L’agriculture, un levier de développement

énergie


A travers le programme ENABLE Youth Sudan, 2000 nouvelles entreprises agricoles seront créées, dont 50% détenues par des femmes. In fine, 12 000 emplois directs sont également prévus.    

2017-2020. C’est la période que devra durer le programme ENABLE Youth Sudan lancé le 2 mars 2017 par la Banque africaine de développement (BAD) et le gouvernement soudanais, avec la collaboration de l’Institut international d’agriculture tropicale (IITA). L’objectif de ce programme d’autonomisation des jeunes est « de créer des perspectives économiques et des emplois décents pour les jeunes, femmes et hommes, tout au long des chaînes de valeur agricoles prioritaires », indique la BAD. Sa mise en œuvre se fera à travers neuf centres d’incubation pour jeunes agripreneurs (YACIB) situés dans cinq États. Le programme devrait permettre de former et d’autonomiser environ 2000 « agripreneurs » et d’aboutir à la création de 2000 nouvelles entreprises agricoles dont 50% seront détenues par des femmes. 

Chacun de ces agripreneurs devrait employer en moyenne cinq personnes, ce qui créerait 12 000 emplois directs au cours des cinq premières années. Grâce à ENABLE Youth Sudan, le Soudan a une occasion de capitaliser le secteur de l’agriculture pour diversifier son économie afin de ne plus dépendre uniquement de la rente pétrolière, lutter contre le chômage des jeunes et accroître la résilience des jeunes, des femmes et d’autres groupes vulnérables de la société. Tous les acteurs de la chaîne de valeur agricole seront impliqués pour renforcer l’écosystème d’innovation et d’entreprenariat qui influe sur le démarrage et la croissance d’entreprises agro-industrielles innovantes. Le coût global du programme est estimé à 32,3 millions de dollars. La contribution de la BAD est de l’ordre de 90,1 %, contre 9,9% pour le gouvernement du Soudan.

Doper l’agriculture pour réduire la dépendance vis-à-vis du pétrole

En bout de chaîne, une nouvelle génération d’entrepreneurs agricoles verra le jour pour doper le secteur de l’agro-industrie. Le programme ENABLE Youth Soudan s’inscrit parmi les projets phares de la Stratégie « Nourrir l’Afrique » (2016-2025) de la BAD visant l’implication et l’intéressement de la jeunesse africaine dans les secteurs de l’agriculture et de l’agro-industrie. Sans oublier la volonté de la Banque d’accélérer la transformation économique de l’Afrique, à travers la réalisation de l’un des cinq domaines prioritaires, à savoir le « Top 5 »: Eclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie, nourrir l’Afrique, industrialiser l’Afrique, intégrer l’Afrique et améliorer la qualité de vie des populations en Afrique. Sur le long terme, ENABLE Youth Soudan est également adossé à la Stratégie nationale du Soudan couvrant une période de 25 ans (2007-2031). Les axes prioritaires de cette stratégie pour le secteur de l’agriculture, portent sur « la valorisation des ressources naturelles et l’optimisation de leur utilisation, la réalisation d’une croissance agricole et rural équilibrée, la sécurité alimentaire, l’accroissement des possibilités d’emploi et la relance du secteur agricole par le développement et le financement des infrastructures ». 

6000 emplois directs pour les femmes

L’approche genre sera prise en compte par les parties prenantes nationales et internationales (l’Association des femmes d’affaires et ONU Femmes) avec la mise en place d’un dispositif de mentorat pour aider les femmes à accéder au marché. Parmi les 12 000 emplois directs à créer pour les cinq premières années, 6000 sont réservés aux femmes. A travers une meilleure intégration des femmes dans le secteur agro-industriel, certaines marginalisations et vulnérabilités seront corrigées, notamment les bas salaires, les postes précaires, l’absence de représentation et le manque d’accès à la formation et à la protection sociale. En bout de chaîne, la voix de la gent féminine devra compter dans tous les maillons de la chaîne, de la production agricole à la transformation des produits laitiers en passant par la gestion du bétail et les récoltes. Les ressources dédiées à cette composante du programme sont de 6,9 millions de dollars. 



0 Commentaires

    No Comments


Ajouter un commentaire