Salon Ecomondo 2017

COMMUNIQUE DE PRESSE

environnement


SOS PHOSPHORE : UN FUTUR DURABLE EST-IL POSSIBLE ?                    


À ECOMONDO, LA COMMUNAUTÉ SCIENTIFIQUE, LES INSTITUTIONS ET LES ENTREPRISES EUROPÉENNES FERONT LE POINT SUR LES SOLUTIONS ET LES STRATÉGIES QUI PERMETTENT DE GARANTIR LA DISPONIBILITÉ DU PHOSPHORE GRÂCE À L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE

 

Après Berlin et Bâle, le 3 ème European Nutrient Event se tiendra jeudi 8 et vendredi 9 novembre au parc des expositions de Rimini au cours de la green technologies expo de IEG

Élément indispensable à l’agriculture, inséré par l’UE parmi les matières critiques, il peut être nocif s’il est déversé de manière incontrôlée dans les eaux

https://en.ecomondo.com/

 

En grec, son nom signifie « porteur de lumière », mais le phosphore n’existe pas dans la nature à l’état élémentaire. Cette matière première indispensable à l’agriculture (pour la production de fertilisants, et donc des produits destinés à notre alimentation), qui est aussi un composant fondamental des cellules humaines, risque de devenir une « matière obscure » au vu de la difficulté de le trouver, mais aussi du danger lié à sa dispersion dans l’environnement.

Ce n’est pas un hasard si l’Union Européenne l’a ajouté à la liste des matières critiques, tandis que la gestion durable du phosphore a été identifiée comme la troisième parmi les limites les plus critiques de notre planète. Que faire ? Le sujet figure depuis longtemps au programme de la communauté scientifique et des organismes politiques internationaux. Pour faire le point sur les difficultés et les solutions, le rendez-vous de référence est le troisième European Nutrient Event co-organisé, entre autres, par l’action d’innovation européenne Horizon2020 SMART Plant, l’European Sustainable Phosphorus Platform, la Piattaforma Italiana del Fosforo et le Groupe HERA, les jeudi 8 et vendredi 9 novembre prochains au parc des expositions de Rimini. Une initiative sur deux jours qui, après Berlin en 2015 et Bâle en 2017, se tiendra cette année pour la première fois en Italie dans le cadre D’Ecomondo, la grande manifestation consacrée à l’économie green et à l’économie circulaire organisée par Italian Exhibition Group qui compte cette année sa 22 ème édition. L’initiative est dirigée par Francesco Fatone, professeur de l’Università Politecnica delle Marche, membre du comité technique et scientifique d’Ecomondo et coordinateur du projet européen Smart-Plant.

Un choix qui n’a pas été fait au hasard : cette année, la troisième édition du European Nutrient Event se concentre justement sur les pays de la région méditerranéenne, à commencer par l’Italie qui verra sous peu, comme l’a prévu la dernière loi sur le budget, l’institution de la Piattaforma Italiana del Fosforo (Plateforme italienne du phosphore). Celle-ci a pour objectif d’encourager une législation adéquate et de plus en plus nécessaire afin de récupérer et de réutiliser le phosphore en introduisant des modèles de gestion circulaire des cycles d’épuration des eaux usées et des déchets. Des pays tels que l’Allemagne, la Suisse, la Finlande, la Suède et le Danemark ont déjà légiféré sur l’obligation de récupérer et de gérer le phosphore de manière durable.

Comme le montre le projet Horizon 2020 SMART-Plant (www.smart-plant.eu), dont la coordination est italienne, les technologies pour la récupération du phosphore et d’autres matériaux de valeur lors du traitement des eaux usées sont aujourd’hui disponibles et elles sont en cours de validation dans des stations d’épuration en Italie et en Europe. Les parcours de l’économie circulaire sont freinés, surtout en Italie, par les barrières ou les incertitudes législatives et réglementaires. Ces barrières et incertitudes ont récemment porté à « l’urgence boues », par exemple à travers la sentence du Tribunal administratif régional de Lombardie (le 20 juillet) qui a bloqué la réutilisation dans l’agriculture des boues produites par les stations d’épuration. Des problèmes analogues se sont produits en Toscane, où 10 000 tonnes de boues en moyenne sont produites par mois.                                      

