IMAGES DE L'ACTUALITE

Archives

« Février 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28        
Actualité en continu

France : Nicolas Sarkozy s’insurge contre les réfugiés dit « de guerre »

10 septembre, 2015

En plein bouleversement de sa politique migratoire, voici que la France de François Hollande doit faire l’objet des remontrances de la part de l’ancien chef d’Etat. Dans un entretien accordé à nos confrères du Figaro ce mercredi 9 septembre, Nicolas Sarkozy a renouvelé son opposition au système des quotas. Il affirme qu’un « véritable statut provisoire de réfugié de guerre » doit être mis en place pour les masses de réfugiés syriens et irakiens qui arrivent en France ces derniers mois, afin d’éviter « la désintégration de la société française ».

Migrants: Paris et Londres renforcent le dispositif de sécurité du tunnel sous la Manche, malgré les objections des associations

20 août, 2015

A Calais où Bernard Cazeneuve, ministre de l’intérieur français et son homologue britannique, Theresa May, vont se retrouver ce jeudi 20 août dans le cadre de la signature d’un accord visant le renforcement de la sécurité du site du tunnel sous la Manche, les militants associatifs ont martelé leur désaccord vis-à-vis de ce texte. Certains pensent qu’il pourrait provoquer la montée des effectifs de migrants dans la petite localité de 3 000 habitants.

Gabon : Maixent Accrombessi en garde à vue en France pour une affaire de corruption et blanchiment

04 août, 2015

Pour des actes de « corruption d’agent public étranger » et le « blanchiment » de fonds, Maixent Accrombessi, directeur de cabinet du président gabonais Ali Bongo Ondimba, a été placé lundi en garde à vue pendant plusieurs heures dans les locaux de la police judiciaire à Paris avant d’être relâché au soir pour des raisons d’immunité diplomatique.

Cameroun : le groupe Bolloré tente-t-il de reconquérir l’estime perdue de la France ?

30 janvier, 2015

Au Cameroun où la France a perdu une bonne part de son marché au profit des meilleurs offrants, le groupe Bolloré, présent dans le secteur portuaire tente par des gadgets à la mesure des étudiants, de reconquérir l’estime de la France au cœur de cette élite camerounaise de demain. Après les deux bus électriques offerts à l’université de Yaoundé I en mai dernier, Bolloré Africa Logistics, filiale du groupe français, a offert un troisième bus électrique mardi 27 janvier.

Le groupe Bolloré aurait-il finalement compris qu’une moindre redistribution des richesses à ces peuples surexploités est nécessaire pour s’attirer la sympathie ? Ou tire-t-il aujourd’hui les ficelles pour Paris qui tente par tous les moyens de revenir à sa position d’il y a une décennie dans ce continent africain émancipé ? Ne sachant pas, on s’en tiendra aux faits si étranges de la part de ce groupe qui n’a pas implanté le moindre édifice de référence dans ce Cameroun où il est présent depuis des décennies.

En fait, mardi 27 janvier, Bolloré Africa Logistics, filiale du groupe français Bolloré, a offert un troisième bus aux étudiants de l’université de Yaoundé I. Comme les deux précédents, ce bus électrique ou « bus bleu » sera affecté au transport gratuit des étudiants de cette université, réservoir des dirigeants du Cameroun de demain. Cette offre bien ciblée, a été faite au cours d’une audience accordée par Philémon Yang, premier ministre du Cameroun, à une délégation des responsables de la filiale du groupe. Déjà dans un communiqué, la direction de l’entreprise précisait que «le 3ème bus électrique va offrir aux étudiants de Ngoa Ekellé, une plus grande flexibilité et un taux de rotation plus rapide sur le circuit de ce campus universitaire et ainsi accélérer la mobilité en toute sécurité des étudiants dans l’enceinte universitaire». Soulignons que les deux bus offerts le 8 mai 2014, ont transporté 540 000 passagers en 6 600 rotations, ce qui fait une moyenne de 2 000 étudiants transportés tous les jours.

