Excursion au cœur d’une coopération économique modèle

économie


Les relations entre le Togo et le Qatar sont au beau fixe. Récemment les deux pays ont dévoilé leurs intentions de travailler main dans la main dans un esprit win win. 

Une diplomatie des plus actives est employée par le Togo pour ramener dans sa barque des partenaires techniques et financiers stratégiques. De Faure Gnassingbé, l’actuel président de la République, à son ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération et de l'Intégration Africaine, Robert Dussey, aucune place n’est laissée à la procrastination. Ils foulent le terrain jour et nuit pour replacer le pays sur les rails d’un développement axé sur une coopération sud-sud. 

Faure Gnassingbé s’est rendu fin avril à Doha peu après son ministre Robert Dussey qui y était en début d’année pour lui baliser la voie. Le président togolais a échangé avec Cheikh Tamim Bin Hamad Al Thani. Ils ont ensemble passé en revue les axes de coopérations notamment économiques. Cette visite de 48 heures représente pour le Togo, un nouvel élan vers la signature de partenariats stratégiques pour son développement. « Cette visite reflète la volonté de l’Etat du Qatar et du Togo de renforcer leurs relations bilatérales », a commenté une source proche de la présidence togolaise. 

Des accords économiques                                                                                                   

 Le commerce, la politique et surtout l’économie sont au cœur des accords signés au terme de cette visite. Sur le plan économique, la promotion des échanges est une priorité. Dans ce sillon, la Chambre de commerce et d’industrie du Togo (CCIT) a signé un mémorandum avec celle du Qatar.  Au Togo, cet accord est perçu comme une aubaine pouvant permettre aux entreprises locales de dénicher des partenariats, représentations auprès des entreprises qataries.  Le souhait est de développer des visites d’échanges et de prospections des opérateurs économiques au Togo et au Qatar. La CCIT, établissement public depuis sa création, joue le rôle d’interface entre le monde des affaires et les pouvoirs publics. Ses missions sont d’ordres consultative et représentative. « Elle assure également des missions de conseil, d’appui, d’information, de formation et de gestion de services industriels et commerciaux », indiquent ses premiers responsables. 

Le côté diplomatique                                                                                                            

D’un point de vue diplomatique, il a été décidé l’annulation de visas diplomatiques. En d’autres termes, un diplomate togolais qui souhaite se rendre au Qatar n’aura plus à subir de tracasseries liées à l’obtention de visa et vice-versa. La République togolaise et l’Emirat du Qatar se sont entendus sur l’exemption de visas pour les détenteurs de passeports diplomatiques. Cette mesure vise notamment à faciliter les consultations allant dans le cadre du renforcement de leur coopération.

Qatar Airways pour desservir Lomé                                                                                   

Qatar Airways est la compagnie aérienne du Qatar. Ses vols internationaux sont opérés régulièrement sur les cinq continents depuis son principal hub à l'aéroport International de Doha.  Avec la redynamisation de la coopération entre le Qatar et le Togo- en cours actuellement-, cette compagnie aura la possibilité de convoyer les diplomates togolais et qataris dans leurs missions. Un accord open sky (ciel ouvert) est en vue. Cela signifie que les avions de la compagnie peuvent survoler le sol togolais avec un contrôle non armé sur la totalité du territoire. En tout cas, c’est ce que prévoit le traité Ciel ouvert de 1992 signé en Finlande et qui couvre trente-quatre États parties. « Une fois l’accord open sky signé, Qatar Airways pourra desservir Lomé et Doha », a estimé le ministre des affaires étrangères, Robert Dussey. 

A noter qu’avant de plier ses bagages du Qatar et rentrer à Lomé, Faure Gnassingbé a reçu en audience le directeur exécutif de la compagnie Qatar Airways, Akbar Al Bake. Cela signifie-t-il que la compagnie va bientôt se faire représenter à l’aéroport de Lomé et partager le marché avec celles en place ? La question reste posée ! 



0 Commentaires

    No Comments


Ajouter un commentaire