Le pipeline relie les régions de Bongor au Tchad et de Kribi au Cameroun.

Chute des recettes du Pipeline Bongor Kribi

énergie


Le chiffre a été rendu public vendredi 01 Juin 2018 par la Société nationale des hydrocarbures (SNH), bras séculier de l’Etat dans les transactions pétrolières.   

La SNH a indiqué que le trésor public camerounais a engrangé entre les mois de janvier et d’avril 2018 une somme de 8,3 milliards de francs CFA au titre du droit de transit du pétrole tchadien. Une somme en baisse de 630 millions de francs CFA par rapport à la même période l’année dernière, où 9,1 milliards de francs CFA avaient été déposés dans les caisses de l’Etat.

La chute du cours du dollar en cause

« Cette légère diminution du droit de transit, malgré l’accroissement des volumes de pétrole brut enlevés au Terminal Komé-Kribi 1, s’explique par la chute du cours du dollar », a expliqué la SNH dans un communiqué. Elle renseigne qu’entre le 1er janvier et le 30 avril 2018, un volume cumulé de 12,88 millions de barils de pétrole brut a été enlevé sur le pipeline, contre 11,27 millions de barils au cours de la même période en 2017. Ce qui représente une hausse de 1,61 million de barils de pétrole brut enlevés à travers le pipeline Tchad-Cameroun.

Les recettes pétrolières en progression                                                                                                           En lisant le document sur l’exécution budgétaire produite par le gouvernement camerounais, l’on note que les recettes pétrolières du pays se chiffrent à 95,5 milliards FCFA à fin mars 2018. Ce qui représente une hausse de 11,6 milliards (+13,8%) par rapport à fin mars 2017 où elles étaient de 83,9 milliards. Le ministère des Finances explique que cette performance croissante est essentiellement du fait de la hausse en glissement annuel des cours mondiaux du pétrole. Car, le cours moyen du pétrole se situe à 66,8 dollars le baril au cours de la période sous revue, soit une progression de 23,5% en glissement annuel.

Les recettes pétrolières comprennent 88,6 milliards de redevances pétrolières de la Société nationale des hydrocarbures (SNH) et 6,9 milliards d’impôts sur les sociétés pétrolières en activité au Cameroun. Par rapport aux 72,6 milliards de prévisions trimestrielles, ces recettes enregistrent un taux de réalisation de 131,5%.

Les recettes non pétrolières, elles, passent de 617,4 milliards FCFA, à fin mars 2017, à 637,4 milliards à fin mars 2018, soit une augmentation de 20 milliards (+3,2%) entre les deux périodes. Mais, par rapport aux 729,6 milliards de prévisions trimestrielles, elles sont en retrait de 92,2 milliards, soit un taux de réalisation de 87,4%. « Cette sous-performance s’explique par la sous-réalisation des recettes fiscales et non fiscales », indique le ministère des Finances.

Carmel Bissoué 



0 Commentaires

    No Comments


Ajouter un commentaire