Centrale géothermique Olkaria au Kenya

Energies renouvelables : Uhuru Kenyatta voit grand pour le Kenya

énergie


Avec le potentiel d’énergie géothermique le plus important du continent africain, une bonne ressource hydraulique disponible, le Kenya voit désormais toute sa production énergétique provenant des énergies renouvelables. Uhuru Kenyatta, le président de la république vient d’annoncer les intentions de son pays d’atteindre la barre de 100% de ses besoins énergétiques grâce au renouvelable à l’horizon 2020 contre 80% actuellement.

 

Le président kenyan, Uhuru Kenyatta dont l’équipe travaille à l’atteinte d’un taux d’électrification universel, indiquait dans une sortie début novembre, que son pays devrait assurer 100% de sa production énergétique grâce aux énergies renouvelables à l’horizon 2020. « Notre objectif est d’atteindre 100% de satisfaction de nos besoins grâce aux énergies renouvelables, d’ici 2020. Dans le même temps, nous comptons porter le taux d’électrification national à 100%, tout en minimisant les coûts énergétiques afin de développer notre secteur industriel » a-t-il martelé.

 

Les énergies géothermique et hydroélectrique comme socle de la politique énergétique kényane

Dans cette ambition kényane la part de l’énergie géothermique et celle de l’énergie hydroélectrique va connaitre une augmentation forte. Concernant la seule énergie géothermique, Nairobi, voudrait en 2030, disposer d’une production nationale de 5 GW. Jusqu’’en 2017 la part de la biomasse dans le mix-énergétique kényan était de 71%. En 2016 la géothermie : représentait à elle seule 44% de la production kényaneL’énergie hydraulique quant à elle représentait 36% tandis que l’énergie thermique pesait moins de 20%. Tous calculs effectués, le mix-énergétique kényan ressort le chiffre de 80% pour les énergies renouvelables contre 20% pour les énergies fossiles. Quand le plan Vision 2030 se poursuivrait comme initialement établi, il est à espérer qu’à cet horizon Nairobi passe de 2200 MW en 2017 à 15 000MW

 

Connaissant le dynamisme kényan, de nombreux acteurs du secteur énergétique est-africain espèrent en l'atteinte de ces objectifs.  A titre de rappel le taux d’électrification au Kenya a connu une évolution des plus rapides en Afrique au cours des six dernières années. A 28 % en 2013, il est passé à presque 70 % quatre ans plus tard. Courant 2017, Ken Tarus, le patron de la compagnie nationale de distribution d’électricité, Kenya Power avait annoncé que « six millions de foyers, soit 69,4 % de la population sont alimentés en électricité ». Ce taux devrait passer à 80% en 2020 si l’on s’en tient aux déclarations du président Uhuru Kenyatta, cela malgré la sécheresse qui secoue constamment le pays et une hausse annuelle de 11% de la demande énergétique au niveau national.

Onésiphore NEMBE



0 Commentaires

    No Comments


Ajouter un commentaire