Quelques secouristes lors des inondations qui ont secoué la cité capitale économique de la Côte d'ivoire à la mi-mai 2018

Alassane Ouattara, le président ivoirien doit prendre des mesures pour contrer le réchauffement climatique

environnement


La banque mondiale a interpellé la Côte d’ivoire à prendre des mesures pour endiguer l’avancée du réchauffement climatique. L’institution de Breton Wood considère que l’économie de ce pays est menacée par l’assèchement des terres cultivables, ce qui pourrait plomber la production cacaoyère nationale et même l’agriculture ivoirienne.  


Comme un « cri d’alarme », le rapport de la Banque Mondiale publié en date du 12 juillet 2018, intitulé : « Pour que demain ne meure jamais », a interpellé les autorités ivoiriennes à agir pour arrêter le réchauffement climatique.  

Dans ce rapport, Pierre Laporte, le directeur des opérations de la Banque pour la région, avance que « la Côte d’Ivoire apparaît comme l’un des pays les plus vulnérables de la planète à ce phénomène ». Il appelle donc les autorités de ce pays, le président Alassane Ouattara en tête, à prendre des « décisions immédiates ». De son côté le premier ministre ivoirien Amadou Gon Koulibaly, se contente de rappeler l’ambition de son pays de devenir « un pays émergent en 2020 ».

 

On se rappelle que quelques semaines en arrière la capitale économique, Abidjan, avait été sous les eaux après de fortes précipitations. Ce qui suppose un dérèglement climatique qui en quelques autres endroits du pays se manifeste par un assèchement inquiétant du sol. C’est donc une préoccupation pour ce pays qui a un taux de croissance moyen de 8% depuis 2011.  Pour précision l’économie ivoirienne est la deuxième plus dynamique en Afrique derrière celle éthiopienne et l’une des plus dynamiques au monde. Cette année 2018 elle devrait se hisser à 8% et se maintenir quelques années durant.  Onésiphore Nembe 



0 Commentaires

    No Comments


Ajouter un commentaire