IMAGES DE L'ACTUALITE

Archives

« Février 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28        
Actualité en continu

Cameroun : le secteur du cacao connaît une croissance de 22 625 tonnes

11 août, 2015

Cinquième pays producteur de cacao dans le monde, le Cameroun a clôturé récemment sa campagne 2014/2015 sur une bonne note. La production cacaoyère nationale connaît une hausse de 22 625 tonnes, soit +9,8%. Et alors que le phénomène El Nino continue de frapper l’Amérique latine et que le Ghana connaît une chute de sa production, on apprend que les prix ont été les meilleurs tout au long de la dernière campagne.

Lutte contre Boko Haram : les choses se mettent en place toujours aucune précision sur le droit de poursuite de l’armée Camerounaise

31 juillet, 2015

La nomination jeudi du général nigérian, Illya Abbah, à la tête de la force multinationale et l’annonce de la fin des travaux ce week-end de l’Etat-major basé à N’Djamena, sont assez de points positifs pour la force multinationale. Alors que la mise en place des unités commence bientôt, la question du droit de poursuite de l’armée camerounaise reste en suspens et cela bien que la lettre des textes de cette opération l’autorise.

Diplomatie : Muhammadu Buhari et Paul Biya de nouveau ensemble ?

31 juillet, 2015

A quelques jours du lancement de l’assaut final contre les islamistes de Boko Haram, Muhammadu Buhari s’est rendu au Cameroun à la rencontre de son homologue camerounais Paul Biya, question de soigner la bavure du 3 juin dernier, lorsque le nouveau chef d’Etat nigérian avait visité le Tchad et le Niger, deux pays engagés dans la guerre contre les radicaux, sans se rendre au Cameroun.

Cameroun : le groupe Bolloré tente-t-il de reconquérir l’estime perdue de la France ?

30 janvier, 2015

Au Cameroun où la France a perdu une bonne part de son marché au profit des meilleurs offrants, le groupe Bolloré, présent dans le secteur portuaire tente par des gadgets à la mesure des étudiants, de reconquérir l’estime de la France au cœur de cette élite camerounaise de demain. Après les deux bus électriques offerts à l’université de Yaoundé I en mai dernier, Bolloré Africa Logistics, filiale du groupe français, a offert un troisième bus électrique mardi 27 janvier.

Le groupe Bolloré aurait-il finalement compris qu’une moindre redistribution des richesses à ces peuples surexploités est nécessaire pour s’attirer la sympathie ? Ou tire-t-il aujourd’hui les ficelles pour Paris qui tente par tous les moyens de revenir à sa position d’il y a une décennie dans ce continent africain émancipé ? Ne sachant pas, on s’en tiendra aux faits si étranges de la part de ce groupe qui n’a pas implanté le moindre édifice de référence dans ce Cameroun où il est présent depuis des décennies.

En fait, mardi 27 janvier, Bolloré Africa Logistics, filiale du groupe français Bolloré, a offert un troisième bus aux étudiants de l’université de Yaoundé I. Comme les deux précédents, ce bus électrique ou « bus bleu » sera affecté au transport gratuit des étudiants de cette université, réservoir des dirigeants du Cameroun de demain. Cette offre bien ciblée, a été faite au cours d’une audience accordée par Philémon Yang, premier ministre du Cameroun, à une délégation des responsables de la filiale du groupe. Déjà dans un communiqué, la direction de l’entreprise précisait que «le 3ème bus électrique va offrir aux étudiants de Ngoa Ekellé, une plus grande flexibilité et un taux de rotation plus rapide sur le circuit de ce campus universitaire et ainsi accélérer la mobilité en toute sécurité des étudiants dans l’enceinte universitaire». Soulignons que les deux bus offerts le 8 mai 2014, ont transporté 540 000 passagers en 6 600 rotations, ce qui fait une moyenne de 2 000 étudiants transportés tous les jours.

Malgré le fait que le bus ne puisse jamais quitter l’enceinte de cette université de Ngoa Ekellé pour acheminer les étudiants dans leurs résidences quelconques de cette capitale camerounaise, il est une aubaine pour ces milliers d’étudiants qui étaient forcés par le passé de se déplacer à la marche dans ce vaste espace universitaire. C’est donc avec une immense joie que les étudiants, bien renseigné sur les buts de ces offres tardives, ont salué ce don. AFPmag.

 

Cameroun: Nouvelle manifestation de soutien aux forces armées au front contre Boko Haram.

09 février, 2015

C’est une énième marche qui a réuni les foules à travers la grande ville de Yaoundé ce samedi 7 février 2015. Artistes, hommes politiques, jeunesse nationale, c’est tout le peuple qui est sorti saluer les prouesses de cette armée au front depuis bientôt dix mois.

