Actualité en continu

A la veille des présidentielles, Boko Haram plus que jamais acculé par l’armée nigériane.

27 mars, 2015

 

A un jour de l’élection présidentielle au Nigeria, l’armée est plus que jamais déterminée à tenir en respect les islamistes de Boko Haram. Avions de chasse, chars d’assaut, fusils mitrailleuses, tout est bon pour reprendre la ville de Gwoza, tenue par la secte depuis plusieurs mois.

Située à une centaine de kilomètres à l'est de Chibok dans le Sud de l'Etat de Borno, la ville de Gwoza où l’armée nigériane mène une campagne sans relâche contre Boko Haram depuis une semaine, comptait plus de 200 000 habitants avant sa prise par la secte. Depuis une semaine l’armée nigériane mène une offensive d’envergure contre les positions de la secte dans cette ville. Certaines sources avancent que les localités de Limankara et de Pulka dans la périphérie de Gwoza, tenues depuis neuf mois par Boko Haram ont été libérées. Ces informations seraient vraies à en croire les forces armées Camerounaises qui se trouvent à quelques lieues  de cette ville située près de sa base militaire de Kolofata.

Nigeria : Boko Haram ne constitue plus une grave menace.

29 mars, 2015

 

Une fillette nigériane se tient devant des soldats du Niger et du Tchad dans la ville de Damasak, qui vient d'être reprise à Boko Haram.
Une fillette nigériane se tient devant des soldats du Niger et du Tchad dans la ville de Damasak, reprise à Boko Haram.

 

3 janvier 2015, le monde entier a l’œil rivé sur le Nigeria où, à en croire les médias, jusqu’à 2 000 individus à Baga auraient été victimes du plus pire massacre de l’histoire de Boko Haram. 2 000 morts ou un peu moins, tant ces chiffres sont gonflés, tant le deuil est grand. Désormais la détermination à neutraliser la secte touchait les autres pays du lac Tchad après le Cameroun en combat depuis plus de huit mois. Alors que le Nigeria vient de passer ce samedi 28 mars ses présidentielles sans graves dégâts sur le plan sécuritaire, il est clair aujourd’hui que Boko Haram a perdu sa puissance de destruction de ce début d’année.

Deux heurts dans le pays, 7 morts au total, voici le bilan de Boko Haram alors que le Nigeria tenait ses présidentielles ce 28 mars 2015. Pourtant avec les exactions de Baga où les médias parlaient de 2 000 morts en janvier dernier, on craignait le pire ; et cela d’autant plus que Abubakar Shekau avait fait le serment de plonger cette élection dans le chaos. A Gombe ce samedi matin, deux hommes armés ont ouvert le feu sur des électeurs faisant cinq morts. Dans le même Etat, deux autres localités ont été visées par des tirs attribués aux islamistes de Boko Haram. Là-bas on déplore deux morts.  

Boko Haram vient de perdre son dernier Bastion.

03 avril, 2015

{module Réseaux sociaux}

 

Considéré comme le dernier bastion de la secte islamiste, Malam Fatori, ville nigériane tombée entre les mains des islamistes de Boko Haram en Novembre dernier, vient d’être reprise par la force multinationale. Cette reprise a fait des centaines de morts dans le camp islamiste et neuf soldats tchadiens ont perdu la vie au cours d’une embuscade dans les alentours de la ville.

Des centaines de combattants de Boko Haram tués, 9 soldats tchadiens morts dans une embuscade islamiste non loin de Malam Fatori alors que leur colonne, spécialisé dans le ratissage, parcourait les environs de la ville en feu ; voici le bilan donné par les forces armées tchadiennes quand le dernier bastion islamiste vient de tomber. Les islamistes s’étaient rendus maître de cette ville en novembre dernier.

