilisée pour alimenter les avions en stationnement aux passerelles, ce qui permettra d’éliminer les émissions de dioxyde de carbone résultant du fonctionnement des moteurs et des groupes auxiliaires de puissance des avions. » ceci rentre dans les orientations données dans les résolutions A37-19 de 2010 et A38-18 du 4 octobre 2013 de l’Assemblée de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI).  

 

Au total ce sont 13.000 m2 de panneaux solaires qui ont été placés. Et ce projet dénommé « Solar-at-Gate », devrait à terme s’étaler sur 24.000 m2. Coût total : 6,5 millions d’euros.

 

A noter que « Solar-at-Gate », s’inscrit dans le cadre de l’initiative « Renforcement des capacités pour la réduction des émissions de CO2 de l’aviation internationale ». Sous l’égide de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale, elle est financée par l’Union européenne. D’après les prévisions elle doit être exécutée dans 14 pays dont 12 en Afrique et deux dans les Caraïbes. De nombreux objectifs sous-jacents. Entre autres ; soutenir les efforts déployés par les pays pour élaborer et mettre en œuvre leurs plans d’action sur la réduction des émissions de CO2 de l’aviation internationale, réduire les émissions de CO2 dans le but d’atteindre les objectifs de l’OACI en matière de changement climatique

 

La construction a été assurée par le français Sagemcom, leader du marché européen des terminaux communicants à haute valeur ajoutée.

Le secteur aéroportuaire camerounais fortement critiqué

Alors que le secteur aéroportuaire camerounais connait des critiques à cause de la gestion inefficace, voire incompétente de la compagnie aérienne nationale CamerCo. Récemment de nombreux médias nationaux camerounais ont relayé l’information sur un retrait de la licence à cette compagnie. L’exploitation se poursuit encore avec un fort accent sur les vols domestiques et régionaux.

La centrale solaire de l’aéroport international de Douala permet donc d’oublier u tant soit peu les dissonances du management de cette société. Elle porte à croire que les autorités n’ont pas démissionné sur le sujet de la préservation de l’environnement au moins. De quoi satisfaire les attentes des acteurs de la préservation de l’environnement au Cameroun.

Onésiphore Nembe 



0 Commentaires

    No Comments


Ajouter un commentaire