En Italie, 5 millions de tonnes environ de boues sont produites chaque année par les stations d’épuration. « Aujourd’hui, la technologie durable obtenue grâce à des projets tels que Smart Plant nous montre qu’il est possible de transformer les stations d’épuration en installations de récupération de matières renouvelables qui ont de la valeur et un marché : il faut travailler pour reconnaître cette valeur économique circulaire, tout en assurant la sécurité pour la santé et l’environnement », souligne le professeur Francesco Fatone.                                                                                              

Cela est confirmé par l’installation innovante qui a été inaugurée le 12 février dernier à Carbonera, dans la province Trévise : il s’agit de la plus grande installation démonstrative en fonction dans les stations d’épuration urbaines, en mesure de récupérer, grâce à des technologies innovantes, 1 kilo environ par jour de bioplastiques et 300 grammes de struvite (sel de phosphore) à partir des boues de l’épuration.

LE PHOSPHORE : D’ OÙ VIENT-IL, OÙ VA-T-IL ?  

L’Europe dépend à 90 % des importations de ce minerai, qui est extrait des gisements de minerai concentré, en particulier au Maroc, en Chine et aux États-Unis. Les réserves affichent cependant une contraction progressive et l’on prévoit donc une augmentation du prix de cette ressource au cours des prochaines années.

Au niveau mondial, on estime que 20 % seulement de la part extraite des dépôts de minerai arrive à l’homme à travers la chaîne alimentaire (efficacité d’utilisation). Une bonne partie du phosphore se perd en effet dans l’environnement, car il s’accumule dans le terrain ou il est véhiculé par les eaux. Des systèmes innovants permettant d’économiser, de récupérer les flux de déchets et de recycler les fertilisants bio-durables doivent donc être mis en place de manière extrêmement urgente. Les boues d’épuration, les déchets organiques et les effluents zootechniques ou les déchets agroalimentaires sont les éléments les plus intéressants pour réaliser des parcours de bioéconomie circulaire.

L’ACTION INNOVANTE d’Horizon2020 SMART-PLANT

SMART-Plant est un projet européen de 10 millions d’euros, coordonné par l’Italie et financé dans le cadre des projets Horizon 2020, qui vise à rendre les stations de traitement des eaux usées urbaines plus efficaces, en les convertissant en moteurs de l’économie circulaire. L’objectif est de récupérer la valeur des eaux usées : la cellulose, les bio-polymères et le phosphore qui peuvent en être tirés peuvent être utilisés dans la production de bio-composites, biofertilisants et biocombustibles. Passer de l’état de déchet à celui de ressource qui ait un marché est l’un des pivots autour desquels le projet Smart-Plant travaille depuis deux ans déjà, avec succès. LES PROJETS ET LES SITES : Geestmerambacht (Hollande) récupération de cellulose ; Karmiel (Israël) récupération du biogaz des eaux ; Manresa (Espagne) récupération de bio-polymères et phosphore des eaux ; Cranfield (Angleterre) récupération de fertilisants (phosphore et potassium) ; Carbonera (Italie) récupération de bio-polymères et phosphore ; Psyttalia (Grèce) récupération de biogaz et phosphore ; Londres, transformation de la matière récupérée en bio-composites ; Vic (Espagne) transformation des boues en biofertilisants et biocombustibles

 

PRÉSENTATION DE ECOMONDO ET KEY ENERGY 2018

Type : Salons internationaux ; Organisation : Italian Exhibition Group SpA ; périodicité : annuelle ; édition : 22 ème Ecomondo et 12 ème Key Energy ; entrée : opérateurs et grand public ; heures d’ouverture : 9h00-18h00 ; group brand manager : Alessandra Astolfi ; brand manager Ecomondo et Key Energy : Mauro Delle Fratte, Sara Quotti Tubi ; info exposants : tél. +39 0541.744302; courriel : ecomondo@iegexpo.it; sites Internet : www.ecomondo.com ; www.keyenergy.it facebook : www.facebook.com/EcomondoRimini ; twitter : http://twitter.com/Ecomondo; hashtag officiel : #ecomondo



0 Commentaires

    No Comments


Ajouter un commentaire