Malgré le fait que le bus ne puisse jamais quitter l’enceinte de cette université de Ngoa Ekellé pour acheminer les étudiants dans leurs résidences quelconques de cette capitale camerounaise, il est une aubaine pour ces milliers d’étudiants qui étaient forcés par le passé de se déplacer à la marche dans ce vaste espace universitaire. C’est donc avec une immense joie que les étudiants, bien renseigné sur les buts de ces offres tardives, ont salué ce don. AFPmag.

 

Retour des légendes : Zinedine Zidane battu à 9-7 face à Ronaldo.

21 avril, 2015
Djorkaeff, Ronaldo et Zidane
Djorkaeff, Ronaldo et Zidane au cours du «match contre la pauvreté», lundi le 20 avril 2015 à Saint-Etienne.

 

Pour cette 12e édition du « Match contre la pauvreté » qui s’est jouée à St Etienne en France ce lundi 20 avril, Zinedine Zidane et Ronaldo ont remis les godas pour offrir un spectacle à ces 35 000 supporters venus à cette rencontre. Les fonds récoltés devraient servir dans la lutte contre le virus ébola que certains pays de la région ouest africaine font face depuis une année et demie.

La rencontre  qui opposait Zidane à Ronaldo s’est soldée par la victoire de la formation du mythique du légendaire attaquant brésilien. Les anciens joueurs de l’ASSE l’ont donc remportée à 9-7 face aux joueurs des bleus champion du monde 1998.

Tourmente à la Fifa : Chuck Blazer éclabousse la France et l’Afrique du Sud

04 juin, 2015
L'ancien cadre de la Fifa, Chuck Blazer, aux côtés du président démissionnaire Sepp Blatter.
L'ancien cadre de la FIFA, Chuck Blazer, aux côtés du président démissionnaire Sepp Blatter.

 

Décidé à sauver sa tête dans l’affaire de corruption et de racket qui secoue la Fifa, Chuck Blazer a tout dévoilé. Dans un témoignage que la justice américaine vient de rendre public ce mercredi, l’ancien secrétaire général de la Concacaf et membre du comité exécutif de la Fifa revient sur les pots-de-vin que lui et d’autres membres de la Fifa ont reçu pour les coupes du monde 1998 en France et 2010 en Afrique du Sud.

Nouvelle révélation dans l’affaire de corruption et de racket qui secoue la Fifa depuis une semaine. Chuck Blazer, ancien secrétaire général de la Concacaf a tout dévoilé finalement. Dans un témoignage rendu public par la justice américaine ce mercredi 03 juin 2015, l’américain affirme que «Durant ma collaboration avec la FIFA et la CONCACAF, parmi d'autres choses, je me suis mis d'accord avec d'autres personnes, autour de 1992, pour faciliter l'acceptation d'un pot-de-vin en lien avec la sélection du pays hôte pour la Coupe du monde 1998».

RwandAir achète des avions Airbus et pas l’amitié française.

01 avril, 2015

 

Rendu photoréaliste du futur Airbus A330-200 de RwandAir
Rendu photoréaliste du futur Airbus A330-200 de RwandAir – © Airbus

 

21 ans après les évènements de 1994 qui causèrent la rupture entre la France et le Rwanda,  l’achat de deux Airbus A330-300 et A330-200 le 24 mars dernier par la compagnie RwandAir, a fait croire un instant que Kigali tentait un rapprochement ; un fait qui dans le fond ne vaut pas plus qu’un acte d’achat quelconque.

C’est sans doute le premier acte de « rapprochement » que le Rwanda a posé depuis la fin du génocide en 1994. Sa compagnie aérienne nationale vient de s’acheter deux Airbus A330-300 et A330-200 le 24 mars passé.  De l’avis de certains, l’acte d’achat pourrait viser un réchauffement des relations avec l’Europe et surtout la France. Pourtant un diplomate français interpellé sur cette question assure que « C'était une négociation strictement privée entre Airbus et RwandAir à laquelle nous n'avons pas été mêlés ».

