Sous électrifié, le Mali verra bientôt la construction d'une centrale solaire de 40MW pour alimenter une exploitation d'or à Syama

Mali : une centrale solaire hybride de 40 MW pour alimenter une mine d’or

énergie


La compagnie Resolute Mining, présente au Mali dans l’exploitation de l’or à Syama depuis 25 ans, va initier en partenariat avec Ignite Energy Projects, les travaux de construction d’une centrale hybride de 40 MW. Ce chantier qui va commencer dans les mois à venir, s’achèvera en 2020 et toute la production énergétique servira à faire tourner la mine dans un pays où le taux d’électrification en reste à moins de 15% dans les zones rurales.

Jusqu’à présent la compagnie minière Resolute Mining tourne grâce à 28MW produits par une centrale qui fonctionne au diesel. Mais à la suite de la signature de l’accord entre Resolute Mining et Ignite Energy Projects, les deux entreprises vont initier les travaux de la centrale hybride qui alimentera la mine courant 2020. On sait pour l’heure que cette centrale fonctionnera avec le mazout lourd et la batterie du solaire. Cette combinaison permettra une réduction des coûts énergétiques de Resolute Mining de 40%.  Les émissions de gaz à effet de serre de la mine vont aussi connaître une diminution sensible du même ordre. Pourtant on aurait pu aller directement vers une production électrique verte en optant pour le solaire seul ce qui garantissait de facto au Mali de rentrer dans la politique menée à l’échelle continentale d’une industrialisation verte. Mais tout bien considéré celle-ci présentait moins d’intérêt sur le plan financier. Hélas !

Cette centrale à construire dans la localité de Syama dans la commune de Fourou au sud du Mali, a-t-on appris de source proche du dossier, sera la centrale hybride la plus importante dans le monde à être intégré dans une exploitation minière hors réseau. C’est dire que toute la production électrique de cette centrale permettra de faire tourner la mine et ne profitera pas aux ménages maliens sous électrifiés. Et l’Etat dans ce chantier, n’a pris aucune part car à l’issue de la construction, le contrat de développement de la centrale stipule que Ignite est chargé de concevoir, financer, construire et exploiter la centrale en pratiquant des tarifs maximums sur un délai compris entre 12 et 20 ans.

Un contrat qui satisfait certains

Mais il s’en trouve des personnes que ce deal a satisfait complètement. John Welborn, le PDG de Resolute Mining donc la compagnie est présente à Syama au Mali, à Bibiani au Ghana, à Ravenswood en Australie, ainsi qu’en Egypte où elle travaille dans l’exploration de deux sites, s’est félicité de cette signature très intéressante pour les actionnaires de sa société. «Ce projet s'inscrit dans le cadre de nos efforts continus visant à utiliser l'innovation et la technologie pour optimiser et améliorer nos opérations de Syama et obtenir des résultats exceptionnels pour nos actionnaires » a-t-il déclaré.

 

Dans l’assiette de la production énergétique malienne, la part de l’électricité est de 4%. La capacité énergétique installée du pays reste en deçà des 400 MW

 

Dire que le Mali en est encore à des niveaux d’électrification de l’ordre de 17% à l’échelle nationale, ce qui en fait l’un des pays les moins électrifiés du continent. En milieu rural en 2005 le taux d’électrification était à 1% avant de passer à 11,2% en 2009. Il faut en plus souligner que dans l’assiette de la production énergétique malienne, la part de l’électricité est de 4%. La capacité énergétique installée du pays reste en deçà des 400 MW et est essentiellement portée par les Centrales hydroélectriques de Manantali, de Sélingué et des centrales thermiques telles que Darsalam ou encore Balingué. Celles-ci disposent respectivement de 104,0 MW, 46,2 MW, 39,1 MW et 31, 7 MW.

Onésiphore Nembe



0 Commentaires

    No Comments


Ajouter un commentaire