Hery RAJAONARIMAMPIANINA, l'actuel Président de l'Île de Madagascar et l'une des personnalités visées par les enquêtes sur le trafic de bois de rose

Madagascar : Marc RAVALOMANANA, Andry RAJOELINA et Hery RAJAONARIMAMPIANINA cités dans une affaire d'exploitation de bois de rose

environnement


Transparency International –Initiative Madagascar (TI-IM) et l’ONG Alliance Voary Gasy (AVG), deux organes militant contre la corruption et défendant l’environnement ont donné une conférence de presse le 24 août 2018, suite à un rapport de l’OCCRP (Organized Crime and Corruption Reporting Project).

L’OCCRP est un centre d’études sur la corruption et les crimes organisés, a en effet invité des journalistes pour mener une enquête sur le trafic de bois de rose à Madagascar. Ces collègues ont mené une sérieuse investigation se faisant passer pour des opérateurs de la filière. Ce qui leur a permis à la fois de rencontrer différents acteurs dont des chinois et aussi avoir accès à des documents confidentiels.

 

L’enquête en question a mis à nu des personnalités puissantes, entendre par là une implication dans le trafic des personnalités politiques du pays. Tout en faisant remarquer que le trafic se poursuit.

 

TI-IM et AVG qui ont été contactés par l’OCCRP dans le cadre de cette enquête s’insurgent lors de leur rencontre avec les médias et interpellent le gouvernement. Ils indiquent clairement que trois candidats aux prochaines présidentielles sont impliqués dans le trafic. Et ce ne sont pas n’importe qui, à savoir Marc RAVALOMANANA, président du TIM qui « en janvier 2009, a sorti un arrêt autorisant 13 personnes à exporter des bois de rose », Andry Nirina RAJOELINA, ancien président de la Transition qui « en septembre 2009, a ajouté 31 opérateurs dans la liste » et l’actuel président Hery RAJAONARIMAMPIANINA. Ce dernier a signé cette autorisation en sa qualité de ministre des Finances de la Transition. A cette période, précisément en mai 2010, le second ministre de l’Environnement et des Forêts de la Transition, le général Calixte RANDRIAMIANDRISOA n’a pas été reconduit après son refus de signer cet acte paraphé par Hery RAJAONARIMAMPIANINA.

 

De ce fait, « nous exhortons la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) a invalidé la candidature de ces trois personnes »réclame Ndranto RAZAKARIMANANA (AVG) à côté de Ketaka RAFITOSON et Fréderic LESNE du TI-IM.

 

Ces membres de la société civile vont jusqu’à interpeller le gouvernement, pour que ce dernier respecte les engagements pris ces dernières années. En 2016, le gouvernement s’est engagé à mettre en œuvre les recommandations de CITES (Convention sur le commerce International des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction). Pourtant le duo TI-IM/ AVGdénote que seule une des sept recommandations est en cours. « L’absence de la réalisation des investigations et enquêtes sur le dossier bois précieux par le gouvernement malgache ne fera que faciliter le commerce illégal » ont argumenté les conférenciers insistant que le trafic de bois de rose est un crime international.

 

A noter que le dernier Premier ministre de la Transition, Omer BERIZIKY qui est aussi candidat aux prochaines présidentielles devait publier, au départ de son poste en 2014, un rapport accablant sur le bois de rose avec une liste des présumés trafiquants. Il a reconnu avec honnêteté que le trafic continue malgré les récriminations des partenaires internationaux de Madagascar.

 

James RAMAROSAONA

(ANTANANARIVO, 25/08/2018)



0 Commentaires

    No Comments


Ajouter un commentaire