Donc le Rwanda, habituellement tourné vers le constructeur américain Boeing, en dérogeant à cette habitude, n’aura pas tenté le rapprochement avec Paris, puisque le dossier de l’achat des deux appareils qui serviront à partir de 2016 à desservir Londres, Francfort et Paris, a été traité entre l’avionneur et la compagnie, sans aucune interaction diplomatique.  Et puis il fallait bien que les avions qui desserviront le ciel européen soient de construction européenne pour s’attirer les voyageurs européens de plus en plus regardant sur de tels détails.

 

Flash back.

Entre Paris et Kigali, les relations ne sont plus au beau fixe depuis la fin du génocide. Plusieurs fois la responsabilité de Paris dans les exactions qui ont été commises cette année 1994 a été évoquée. Mais les autorités françaises ont toujours nié leur implication, et cela même quand les écrits tels que l’ouvrage de Serge Farnel, Rwanda, 13 mai 1994. Un massacre français ?, revenaient largement sur cette saison qu’un militaire blanc décrit comme français par les témoins survivants, « pilonnait les civils tutsi sur la colline de Gititi ». Onesiphore Nembe. AFPmag.

RwandAir achète des avions Airbus et pas l’amitié française.

01 avril, 2015

 

Rendu photoréaliste du futur Airbus A330-200 de RwandAir
Rendu photoréaliste du futur Airbus A330-200 de RwandAir – © Airbus

 

21 ans après les évènements de 1994 qui causèrent la rupture entre la France et le Rwanda,  l’achat de deux Airbus A330-300 et A330-200 le 24 mars dernier par la compagnie RwandAir, a fait croire un instant que Kigali tentait un rapprochement ; un fait qui dans le fond ne vaut pas plus qu’un acte d’achat quelconque.

C’est sans doute le premier acte de « rapprochement » que le Rwanda a posé depuis la fin du génocide en 1994. Sa compagnie aérienne nationale vient de s’acheter deux Airbus A330-300 et A330-200 le 24 mars passé.  De l’avis de certains, l’acte d’achat pourrait viser un réchauffement des relations avec l’Europe et surtout la France. Pourtant un diplomate français interpellé sur cette question assure que « C'était une négociation strictement privée entre Airbus et RwandAir à laquelle nous n'avons pas été mêlés ».

Donc le Rwanda, habituellement tourné vers le constructeur américain Boeing, en dérogeant à cette habitude, n’aura pas tenté le rapprochement avec Paris, puisque le dossier de l’achat des deux appareils qui serviront à partir de 2016 à desservir Londres, Francfort et Paris, a été traité entre l’avionneur et la compagnie, sans aucune interaction diplomatique.  Et puis il fallait bien que les avions qui desserviront le ciel européen soient de construction européenne pour s’attirer les voyageurs européens de plus en plus regardant sur de tels détails.

 

Flash back.

Entre Paris et Kigali, les relations ne sont plus au beau fixe depuis la fin du génocide. Plusieurs fois la responsabilité de Paris dans les exactions qui ont été commises cette année 1994 a été évoquée. Mais les autorités françaises ont toujours nié leur implication, et cela même quand les écrits tels que l’ouvrage de Serge Farnel, Rwanda, 13 mai 1994. Un massacre français ?, revenaient largement sur cette saison qu’un militaire blanc décrit comme français par les témoins survivants, « pilonnait les civils tutsi sur la colline de Gititi ». Onesiphore Nembe. AFPmag.

Israël : la France a péché en votant en faveur de la Palestine.

02 janvier, 2015

Bien que le vote pour un projet de résolution palestinien ait été défavorable pour l’autorité Palestinienne, Shir-On, directeur général adjoint du ministère des affaires étrangères israélien, chargé de l’Europe, a signifié sa « profonde déception » à l’Etat français, via son ambassadeur qu’il a convoqué ce vendredi 2 janvier.