Après Gambaru, Baga, ou Damasak, Malam Fatori était selon les experts, le dernier bastion des islamistes dans le Nord-Est du Nigeria. Sa reprise par la force multinationale vient de dessiner la fin de la campagne contre Boko Haram. On rappelle que cette force multinationale a arraché chaque jour une victoire au prix d’une forte détermination. Se frayant à chaque fois une route au milieu des combattants de Boko Haram, elle a remis l’ordre dans plusieurs villes et localités en seulement deux mois.

L’arrivée d’un nouveau chef d’Etat à la tête du Nigeria et sa détermination à ramener la paix dans cette région Nord-Est du pays sont un gage suffisant pour faire croire à l’extinction prochaine de Boko Haram. Mais Muhamadu Buhari n’a encore fait une aucune déclaration sur la tactique qu’il voudrait adopter pour l’effacement total de la secte, ni sur la présence des forces armées des pays voisins sur son territoire. Du coup on se demande aujourd’hui quel est l’avenir de cette force multinationale si la guerre contre Boko Haram devait continuer ? AFPmag.

Boko Haram : Paralysé mais encore nuisible.

19 avril, 2015
Des islamistes de Boko Haram sur un tank (capture d'écran d'une vidéo de propagande publiée par Boko Haram en novembre 2014)

 

Bien que paralysé, Boko Haram est toujours une secte nuisible. Les habitants de Bia, un hameau situé dans la localité de Kolofata, à l’extrême Nord du Cameroun, viennent d’essuyer un revers de la secte. Dans la nuit du jeudi au vendredi, une dizaine de personnes auraient été tuées dans une attaque éclair islamiste.

Malgré la perte de toutes ses places fortes, Boko Haram, secte mal structurée en ce moment et fortement diminuée sur le plan des effectifs, continue de commettre des atrocités aux frontières des Etats voisins. Au Cameroun où l’armée a connu une certaine  accalmie depuis quelques semaines, le relâchement de la vigilance des forces armées vient de coûter la vie à une dizaine de nationaux.

Boko Haram : quelques jours encore et viendra la fin

23 avril, 2015
Patrouille de l'armée nigériane dans la forêt de Sambisa.

Le président élu du Nigeria n’aura peut-être plus à combattre Boko Haram, puisque l’armée nationale, encore sous les ordres de Goodluck Jonathan, vient de lancer une vaste campagne contre les islamistes dans leur dernier bastion : la forêt de Sambissa. Plus que quelques jours et la fin de la secte peut survenir.

Dans la forêt de Sambissa où les 200 lycéennes kidnappées en avril 2014 avaient été aménées et où elles auraient été tuées récemment, l’armée nigériane a ouvert hier, mercredi 22 avril 2015, une vaste opération militaire contre les islamistes de Boko Haram. Sambissa, dernier bastion connu de la secte Boko Haram, va craquer sous le plomb de cette armée nigériane décidée à ramener le calme après des années de terreur.

Nigeria: Libération de 300 femmes prisonnières de Boko Haram

29 avril, 2015
Fillette kidnappée par Boko Haram
Capture d'écran d'une vidéo de propagande, diffusée par Boko Haram en mai 2014, montrant une fillette vêtue d'un hijab et parlant à la camera dans un lieu inconnu.

Les 300 filles et femmes que l’armée vient de libérer alors qu’elle mène une opération militaire contre les islamistes de Boko Haram dans les forêts de Sambisa, leur dernier fief connu, ne sont certes pas les lycéennes de Chibok, mais elles sont un espoir de retrouver encore des survivantes parmi les milliers de femmes kidnappées ces dernières années.

Dans la forêt de Sambisa où l’armée nigériane mène une vaste offensive contre les islamistes de Boko Haram depuis le 22 avril dernier, 200 filles et 93 femmes viennent d’être libérées de la secte. Ces filles, selon le colonel Sani Usmane, un porte-parole de l’armée, ne sont pas les lycéennes de Chibok enlevées l’an dernier et qui ont mis en marche le mouvement « bring back our girls ». Mais elles font partie des milliers de filles enlevées ces dernières années par les combattants de Boko Haram.

