Salon Ecomondo 2017

Salon Ecomondo : « Une vitrine complète et représentative des technologies » de l’environnement

environnement


A deux semaines du démarrage de la 22 ème édition du Salon Ecomondo qui se tiendra à Rimini en Italie début novembre, Afrique Progrès Magazine est allé à la rencontre des organisateurs de ce rendez-vous annuel s’enquérir de l'atout que constitue ce salon pour le monde en général et l'Afrique de façon particulière. Cette interview exclusive a le mérite de retracer l’histoire d'Ecomondo devenu en une vingtaine d'années l’un des plus importants rendez-vous du genre en Europe, plus encore, elle présente dans sa diversité l’offre technologique qu’on y rencontre.

Propos recueillis par Feel Maria


Quand est né Ecomondo ? Qui en est le fondateur ?

La première édition s’est tenue en 1997 à la Foire de Rimini et a accueilli 6 000 visiteurs. Le salon a été créé pour se saisir et accompagner une nouvelle culture environnementale qui naissait dans ces années-là, en Italie et en Europe, avec le tri sélectif des déchets. Après une période au cours de laquelle les déchets non triés étaient principalement envoyés en décharge, on a pris conscience qu’une nouvelle approche était nécessaire pour les trier et les envoyer vers un processus de recyclage.La direction de Rimini Fiera a lancé l’idée, qui a fédéré les consortiums de récupération et de recyclage des divers matériaux qui partageaient les mêmes objectifs.

Le rendez-vous à la Foire de Rimini a accompagné la croissance d’un secteur qui, ces années-là, constituait l’aube d’un chemin vers une nouvelle durabilité environnementale. Lors du salon de 1997, les propositions tournaient principalement autour d’entités qui créaient des solutions pour la réutilisation de matériaux en fin de vie, des expériences isolées, alors qu’aujourd’hui, les pavillons de l’exposition proposent un système industriel qui s’oriente vers le paradigme de l’économie circulaire.


Quelle est le concept à la base d’Ecomondo et pourquoi l’avoir appelé Ecomondo ? Est-ce que ce nom a une signification particulière ?

En réalité, à l’origine, le salon s’appelait ‘Ricicla’ ; la modification en Ecomondo n’est intervenue qu’en 2003. Après avoir conquis la première place dans le paysage italien, en obtenant également la reconnaissance officielle de manifestation internationale, on a pris conscience qu’on pouvait élargir la manifestation à de nouveaux thèmes, de nouveaux marchés et de nouveaux interlocuteurs. Pour un renforcement global, la mise en œuvre du projet d’origine et la réunion, comme dans une mosaïque de tesselles cohérentes, des différents thèmes du développement durable dans un seul endroit, il a été décidé de modifier le nom en Ecomondo afin de synthétiser les nouveaux objectifs de la manifestation.


Quelle est la mission et quels sont les objectifs à moyen et long termes ? Quel est le public d’Ecomondo ?

La mission d’Ecomondo est de présenter une vitrine complète et représentative des technologies et des produits pouvant accélérer le chemin vers une mise en œuvre complète d’une économie circulaire. Le processus de récupération et de réutilisation de la matière provenant de déchets a déjà mis à disposition les solutions les plus avancées. Désormais, la perspective consiste à générer une nouvelle matière sans appauvrir davantage les ressources naturelles. Cela signifie proposer un produit qui, en fin de vie, soit en mesure de redevenir une matière réutilisable. Cela implique de redéfinir et réimaginer les filières de production. Ecomondo a l’intention de représenter l’état de l’art dans tous les secteurs de sa compétence et, grâce aux nombreux événements proposés tout au long de l’année, de générer des rencontres et de partager les expériences les plus significatives au monde. La croissance de la société organisatrice, Italian Exhibition Group, leader en Italie dans l’organisation d’expositions, garantit une nouvelle impulsion au programme de développement de la manifestation, associée à Key Energy qui se déroule en même temps et qui est dédiée aux énergies renouvelables et à la mobilité durable. 

