Denis Sassou Nguesso nourrit l'ambition d'industrialiser son pays mais la question de l'énergie se pose avant tout

Congo : Des projets de complexes industriels en l’absence d’énergie électrique

énergie


Pour juguler le déficit en énergie électrique, la République du Congo a entrepris l’amorce des gigantesques Travaux avec la construction dans les deux grandes villes du pays des infrastructures électriques.

A Pointe-Noire a été mis en service en 2008 la Centrale Thermique de Djeno équipée de deux turbines à gaz de puissance unitaire de 25 méga watt et la centrale électrique du Congo(CEC) avec l’appui de la société italienne Eni Congo d’une puissance de 300 mw.  A Brazzaville les autorités ont rénové la centrale hydroélectrique de Djoué d’une capacité de 14 MW et la mise en service de la centrale hydroélectrique d’Imboulou de 120 mw.

Seulement, les délestages dans ces grandes villes sont Legends.

 Fanfan gestionnaire d’une boucherie à Brazzaville, l’atteste : « oui le gouvernement a fait des grands efforts, mais nous continuons de subir les délestages. Ici au plateau des 15 ans, NDLR un quartier de Brazzaville, nous avons l’électricité 5 jours sur 7. Imaginez la suite... »

 

Ici au plateau des 15 ans, NDLR un quartier de Brazzaville, nous avons l’électricité 5 jours sur 7. Imaginez la suite... »

 

L’accès à l’électricité est encore un luxe au Congo. En effet, selon les dépêches de Brazzaville, le taux de couverture du pays en électricité est inférieur à 50% dans les villes et 5,6% en milieu rural.

 La mise en service du vieux projet de barrage de Sounda d’une capacité de 1.000 MW dans le kouilou. Et la concrétisation de la convention entre le Congo et africa50 pour la mobilisation des fonds visant à tripler la capacité de la centrale électrique du Congo d’une capacité de 300 mw pour qu’elle passe à 450 mw puis à 900 mw d’ici 2027, suscitent l’espoir.

Fresnel BONGOL TSIMBA



0 Commentaires

    No Comments


Ajouter un commentaire