Emmerson Mnangagwa le président zimbabwéen élu le 30 juillet 2018 en remplacement de Robert Mugabe poussé hors du pouvoir courant novembre 2017

Emmerson Mnangagwa annonce la construction d’un méga-barrage hydroélectrique de 1600 MW sur le fleuve Zambèze

énergie


Le projet est censé réduire la facture des importations d’énergie électrique du pays.

Le Zimbabwe veut libérer son potentiel énergétique et réduire sa dépendance aux importations d’énergie. Le président Emmerson Mnangagwa a récemment annoncé la construction d’un méga-barrage hydroélectrique sur le fleuve Zambèze. « C'est un projet de 4,5 milliards de dollars que nous allons concrétiser en coopération avec le gouvernement de Zambie. Trois entreprises se sont portées candidates pour réaliser ce projet et nous étudions leurs offres. A notre niveau, moi-même et le président Lungu (de Zambie ; ndlr) sommes d'accord pour le réaliser », a révélé le président zimbabwéen. L’infrastructure sera dotée d’une capacité de 1600 mégawatts. Le projet devra générer plus de 6000 emplois. D’après les informations officielles, le pays produit actuellement 1200 MW d’électricité. Une capacité insuffisante obligeant le Zimbabwe à recourir à une importation totale de 400 MW dont 300 MW en provenance de l’Afrique du Sud (à travers Eskom) et 50 MW du Mozambique (via Hydro Cabbora Basa).

Selon le plan d’actions Infrastructures du pays 2011-2020, le Zimbabwe veut passer d’une couverture électrique de ses ménages de 36% à 47%. Pour la Banque africaine de développement (BAD), la consommation d’électricité par habitant est de 600 Kwh depuis 2009, soit à peine plus que la moyenne de tous les autres pays d’Afrique subsaharienne (contre 738 kWh en 1995).

Réduire la dépendance énergétique, une priorité nationale

Ces dernières années, le Zimbabwe a engagé des projets énergétiques d’envergure pour réduire sa dépendance énergétique. Le 14 mai dernier, la société chinoise de sidérurgie Sinostel a déclaré, par la voix de son président, Andong Liu, qu’elle devra investir un milliard de dollars une centrale hydroélectrique de 400 mégawatts au Zimbabwe. Concomitamment, un projet minier, notamment la production de ferrochrome (un composé de fer et de chrome), sera développé autour de cette centrale. Le 29 mars dernier, Emmerson Mnangagwa a officialisé la mise en service de nouvelles unités greffées à l’expansion de la centrale hydroélectrique de Kariba Sud. 300 MW supplémentaires sont annoncés. Cette mise en service, tel que l’a indiqué le ministre zimbabwéen de l’Energie, va « considérablement » réduire la facture des importations d’énergie et améliorer l’alimentation du réseau national. Le projet a été réalisé par le Chinois Sinohydro qui a ajouté deux unités de 150 MW, pour un montant global de 535 millions de dollars. La première unité est opérationnelle depuis décembre 2017, tandis que la seconde a été testée en mars. 

Le Zimbabwe a également mobilisé 116 millions de dollars en janvier dernier pour financer le projet d’extension de la centrale thermique de Hwange (ville minière de la province du Matabeleland septentrional) d’une capacité initiale de 920 mégawatts. Il est prévu une capacité supplémentaire de 600 MW à travers les turbines Hwange 7 et Hwange 8. Le projet d'expansion va augmenter la capacité installée de la centrale de 750 MW à 1050 MW, faisant de cette centrale la plus grande du Zimbabwe devant la centrale thermique de Hwange, dont la capacité installée est de 900 MW.

Gibrile KENFACK TSABDO



0 Commentaires

    No Comments


Ajouter un commentaire