Felix Tshisekedi, chef de l'UDPS, candidat à la présidentielle, après avoir voté dans un bureau de vote à Kinshasa, RDC, le 30 décembre 2018. © REUTERS/Kenny Katombe

Congo RDC : Felix Tshisekedi remporte la présidentielle

économie


Felix Tshisekedi, 55 ans, fils du défunt opposant Etienne Tshisekedi, président de l’UDPS depuis 2017, vient de remporter la présidentielle congolaise du 30 décembre 2018. Avec 38,57%, il passe en tête devant martin Fayulu (34,8%) et Emmanuel Ramazani (23,8%).

Les luttes du peuple congolais ont payé. Joseph Kabila quittera le fauteuil présidentiel le 18 janvier prochain pour le céder à Felix Tshisekedi. A 55 ans le fils de l’opposant mythique, Etienne Tshisekedi, sort vainqueur de l’élection du 30 janvier dernier. Et Emmanuel Ramazani, dauphin du président sortant et ministre de l’intérieur du dernier gouvernement, se classe 3ème avec 23,8%.

Suite à la proclamation des résultats, Félix Tshisekedi est sorti pour saluer le travail de la CENI. Celui qui a été élu député en 2011 et qui n’a jamais siégé en raison de la position de son père contre la réélection de Kabila, a tendu la main au président sortant. « Je rends hommage au président Joseph Kabila. Aujourd’hui, nous ne devons plus le considérer comme un adversaire, mais plutôt comme un partenaire de l’alternance démocratique dans notre pays », a déclaré le président de l’UDPS.

Martin Fayulu qui était donné pour vainqueur par les sondages est monté au créneau pour dénoncer un putsch électoral. L’opposant a demandé à la conférence épiscopale de publier elle aussi les résultats de cette présidentielle récoltés en parallèle. Sauf que la participation de la conférence épiscopale dans cette présidentielle ne peut aller jusqu’à la proclamation de quelconque résultats au risque de se voir interpeller pour ingérence.

Paris opposé aux résultats de cette présidentielle

Paris a de son côté refuser les résultats des urnes.  « Il semble bien que les résultats proclamés ne soient pas conformes aux résultats que l’on a pu constater ici ou là… Cela peut mal tourner, parce que M. Fayulu était a priori le leader sortant de ces élections » a déclaré le ministre français des affaires étrangères. Paris essaierait-il de faire passer le candidat Martin Fayulu ? « La France a saisi le Conseil de sécurité en fin de semaine dernière pour que les résultats constatés soient les résultats réels », selon les propos de Jean Yves Le Drian. « Elle [Ndlr la France] souhaite que les chefs d’Etat africains et les organisations africaines puissent agir pour que les résultats soient les vrais résultats des élections » comme le conclut le ministre français des affaires étrangères.

Ce soutien français à la candidature de Martin Fayulu n’est guère anodin. En effet Paris essaye de porter l’équipe soutenue par Moïse Katumbi au pouvoir, cela en raison des bonnes relations que ce dernier entretient avec les autorités.  

De son côté le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a exhorté toutes les parties prenantes à cette présidentielle à « s’abstenir d’actes violents et à régler tout contentieux électoral par les mécanismes institutionnels établis conformément à la Constitution de la RDC et aux lois électorales pertinentes ».

En attendant la fin du contentieux électoral le 15 janvier, Félix Tshisekedi voit le terme d’une lutte pour le pouvoir menée par sa famille depuis l’ère du président Mobutu. Il devrait prendre les rênes du pouvoir le 18 janvier prochain. Et le défi de ramener la paix là où des millions de morts sont tombés depuis 1997 se pose. D’autres défis se posent sur le plan économique, mais il peut compter sur des dignitaires de la politique congolaise tels que Vital Kamerhe, l’ancien président du parlement congolais.

Onésiphore NEMBE



0 Commentaires

    No Comments


Ajouter un commentaire