Si les forages de pétrole russe et saoudien comptent parmi les plus importants en termes de volumes forés, ces dernières années c’est le continent africain qui a été en tête en matière de découvertes des gisements de brut dans le monde.

Dans un communiqué de presse publié ce 3 décembre, la chambre africaine de l’énergie a indiqué que la plus grande découverte de l’année 2018 a été faite au large de la Mauritanie par kosmos Energy. D’autres decouvertes non moins importantes ont été faites par Noble Energy en Guinée Équatoriale et par Springfield Group au Ghana, ce qui positionne le continent en tête.


Dans un souci d’accompagnement des pays africains dans le développement de leur secteur pétrolier avec en priorité l’arrivee des investissements la chambre africaine de l’énergie conseille des incitations fiscales. D’ailleurs le communiqué de presse précise que « dans sa dernière édition des Perspectives énergétiques en Afrique pour 2020 (Africa Énergie Outlook 2020), la Chambre africaine de l’énergie (EnergyChamber.org) appelle à des réformes fiscales soutenues pour attirer les capitaux et la technologie dans l’exploration sur le continent ».


Certes de nombreux efforts ont été consentis cette année 2019. Plusieurs pays ont revu leur cadre juridique dans l’optique d’encourager l’exploration. Cette orientation a été salutaire au Gabon. Libreville a signé 9 contrats cette seule année 2019 à l’issue de l’adoption du nouveau code des hydrocarbures.


2020 s’annonce difficile

L’année 2020 sera une année de concurrence prévient le communiqué. « Des centaines de blocs et de superficies seront disponibles pour les investisseurs en Afrique, du Sénégal au Nigéria en passant par la Somalie. La concurrence sera féroce pour attirer les capitaux d’un groupe diversifié d’explorateurs venus d’Amérique du Nord, d’Europe, de Russie, de Chine, d’Inde, d’Asie du Sud-Est et du Moyen-Orient » peut-on lire.

Onesiphore NEMBE

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here