Face aux islamistes, les forces armées Camerounaises ont le soutien des pays de la région des lacs Tchad et plus que jamais le soutien de la population nationale. Depuis des semaines, les rues ne désemplissent plus, les manifestations de soutien à cette force que la bravoure est saluée à travers le monde aujourd’hui, se sont multipliées. Ce samedi 7 février 2015, une nouvelle vague de manifestants a traversé les rues de Yaoundé. Artistes, étudiants, hommes politiques, c’est toute la société Camerounaise qui a participé à cette marche de soutien à l’armée et à la nation.

Au milieu de cette foule on pouvait entendre « Ce que je sais, c’est qu’on va se battre ! S’il faut que nous, les civils, nous puissions aller au front, nous le ferons. Mais jamais Boko Haram n’aura raison du Cameroun. Nous défendrons notre pays coûte que vaille. ».  D’autres manifestants plus réalistes poussaient plus loin le propos : « Si Boko Haram réussit à s’infiltrer au Cameroun, ça veut dire qu’il y a des indics. Il y a des gens qui sont des Camerounais et qui disent à ces islamistes-là, à ces extrémistes-là : " La patrouille est passée, vous pouvez frapper. " Et ce n’est pas sérieux ! ». Pour rappel depuis le début des affrontements avec les islamistes, les forces armées Camerounaises ont interpellé plusieurs pions de Boko Haram au sein de cette population Camerounaise du nord. Les dernières arrestations étaient celles de 13 chefs.

Le peuple Camerounais qu’on croyait fragmenté s’est solidarisé autour de la guerre contre Boko Haram, de sorte que, cette armée qui sortie vainqueur de guerres plus rudes par le passé, qui remporte des batailles en Centrafrique où elle œuvre activement à ramener la paix, sortira vainqueur de cette épreuve. AFPmag

 

Cameroun : Volker Finke convoque 27 joueurs pour les éliminatoires de la CAN 2017

25 mai, 2015
Volker Finke (à gauche) et Stéphane Mbia
Le sélectionneur de l'équipe du Cameroun Volker Finke (à gauche) et le capitaine des Lions indomptables Stéphane Mbia

 

Les appels au départ de Volker Finke n’ont servi à rien, d’ailleurs le sélectionneur allemand, vient de dévoiler la liste des 27 joueurs convoqués pour ces éliminatoires de la CAN 2017 qui commencent le 14 juin prochain face à la Mauritanie.

Alors que les appels au départ de Volker Finke n’ont servi à rien, le sélectionneur allemand est reparti en quête d’une nouvelle qualification à la CAN. Pour les éliminatoires de l’édition 2017 le coach des lions indomptables du Cameroun vient de dévoiler une liste de 27 joueurs. Trois nouveaux joueurs rejoignent la troupe que conduira certainement encore Stéphane Mbia. Il s’agit de Félix Eboa, milieu de terrain des moins de 19 ans du PSG, Carl Toko Ekambi qui évolue avec Sochaux en D2 française et Justin Mengolo qui évolue en Roumanie, tous deux attaquants.

Liboy Li Kundum : un album qui déchaîne les passions.

13 mars, 2015
Eric Beck's
Le musicien Erik Beck's, le 12 mars 2015 lors du concert à l'Institut Al Mowafaqa, Rabat - © Afrique Progrès Magazine

 

C'est à la consécration d'un artiste que l'on a assisté ce jeudi 12 mars 2015 à Rabat. Le concert qui tenait lieu dans l'enceinte de l'institut Al Mowafaqa, sous l'égide de Bernard Coyault, aura été pour les populations de la métropole marocaine, un vrai moment de recueillement. Erik Beck’s, l'enfant longtemps chéri du public marocain, avec ce concert, annonce son disque et le lancement de sa carrière internationale.

Pari réussi pour Erik Beck’s et l'institut Al Mowafaqa? Certainement, oui. Le chanteur de 34 ans qui s'est produit ce jeudi 12 mars 2015 dans les locaux de l'institut œcuménique Al Mowafaqa,  s'est frayé encore une voie dans l'estime du peuple marocain et de nombreux étrangers venus célébrer son talent.

Fils d'un mélomane, celui qui va à l'international aujourd'hui avec son premier album solo, a fait ses preuves sur toutes les scènes marocaines après les podiums de Yaoundé, sa ville natale. Ce chef d'œuvre de dix chansons, rappelle les grandes figures du reggae et reste pour le peuple africain, une balade dans les artères de l'histoire Camerounaise.

 

Eric Beck's au concert de l'Institut Al Mowafaqa
Liboy Li Kundum est le projet d'album de l'artiste Erik Beck's- © Afrique Progrès Magazine

"Liboy Li Kundum" ou "Mpodol Um Nyobe", chanson que l'auteur dédie à la figure emblématique de la lutte pour la décolonisation du Cameroun, ont déchaîné l'effervescence et scellé la montée de cette étoile. Jean Eric Dally, membre de l’organisation de ce concert et artiste musicien, s’est félicité de la réussite de cet évènement avant de déclarer que : « C’est une œuvre de génie ». 

