Afrisoils, le programme devant permettre la hausse de la productivité des sols de 30% prône l'étude des sols africains

Vers une restauration des sols africains sur fond d'un programme des Nations Unies

environnement


Pour encourager la productivité des sols et réduire leur dégradation en Afrique, un programme vient d'être conçu par l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le Partenariat mondial sur les sols (GSP).


Afrisoils, ce nouveau programme a pour but d'améliorer la santé alimentaire et nutritionnelle sur le continent ; il va permettre l'augmentation de la productivité des sols de 30% et la réduction de la dégradation de 25% durant les 10 prochaines années dans 47 pays africains. Et pour y parvenir, les concepteurs proposent un ensemble de mesures publiées sur le portail électronique de l'institution onusienne chargée des questions alimentaires et agricoles.


Il faut par exemple augmenter la teneur du sol en carbone organique et en matière organique, essentiels à sa fertilité, en laissant les résidus de culture et les composts, en ayant recours à la rotation des cultures et à la diversification afin de capturer l’azote du sol et en ayant recours à des engrais naturels. Il faut également adopter des mesures relatives à la conservation des sols et au contrôle de l’érosion (telles que l’aménagement de haies, de lignes de contour, la technique du terrassement).


Entre autres dispositions, la réhabilitation des sols dégradés (y compris les sols pollués), la lutte contre la déforestation, l'usage des pratiques agroforestières intelligentes face au climat, et le recours aux systèmes d’irrigation afin d’améliorer la production agricole ; Par ailleurs, le programme recommande l'équipement en laboratoires d'analyses des sols, le renforcement de capacités des agriculteurs afin qu’ils adoptent des pratiques de gestion durable des sols. Enfin, il insiste sur le soutien des services nationaux de vulgarisation par le biais du Programme « Soil Doctors » ; qui consiste à encourager l’élaboration de législations et de directives politiques favorisant une gestion durable des sols, ainsi que l'amélioration des capacités techniques liées à la gestion durable des sols.

L’Afrique ; un continent sec                                                                                                                                                    
D'après la FAO, "l’Afrique est le deuxième continent le plus sec, avec près de la moitié de sa surface composée de désert et 40 pour cent de ce désert affecté par la désertification". "Près de 65 pour cent des terres cultivables du continent subissent des pertes en terre végétale et en éléments nutritifs", écrit l'institution, qui précise que sur  la moitié des terres africaines adaptées à l’agriculture,  seules 16 pour cent d’entre elles sont de très bonne qualité.


« Afin d’avoir des sols très fertiles sur le long terme, nous devons adopter des pratiques de gestion durable des sols qui font partie intégrante de la nature. Nous ne pouvons pas compter sur les engrais minéraux – une option banalisée à travers le monde – car la fertilité des sols ou encore la santé des sols dépend de la manière dont nous les stimulons. Nous devons avoir recours à des solutions intelligentes, capables de fonctionner sur le long terme et d’améliorer la productivité des sols, tout en protégeant les services écosystémiques et en empêchant leur dégradation et davantage de pollution », a déclaré M. Ronald Vargas, chargé des questions liées à la terre et à l’eau à la FAO. Likibani Niguita



0 Commentaires

    No Comments


Ajouter un commentaire