Depuis son arrivée en Afrique début 2009, le cadre intégré renforcé (CIR) a permis à de nombreux pays du continent de booster leur commerce extérieur. Zambie, Burkina Faso, Tchad, Mali, Ouganda, la liste africaine des pays ayant bénéficié de l’expertise du CIR est longue.

Précurseur de la ZLECAf, le CIR a permis au centre de l’investissement et du commerce du Malawi de passer à un niveau d’exportation de 47millions $ grâce à l’introduction de nouvelles variétés dans l’assiette des exportations. Dans cette dynamique le CIR a apporté son expertise au Malawi en vue de se faire une place plus importante dans le marché sous-régional. L’ouverture d’un bureau au Mozambique avec un spécialiste de la commercialisation a été actée.

Au Burkina Faso le CIR a permis de passer de 89,5 millions de dollars d’exportation des sésames en 2012 à 169,8 millions de dollars en 2015. Des résultats similaires ont été observés en Ethiopie où à l’issue de la signature d’une convention avec le CIR, ce dernier a permis d’obtenir 80 millions de dollars de contrats avec des fournisseurs internationaux au terme de deux passages dans des expositions internationales en Allemagne et aux Emirats Arabes Unis. C’est ainsi que le marché de graines oléagineuses, de viande et de légumineuses a connu une hausse de son chiffre d’affaires.

Le Burkina Faso a aussi profité d’un appui dans le secteur de la mangue. Des méthodes de séchage modernes ont remplacé les façons antiques, permettant de doubler les exportations de mangue. Or si le volume a doublé, la valeur marchande quant à elle a triplé et 3000 emplois ont été créés.

En 2017 le CIR a permis au Togo d’exporter des pousses de Soja aux Pays Bas et au Vietnam. Il a orienté la mangue en provenance de la Guinée Conakry vers la France et la Belgique tandis qu’il faisait accéder au marché franco italien les cuirs et les peaux du Niger.

Au Mali le CIR a procédé à une organisation de l’activité autour de la gomme arabique. C’est ainsi que 177 collectifs locaux ont été mis en place et 19 associations de collectifs tous défendant les intérêts des cueilleurs de la gomme arabique. Toujours autour de la gomme arabique, un travail similaire a été effectué au Tchad.

Le CIR: un partenaire stratégique des nations Unies pour le développement des pays les moins avancés

Partenaire du fonds monétaire international, du centre international du commerce, de la conférence des nations unies sur le commerce et le développement, du programme des nations unies pour le développement, du groupe banque mondiale ou encore de l’organisation mondiale du commerce, le CIR est devenu en dix ans un acteur important du commerce extérieur de nombreux pays africains.

Avec près de 217 millions de dollars investis entre 2009 et 2018, le CIR a apporté son soutien à 37 pays les moins avancés du globe. Pour la seule année 2017 il a permis à ces pays d’accéder à 290 nouveaux marchés.

Onesiphore Nembe

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here