Finalement, exprimer sa position au cours d’un vote à l’ONU peut être source de remontrances. Puisque ce vendredi, le gouvernement de l’Etat hébreux, a signifié sa « profonde déception » à la France par son ambassadeur qu’il a convoqué. L’équipe de Benyamin Netannyahou n’a pas pardonné à l’Etat français d’avoir voté en faveur d’un projet de résolution Palestinien, et cela malgré l’échec de cette résolution.

 

Cette position française, pour l’Etat hébreux n’est pas dans l’intérêt de l’avancement du processus de paix. Shir-On, directeur général adjoint du ministère des affaires étrangères israélien, chargé de l’Europe, rappelle à la France que « Le seul moyen de parvenir à la paix est d'encourager les parties à reprendre les négociations, et non pas à travers des déclarations et des campagnes unilatérales ». Paris s’est défendu par son ambassadeur en arguant le fait qu’il ait voulu éviter « une division du Conseil de sécurité sur le sujet». Sommes toutes, on s’aperçoit des risques liés à la prise de position dans cette instance onusienne. Du coup l’on se demande si la neutralité n’est pas une bien meilleure position ? AFPmag.

 

Attentat à Charlie Hebdo : un vecteur vers l’islamophobie Français

09 janvier, 2015

Depuis l’attentat contre Charlie Hebdo, la France en quelques heures connaît une montée époustouflante de l’islamophobie. A travers tout le territoire Français, les lieux de culte et les familles musulmans sont devenus la cible d’un peuple français révolté.

Bien que tous les chefs religieux du monde musulman aient condamné avec la plus grande fermeté les actes terroristes qui ont frappé la France le 7 et le 8 janvier dernier, certains s’attendaient à des conséquences politiques. Ironie du sort, ils ont commencé dans la rue, où des français déchaînés, répondent désormais à la barbarie par des actes barbares.

Ils ne se seront pas fait attendre longtemps. Depuis la mort des douze hommes et de l’agent de police hier, mosquées et familles musulmanes sont exposées à la colère d’un peuple français fortement touché. Le Mans a vu la montée des tensions depuis le 7 janvier 2015. Dans cette ville où trois grenades d’exercice ont été lancées en direction des mosquées, le pire n’est pas à exclure pour demain. A Villefranche-sur-Sâone, les choses sont allées plus loin. On parle d’une explosion d’origine criminelle dans un restaurant Kébab situé non loin d’une mosquée. Bernard Perrut, maire de cette ville en paix jusqu’aux veilles de l’attentat contre charlie hebdo, n’a pas hésité de relier les deux évènements. « C’est lié a priori à la situation dramatique », a-t-il déclaré.

Port-La-Nouvelle dans le sud de la France, n’est pas en reste dans cette dynamique de répression contre un culte qui a pourtant condamné les actes criminels d’hommes qu’il semble avoir désavoué. Ici, ce sont des coups de feu qui ont été tirés dans une mosquée où les fidèles, à ce qu’il parait, priaient. La voiture d’une famille musulmane a été aussi visé dans une rue de Caromb par un coup de feu, tandis que sur les portails des mosquées on peut aujourd’hui lire : « morts aux arabes ». L’heure du divorce de la France avec les cinq millions de musulmans qu’elle accueille est-elle arrivée finalement ? Même si on ne déplore aucune perte en vie humaine, une telle idée reste bien plausible.

C’est triste de voir en si peu de temps, la grande France, celle qui pendant longtemps s’est érigée comme un modèle de société unique sur le plan social, sur le plan culturel, sur le plan des droits humains, embrasser la haine et répondre à l’anarchie par l’anarchie. La France a perdu des vies précieuses ces 7 et 8 janvier 2015, mais la France veut-elle se perdre à jamais dans ces labyrinthes xénophobes, où tant de fois, l’humanité se perdant, regretta des malheurs qu’il s’était imposé ? AFPmag.