En attendant l’arrivée de cet album dans les mois qui viennent, l’auteur qui s’est gardé de toute déclaration hardie, parle de retrouver dès demain le studio, cette place où il entend passer désormais sa vie. Onesiphore Nembe. AFPmag.

 

Extrait du concert Liboy Li Kundum à l'Institut Al Mowafaqa

 

Cameroun : Cap sur la transformation de 30% de la production cacaoyère nationale.

19 mars, 2015

Les autorités camerounaises, enclines à une dynamique de croissance tous azimuts, ne laissent plus en reste aucun domaine de cette économie si florissante déjà. Après le secteur portuaire qui voit l’arrivée du grand port en eau profonde de Kribi, d’autres chantiers annoncent une croissance forte pour le pays de Paul Biya. Cette fois Yaoundé table sur l’augmentation de la transformation de cacao sur place. Désormais le pays pourrait transformer sur place 30% de son cacao, contre 13% seulement pendant l’exercice 2013/2014.

La Côte d’Ivoire, leader mondial dans le secteur du cacao, n’est pas seule à envisager aujourd’hui un accroissement de la transformation locale de ses fèves. Le Cameroun qui vient à la cinquième place des pays producteurs de cacao, dans son optique de booster sa croissance et de se libérer d’un marché des matières premières fortement désavantageux pour les pays du continent noir, table à son tour sur la mise en place de  nouvelles unités de transformation de cacao, en vue d’atteindre dans de brèves échéances, une transformation locale de 30% contre seulement 13% pendant le dernier exercice.

Loin des cités urbaines, près des régions où on produit le cacao, ces dix nouvelles structures vont voir le jour. L’objectif poursuivi par le ministère du développement industriel est un accroissement de « la transformation locale ».

Si donc le pays de Paul Biya a transformé l’exercice dernier 32 700 tonnes de cacao, on table cette fois-ci sur une transformation de 70 000 tonnes. De ce fait, Bruno Ntakeu, sous-directeur en charge de cette branche au ministère du Développement industriel, déclarait à Reuters que le Cameroun souhaite porter ses capacités de transformation du cacao à 30 % de sa production, soit 70 000 tonnes par an. Donc les autorités qui n’ont rien révélé encore sur la façon donc elles vont procéder pour mobiliser les 5,2 millions de dollars qu’il faut pour la réalisation des dix nouvelles unités, parlent cependant d’un traitement journalier de 15 tonnes par celles-ci. Ainsi des 32 000 tonnes que le pays transformait chaque année, s’ajoutera 36 000 autres.

Cinquième pays producteur de cacao dans le monde, le Cameroun compte une production annuelle avoisinant les 210 tonnes ; ce qui est trop pour ses trois transformateurs déjà présents, Sic Cacaos, du suisse Barry Callebaut, Chococam, du sud-africain Tiger Brands, et une filiale du marocain Compagnie chérifienne de chocolaterie. Onesiphore Nembe. AFPmag. 

Zone Cemac : le FMI table sur un important recul de la croissance en 2015

12 mai, 2015

 

Baisse des investissements publics, chute sans précédente des cours du pétrole, voici autant de raisons évoquées par la commission du FMI qui vient de séjourner dans la région Cemac et qui a annoncé le recul net du taux de croissance : de 4,6% de l’année dernière à 2,2% au terme de cette année 2015.

La nouvelle du recul des chiffres du taux de croissance dans la zone Cemac est tombée finalement. De 4,6% de croissance l’année 2014, les pays de la zone Cemac pourraient descendre à un taux de croissance de 2,2%, ce qui est la baisse la plus importante depuis une décennie.

Cameroun : Après Sémengué, François Hollande va-t-il admettre le massacre des peuples Bassa’a et Bamiléké.

29 juin, 2015
Défilé des troupes de la France libre devant le Général De Gaulle en Septembre 1940 à Douala, Cameroun.
Défilé des troupes de la France libre devant le Général De Gaulle en Septembre 1940 à Douala, Cameroun.

Entre 1955 et 1971, ce sont quelques centaines de milliers de camerounais issus des peuples Bassa’a dans le littoral et le centre et du peuple Bamiléké issu de la région Ouest du pays, qui ont été massacré par la jeune armée nationale camerounaise soutenue par l’administration coloniale française. Ces massacres jamais avoués officiellement, ont été reconnu par le général Sémengué et pourraient être admis par François Hollande lors de son voyage à Yaoundé le 3 juillet prochain.

Massacre de l’UPC au Cameroun : l’histoire en parle, les officiels presque jamais, c’est à croire que le plus grand crime jamais perpétré dans l’histoire du Cameroun et dans l’histoire de nombreuses ex-colonies françaises, est une pure invention selon les termes de François Fillon. Alors que ce dernier était encore premier ministre français en 2009, interrogé lors d’une conférence de presse au sujet de la responsabilité française dans ces massacres, il affirmait : « Madame, ceci est une pure invention ! »