Actualité en continu

TCHAD : situation lamentable des étudiants !

12 octobre, 2015

++ La vie des étudiants tchadiens s’aggrave, tant au niveau national que régional. N’en déplaise au président tchadien Idriss Deby Itno qui se considère comme un partenaire incontournable de France dans la lutte contre Boko Haram, mais la situation est alarmante.

Affaire Hissène Habré : Idriss Déby pris dans son propre piège

04 septembre, 2015

Bien au chaud dans son palais à N’Djamena depuis le début du procès Hissène Habré le 20 juillet dernier, Idriss Déby, président de la république du Tchad et ami de longue date du prévenu, vient d’être à son tour interpellé pour torture et exécution de prisonniers de guerre. Ces faits remontent à l’époque où le président tchadien était reparti au maquis.

Tchad : peine de mort pour les terroristes, N’Djamena n’a pas hésité un seul instant

31 juillet, 2015

Moins de deux semaines après le dernier attentat à N’Djamena, l’assemblée nationale du pays vient de voter un projet de loi portant peine capitale pour les auteurs d’actes terroristes. Ce vote qui s’est fait au parlement ce jeudi 30 juillet, n’a été possible qu’après des amendements du texte initial, ce qui a permis l’adhésion des mouvements d’opposition à ce projet.

Lutte contre Boko Haram : les choses se mettent en place toujours aucune précision sur le droit de poursuite de l’armée Camerounaise

31 juillet, 2015

La nomination jeudi du général nigérian, Illya Abbah, à la tête de la force multinationale et l’annonce de la fin des travaux ce week-end de l’Etat-major basé à N’Djamena, sont assez de points positifs pour la force multinationale. Alors que la mise en place des unités commence bientôt, la question du droit de poursuite de l’armée camerounaise reste en suspens et cela bien que la lettre des textes de cette opération l’autorise.

Tchad : Condamnation à perpétuité des complices d’Hissène Habré.

26 mars, 2015

Les ex-reponsables de la DDS (police politique sous la dictature de Hissène Habré) poursuivis par la justice tchadienne. 

Ce mercredi matin, la cour criminelle spéciale de N’djamena a procédé à la condamnation à perpétuité de sept acolytes de l’ex-chef d’Etat du Tchad et dictateur Hissène Habré, accusés d’assassinats et de tortures. Quatre d’entre eux ont été relaxés, tandis que certains autres écopent d’une peine qui se situe entre 7 et 20 ans.

Au cours d’un procès qui s’est tenu à N’djamena ce mercredi matin, la cour criminelle spéciale a condamné à perpétuité sept complices du dictateur tchadien. Pour tous le motif de la condamnation est le même, « assassinats » et « tortures ». Ces sept hommes étaient tortionnaires ou donneur d’ordre au sein de la DDS, la police politique du régime de l’époque.

Mais les 28 hommes interpellés dans le cadre de cette affaire n’ont pas tous écopé. Puisque si Saleh Younous, premier directeur de la DDS est parti pour une peine à perpétuité, Toké Dadi, directeur adjoint de cette même police politique, est quant à lui acquitté avec trois autres. Cinq des personnes inculpées dans le cadre de cette affaire, ne seront plus poursuivies aujourd’hui puisqu’ils sont morts. Une dernière frange de ces inculpés a écopé de peines comprises entre 7 et 20 ans de travaux forcés.

Tandis que certaines figures de ce régime de l’époque telle que Guihini Korei, ancien directeur général de la DDS et Bandjim Bandoum, ancien gendarme, restent non inquiétés, la cour préconise la poursuite de cette procédure judiciaire.

Les 7 000 parties civiles de ce procès pourraient connaître finalement un happy end à l’issue de cette procédure, puisque l’Etat a été condamné pour sa part à leur verser 37,5 milliards de Fcfa (57 millions d’euros). Mais cette époque qu’on veut oublier, ne sera pas gommée de la mémoire du peuple tchadien qui a perdu 40 000 hommes au cours de ce passage d’Hissène Habré à la tête de l’Etat. Dans les jours qui viennent, un monument sera construit à Hamral Goz, où les fosses communes témoignent encore de la cruauté de ce régime, tandis qu’ à N’djamena, les locaux de la DDS, situés dans l’enceinte du palais présidentiel actuel, deviendront un musée. AFPmag.

Tchad : Trois attentats en 25 jours, 65 morts, et pourtant un calme imperturbable à N’Djamena

13 juillet, 2015
Le marché central de N'Djamena où un homme déguisé en femme s'est fait exploser samedi le 11 juillet 2015
Le marché central de N'Djamena où un homme déguisé en femme, habillé en burqa, s'est fait exploser samedi le 11 juillet 2015

 

Attaquée trois fois en moins d’un mois par les terroristes de Boko Haram, la capitale tchadienne enregistre déjà 65 morts, parmi lesquels cinq policiers et leur informateur tués lors d’une fouille dans une maison qui abritait des terroristes. Pourtant contre toute attente, la population dans cette ville de N’Djamena continue de vaquer à ses occupations et reste confiante en l’avenir.

Double explosion le 15 juin dernier, suicide collectif de six terroristes le 29 juin lors d’une fouille dans une maison qui abritait des terroristes de la secte nigériane, ce jour ce sont cinq policiers et leur informateur qui avaient péri, attentat du samedi 11 juillet au marché central de N’Djamena, la capitale tchadienne compte quelques 65 victimes en moins d’un mois. Assez pour défaire le mental et monter la population contre ses gouvernants.

Tchad : Condamnation à perpétuité des complices d’Hissène Habré.

26 mars, 2015

Les ex-reponsables de la DDS (police politique sous la dictature de Hissène Habré) poursuivis par la justice tchadienne. 