D’après une enquête sur la composition des visiteurs d’Ecomondo, il ressort que 41 % des visiteurs sont issus du secteur des services, 34 % de l’industrie et de la distribution, 6 % de l’administration publique, 5 % du secteur du bâtiment, 5 % du secteur de la recherche et de la formation, 4 % des médias, institutions et associations, 3 % de sociétés de services publics et 2 % du secteur de l’agriculture. 45 % des visiteurs exercent des fonctions de décideur au sein de leur entreprise. En ce qui concerne la provenance géographique : 57 % Europe, 20 % Europe hors UE, 8 % Amérique centrale et du sud, 5 % Afrique, 5 % Asie et Océanie, 4 % Moyen Orient, 1 % Amérique du nord.


Quelle est la zone géographique d’action d’Ecomondo ?

Ecomondo fait partie des principaux salons européens, c’est le plus important en Europe méditerranéenne et, pour l’édition 2018, il devrait encore occuper la totalité du parc des expositions avec plus de 1 200 entreprises présentes. L’objectif est de diffuser des technologies et des connaissances vers tous les marchés qui mettent en place un processus de réhabilitation environnementale, en mettant à disposition des rapports et des interlocuteurs pour accélérer ce parcours.
 

Existe-t-il des grands projets en cours pour Ecomondo ?

Évidemment, Ecomondo a une finalité de nature commerciale à laquelle s’associe le souhait de diffuser partout une culture environnementale qui protège au maximum ce qui nous entoure, en partageant le savoir et la technologie. Quand cela est utile, et nous l’avons déjà fait, nous accompagnons les entreprises dans des road shows de présentation partout dans le monde. Le site www.ecomondo.com présente une vue d’ensemble complète des initiatives en cours ainsi que le programme de la prochaine édition, qui se déroulera du 6 au 9 novembre 2018.

Existe-t-il des projets en lien avec l’Afrique ? Si oui, lesquels ? Quelles perspectives et quels résultats ont été atteints à ce jour ?

À la proposition de l’exposition, s’ajoutent plus de 200 événements, rencontres et séminaires, le tout grâce au soutien de comités scientifiques de très haut niveau, présidés par le Professeur Fabio Fava, qui a anticipé dans une présentation générale (à télécharger sur le lien http://bit.ly/Ecomondo_Favales priorités et les besoins de la région nord-africaine.  D’un côté, les risques de la végétation boisée, de la mer, et des services d’écosystèmes, et de l’autre de nouvelles approches, technologies et solutions. Parmi les perspectives d’Ecomondo, comme cela a déjà été indiqué, il y a la diffusion de la connaissance et de la technologie pouvant faciliter le démarrage d’un processus de réhabilitation environnementale. L’Afrique est une zone géographique dans laquelle Ecomondo a commencé à « semer » et de laquelle il attend des résultats.

De quelle manière Ecomondo participe au développement de l’Afrique et du monde ? Comment le décririez-vous ?

L’Afrique sera le continent dont la croissance sera la plus rapide au cours des prochaines années. La quantité de déchets produits augmentera, de même que la nécessité de leur valorisation. Les habitants se concentreront dans les villes avec des retombées sur la qualité de l’air et sur l’augmentation des émissions nocives. La forte sécheresse et le manque d’eau potable nécessiteront des technologies pour dessaler l’eau de mer et étendre les réseaux de distribution d’eau.

C’est un continent riche en énergies propres produites par le soleil, le vent et l’eau et il aura besoin d’infrastructures et de systèmes d’accumulation pour la distribution capillaire dans les campagnes et les villages. Les entreprises italiennes peuvent fournir des solutions intégrées efficaces aux pays africains. Nous collaborons avec Res4med Fondazione qui œuvre pour le transfert de technologie dans ces pays. 



0 Commentaires

    No Comments


Ajouter un commentaire