Azeb Asnake, l’ex-directrice exécutive de la Ethiopian Electric Power, la société nationale d’électricité éthiopienne, est poursuivie par le gouvernement pour des actes de corruption d’un montant de 78 millions de dollars. Elle aurait agi avec cinquante autres personnes, toutes accusées dans le cadre de cette affaire.


Employée du gouvernement éthiopien hier, Azeb Asnake est aujourd’hui au tribunal dans une affaire de corruption. Elle est poursuivie par l’Etat d’Éthiopie avec 50 autres personnes. L’affaire porte sur un montant de 2,5 milliards de Birrs, soit 78 millions de dollars. En effet dans le cadre de la construction du barrage hydroélectrique Grande Renaissance (6450 MW), Des travaux de nettoyage de 1233 000 hectares autour du site ont été initiés. L’ex-directrice de la Ethiopian Electric Power, aurait perçu des retrocommissions dans ce marché. L’acte d’accusation parle de 50% de la somme qui a été soustrait à l’objet pour lequel sa dépense a été ordonnée.

Dans un pays qui prône la bonne gouvernance et une gestion honnête des deniers de l’Etat, l’ex-directrice encourt une peine de prison et une amende conséquente. D’ailleurs elle a été licenciée de son poste en septembre dernier au cours d’un conseil d’administration qui n’a révélé aucun motif de ce départ.

Onesiphore NEMBE

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here