Alger vient d’annoncer la chute de ses réserves de change à 62 milliards de dollars. Cette nouvelle fonte des devises expose suffisamment une situation économique nationale difficile.


Avec des réserves de change qui avoisinaient 200 milliards de dollars à la veille de la chute des cours du pétrole en septembre 2014, Alger a multiplié les mesures pour préserver ces fonds en vain. Fin 2019 elles se situaient à 62 milliards de dollars. Avec la loi des finances 2020 elles devraient connaître une descente autour des 51,6 milliards. . En cause un grave déficit dans les échanges commerciaux lié à l’absence d’une diversification économique dans un pays où le gros des recettes d’importation est issue du pétrole et du gaz. C’est donc plus de 10 milliards de dollars qui vont quitter le territoire algérien en 12,4 mois d’importation.


Au lendemain de la chute des prix du pétrole la situation économique algérienne s’est détériorée. Les multiples cures initiées par les gouvernements qui se sont succédés depuis 2015 ne sont pas parvenus à stopper l’érosion des devises étrangères. En cinq ans les réserves ont fondu de 82,1 milliards et la situation est loin de s’arrêter.


Onesiphore NEMBE

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here