Ce mercredi matin, la cour criminelle spéciale de N’djamena a procédé à la condamnation à perpétuité de sept acolytes de l’ex-chef d’Etat du Tchad et dictateur Hissène Habré, accusés d’assassinats et de tortures. Quatre d’entre eux ont été relaxés, tandis que certains autres écopent d’une peine qui se situe entre 7 et 20 ans.

Au cours d’un procès qui s’est tenu à N’djamena ce mercredi matin, la cour criminelle spéciale a condamné à perpétuité sept complices du dictateur tchadien. Pour tous le motif de la condamnation est le même, « assassinats » et « tortures ». Ces sept hommes étaient tortionnaires ou donneur d’ordre au sein de la DDS, la police politique du régime de l’époque.

Mais les 28 hommes interpellés dans le cadre de cette affaire n’ont pas tous écopé. Puisque si Saleh Younous, premier directeur de la DDS est parti pour une peine à perpétuité, Toké Dadi, directeur adjoint de cette même police politique, est quant à lui acquitté avec trois autres. Cinq des personnes inculpées dans le cadre de cette affaire, ne seront plus poursuivies aujourd’hui puisqu’ils sont morts. Une dernière frange de ces inculpés a écopé de peines comprises entre 7 et 20 ans de travaux forcés.

Tandis que certaines figures de ce régime de l’époque telle que Guihini Korei, ancien directeur général de la DDS et Bandjim Bandoum, ancien gendarme, restent non inquiétés, la cour préconise la poursuite de cette procédure judiciaire.

Les 7 000 parties civiles de ce procès pourraient connaître finalement un happy end à l’issue de cette procédure, puisque l’Etat a été condamné pour sa part à leur verser 37,5 milliards de Fcfa (57 millions d’euros). Mais cette époque qu’on veut oublier, ne sera pas gommée de la mémoire du peuple tchadien qui a perdu 40 000 hommes au cours de ce passage d’Hissène Habré à la tête de l’Etat. Dans les jours qui viennent, un monument sera construit à Hamral Goz, où les fosses communes témoignent encore de la cruauté de ce régime, tandis qu’ à N’djamena, les locaux de la DDS, situés dans l’enceinte du palais présidentiel actuel, deviendront un musée. AFPmag.

Un four solaire "made in" Tchad change l’ambiance traditionnelle de la cuisson.

31 mars, 2015

 

Le four Promosol 100% made in Tchad.
Le four Promosol fabriqué au Tchad.

 

Promosol, une ONG implantée au Tchad vient de lancer une révolution à l’échelle nationale. Alors que la déforestation a atteint des seuils records et que la diminution du bois de chauffe a eu pour conséquence la flambée des prix de cette ressource si utile dans la cuisson, l’ONG a mis sur pied un four solaire qui coûte entre 40 000 Fcfa et 60 000 (60-90 euros) et permet désormais la cuisson des aliments grâce au soleil.

Le projet initié au Tchad il y a trois ans par l’ONG Promosol est en train de révolutionner la nation entière. Jusqu’à présent la plupart des foyers du pays utilisaient le bois de chauffe pour cuire les aliments, une habitude qui pourrait connaître un terme au cours des jours qui viennent, puisque l’ONG vient de mettre sur pied un four solaire qui permettra désormais la cuisson des aliments grâce au soleil.

Le produit est  100% made in Tchad. Depuis les matières assemblées dans le cadre de sa confection jusqu’aux mains qui le fabrique, tout est tchadien. Ce four d’un genre nouveau est une alternative écologique et permet de se passer du bois, ressource périssable très chère en ce moment. L’avantage de cette nouvelle offre est que l’énergie solaire, contrairement au bois de chauffe, est gratuite et inépuisable.

Plusieurs emplois se sont déjà créés autour du projet et des dizaines d’autres emplois, voire même des centaines devraient se créer dans les jours qui viennent. Mais pour les 800 utilisateurs déjà enregistrés, c’est le bonheur. AFPmag.  

Tchad : Le plan très novateur de Bedoumra Kordjé, candidat à la présidence de la BAD

05 mai, 2015
Bédoumra Kordjé
Bédoumra Kordjé

 

Après vingt-neuf ans passés à la banque africaine de développement (BAD), Bedoumra Kordjé, diplomé de l’École nationale supérieure des télécommunications de Paris et actuel ministre des finances et du budget, est depuis quelques temps candidat à la succession du rwandais Donald Kaberuka. Son expérience de seize années dans les postes de direction au sein de la BAD et celui notamment de vice-président, lui auront permis d’autopsier complètement la boîte, et aujourd’hui sa feuille de route innove à plus d’un titre.

S’il suffisait de maîtriser les rouages de la BAD, Bedoumra Kordjé, diplomé de l’école nationale supérieure des télécommunications de Paris et actuel ministre des finances et du budget du Tchad, après vingt-neuf ans passés au sein de la banque et donc seize années dans les postes de direction, serait le candidat idoine pour le remplacement du Rwandais Donald Kaberuka. Mais le ministre devra aller au vote à côté de sept autres candidats. 

Zone Cemac : le FMI table sur un important recul de la croissance en 2015

12 mai, 2015

 

Baisse des investissements publics, chute sans précédente des cours du pétrole, voici autant de raisons évoquées par la commission du FMI qui vient de séjourner dans la région Cemac et qui a annoncé le recul net du taux de croissance : de 4,6% de l’année dernière à 2,2% au terme de cette année 2015.

La nouvelle du recul des chiffres du taux de croissance dans la zone Cemac est tombée finalement. De 4,6% de croissance l’année 2014, les pays de la zone Cemac pourraient descendre à un taux de croissance de 2,2%, ce qui est la baisse la plus importante depuis une décennie.