Le Golfe de Guinée est exposé à une vague de sécheresse montante d'après les experts du Forum des prévisions des caractéristiques Agro-hydro-climatiques des pays du Golfe de Guinée

Golfe de Guinée : La saison des pluies s’annonce avec des poches de sécheresse

environnement


Cotonou a abrité du 25 février au 1er mars 2019 le Forum des prévisions des caractéristiques Agro-hydro-climatiques des  pays du Golfe de Guinée. Les conclusions issues des travaux annoncent des bouleversements pendant la grande saison des pluies et qui pourraient affecter la production agricole.

Un démarrage précoce, une fin tardive, avec des probabilités importantes de séquences sèches relativement longues. C’est en résumé ce que projette le Forum des prévisions des caractéristiques Agro-hydro-climatiques des  pays du Golfe de Guinée pour la grande saison. Selon les travaux des experts en charge du suivi et de l’élaboration des informations agro-hydro-climatiques de cette région, les agriculteurs pourront faire face à des bouleversements importants. Au Ghana, au Togo, au Bénin, au centre-est de la Côte d’ivoire et à l’ouest du Nigéria, des dates de début de saison précoces à normales sont attendues. Dans le même temps, sur toute la bande du Golfe de Guinée, des dates de fin de saisons tardives sont prévues. Mais ce qui préoccupe plus, ce sont les poches de sécheresse annoncées. « Après l’installation de la saison, des durées de séquences sèches équivalentes à plus longues que celles habituellement observées sur la période de référence 1981-2010 sont prévues sur le Sud de la Côte d’Ivoire, du Ghana et le Sud-centre du Nigeria. Dans le Sud Togo, Bénin et Sud-Ouest Nigéria, ces séquences sèches seraient plus longues à équivalentes », a-t-on souligné dans le communiqué final. Aussi, vers la fin de la saison, des durées de séquences sèches plus longues à équivalentes sont prévues sur la bande Sud allant du Centre Côte d’Ivoire au Centre du Nigéria ».

A en croire les experts appuyés par le Centre Régional Agrhymet et le Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement (Acmad), il faut donc des mesures d’adaptation. Ils recommandent aux pays de promouvoir des pratiques agricoles comme le maraîchage et l’agroforesterie pour pallier au déficit de production qui pourrait toucher les zones exposées aux séquences sèches; de privilégier les variétés résistantes au déficit hydrique,  d’adopter des techniques culturales de conservation de l’eau du sol  et de promouvoir l’irrigation. 

Fulbert ADJIMEHOSSOU



0 Commentaires

    No Comments


Ajouter un commentaire