Nigeria : L’armée libère 234 autres femmes otages de Boko Haram

03 mai, 2015

Au Nigeria où l’offensive menée contre Boko Haram dans la forêt de Sambisa se poursuit sur des mines disposées çà et là, l’armée a libéré vendredi dernier une nouvelle vague de femmes et filles, un total de 234, ce qui porte le nombre des otages libérées à 694.

A la suite de la nouvelle vague de libération de 234 femmes et filles survenue le vendredi dernier, le nombre des otages que l’armée a repris aux islamistes de Boko Haram en une semaine s’élève à 694. Pourtant l’offensive lancée contre les islamistes il y’ a une dizaine de jours dans l’immense forêt de Sambisa se poursuit.

Nigeria : Deux raisons pour lesquelles Boko Haram est perdu à jamais

06 mai, 2015
Deux prisonniers membres de Boko Haram capturés par l'armée tchadienne pendant la Bataille de Wurgé en février 2015.
Deux prisonniers membres de Boko Haram, capturés par l'armée tchadienne pendant la Bataille de Wurgé en février 2015.

 

Il fallait les témoignages des captives de Boko Haram libérées la semaine dernière, pour prendre la mesure du climat qui règne au sein du groupe islamiste en ce moment. Regrets, grognes, les combattants qui ont vu mourir leurs compagnons de lutte ne croient plus en leur cause, à croire qu’ils quitteraient la secte s’il le pouvait affirment ces femmes du camp d’accueil aménagé près de Yola, la capitale de l’Etat de l’Adamawa.

Les témoignages que les femmes libérées la semaine dernière de l’oppression de Boko Haram et qui se retrouvent dans un camp d’accueil près de Yola, la capitale de l’Etat de l’Adamawa dans le nord-est du Nigeria, viennent de livrer, sont une cause de plus de l’affaiblissement de la secte. Grognes, regrets, depuis un certain temps les combattants de la secte ne sont plus d’accord avec Abubakar Shekau.  Ils estiment qu’on leur a menti et que leur cause est perdue.

Nigeria : Boko Haram paralysé, des milliers de réfugiés forcés de rentrer au pays

08 mai, 2015
Des réfugiés qui ont été expulsés du Niger arrivent à Gaidam, Nigeria jeudi 6 mai 2015.
Des réfugiés nigérians qui ont été expulsés du Niger arrivent à Gaidam, Nigeria jeudi 6 mai 2015.

Alors que la guerre contre les islamistes tire à sa fin, l’heure du retour pour les milliers de Nigérians qui ont trouvé refuge au Niger a sonné. Depuis mardi dernier ce sont des milliers de citoyens nigérians qui retournent au bercail. Mais certaines sources trahissent un retour obligatoire.

Ils sont des milliers de Nigérians aujourd’hui à rejoindre le bercail après des mois d’exil au Niger. Charles Otagbabe, directeur des recherches du service nigérian de secours (NEMA) affirme que « Nous avons jusqu'à présent enregistré plus de 3.000 personnes qui sont revenues du Niger, des femmes et des enfants pour la plupart. L’homme ajoute que  Selon les informations dont nous disposons, 3.000 autres réfugiés sont sur le chemin du retour et attendent de passer les contrôles de sécurité à la frontière» 

Nouvelle défaillance de l’armée Nigériane face aux islamistes de Boko Haram

17 mai, 2015

La ville de Marte, l’un des sites repris aux insurgés, située sur  une route stratégique pour le commerce dans cette région du lac Tchad, vient de (re)tomber sous le contrôle de Boko Haram. Cette reprise a été annoncée par Mustapha Zannah, vice-gouverneur de l'Etat de Borno, dans la nuit du vendredi 15 au samedi 16 mai.

Les progrès enregistrés dans le combat contre les islamistes de Boko Haram depuis le mois de février dernier sont notables, 90% du territoire annexé par la secte a été repris. Mais les défaillances liées à la préservation des territoires repris persistent. Ce qui a favorisé une nouvelle reprise de la ville stratégique de Marte à la fin de la semaine dernière, par les insurgés de Boko Haram.