Barrage hydroélectrique d’Akosombo au Ghana.

En projet depuis le lendemain de l’indépendance du Ghana, le barrage polyvalent de Pwalugu, d’une capacité attendue de 60MW entre en construction début novembre prochain. Sa mise en place s’impose comme une double nécessité de production énergétique et d’irrigation pour les localités situées en amont.


Le barrage de Pwalugu est devenu une nécessité « en raison des inondations annuelles et des décès qui surviennent dans les zones situées à l’intérieur de la voie d’écoulement du barrage de Bagre en amont du Burkina Faso » a indiqué Mahamudu Bawumia, le Vice-président du Ghana. Il entre en chantier d’ici le début du mois de novembre et au terme des travaux assurera une production de 60 MW d’énergie. Une ligne haute tension de 15 Km sera construite dans le cadre de ce projet et elle permettra de rallier le premier point de moyenne tension.


Cette infrastructure polyvalente disposera d’un système d’irrigation permettant d’alimenter en eau 25 000 hectares de terres arables. Les plantations de riz et de maïs sont principalement visées par cette irrigation ainsi que d’autres produits maraichers. Grâce à ce système l’agriculture sera possible au cours des 12 mois de l’année et d’accroître le rendement.
Sans surprise l’exécution de ce marché a été assignée à l’énergéticien chinois Sinohydro. Située dans la région du haut Ghana, le futur barrage polyvalent de Pwalugu est estimé à 300 millions de dollars. Il s’agit d’un financement conjoint de la banque mondiale et de l’agence française de développement (AFD).

Onésiphore NEMBE

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here