IMAGES DE L'ACTUALITE

Archives

« Janvier 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
Actualité en continu

Burundi : L’Union européenne prend des sanctions contre des proches de Nkurunziza

02 octobre, 2015

Dans un communiqué publié ce vendredi 2 septembre, l’Union Européenne a pris des sanctions contre quatre membres du gouvernement burundais. Les personnes concernées auraient fait obstacle à la recherche d’une solution politique au Burundi.

Burundi: la guerre n’a pas commencé

10 septembre, 2015

S’agit-il finalement de la guerre entre manifestants contre un troisième mandats et les forces de l’ordre fidèles à Pierre Nkurunziza ? impossible de se prononcer sur la question, bien qu’une position de l’armée burundaise vient d’être attaquée par un groupe armé non identifié, le mardi 8 septembre. La confrontation s’est déroulée pendant une trentaine de minutes dans la commune de Kanyosha, près de Bujumbura.

Burundi : nouvel assassinat d’un opposant au pays de Pierre Nkurunziza

09 septembre, 2015

Au Burundi où la situation reste tendue entre les opposants au troisième mandat et les forces loyales au président Pierre Nkurunziza, le porte-parole de l'Union pour la paix et la démocratie (UPD), parti d’opposition, vient d’être tué par balles lundi soir alors qu'il rentrait chez lui.

Burundi : des échanges de tirs et des morts à Bujumbura

03 septembre, 2015

La contestation contre le troisième mandat de Pierre Nkurunziza vient de reprendre à Bujumbura. Après l’assassinat dimanche dernier de deux militants de l’opposition, la capitale burundaise connaît une flambée de la violence. Au moins quatre personnes sont mortes dans les échanges de tirs entre insurgés et force de l’ordre. Ces évènements sont arrivés dans certains quartiers de la capitale, notamment, Jabe et Nyakabiga (centre) et Musaga (sud).

Burundi : le gouvernement d’union nationale version Pierre Nkurunziza

26 août, 2015

Quatre jours après sa prestation de serment, Pierre Nkurunziza vient de nommer un gouvernement d’union nationale. Sans surprise, le chef d’Etat n’a pas recouru aux consultations avec les autres franges de la société, mais a procédé à un véritable remaniement, avec quinze nouveaux ministres, dont cinq partisans d’Agathon Rwasa.

Burundi : trois difficultés à surmonter dans la mise en place d’un gouvernement d’union nationale

21 août, 2015

Analyse proposée par Onesiphore Nembe, expert de la crise burundaise.

La prestation de serment surprise de ce jeudi 20 août étant passée, place aux déclarations fortes de Pierre Nkurunziza. Dans les minutes qui ont suivi sa prise de fonction pour le troisième mandat consécutif, le chef d’Etat a exprimé sa volonté de mettre en place « très rapidement » un gouvernement d’union nationale. Cette idée qui vise à calmer les acteurs de la contestation a-t-elle des chances de réussir aujourd’hui ?

Burundi : Nkurunziza ne finira pas son mandat à la tête du pays pour ces trois raisons

20 août, 2015

Les nuits restent ponctuées par des bruits intempestifs d’armes lourdes dans la capitale burundaise. Entre opposants au troisième mandat de Pierre Nkurunziza et forces loyalistes au président qui prête serment ce jeudi 20 août, c’est la guerre. Dans le même temps, Kigali qui s’est montré favorable au départ de l’actuel chef d’Etat depuis les premières heures de ce conflit, abrite plusieurs cadres hostiles au régime burundais, des faits qui portent à croire que le mandat de cinq ans qui commence, ne s’achèvera pas.

Burundi : nouvel assassinat au sommet de l’Etat, un ex-chef d’Etat-major est tombé

16 août, 2015

Jean Bikomagu, ex-colonel dans l’armée burundaise et chef d’Etat-major entre 1993 et 2006, a été tué dans sa résidence du quartier Kabondo, à Bujumbura. Son assassinat s’est passé dans la mi-journée de ce samedi 15 août. Selon nos sources, la fille du défunt a été grièvement blessée au cours de la même attaque et se trouverait dans un état comateux. Les meurtriers ont quant à eux pris la fuite et restent introuvables.

Burundi: Quand être contre le chef d’Etat oblige le vice-président de la Cour constitutionnelle à s’exiler

05 mai, 2015
le juge Silvère Nimpagaritse (à droite sur la photo) prête serment comme vice-président de la cour constitutionnelle du Burundi.
Il y a un an jour pour jour, le 05/05/2014, le juge Sylvère NIMPAGARITSE (à droite sur la photo ci-dessus) prêtait serment comme vice-président de la cour constitutionnelle du Burundi. Il a pris la fuite ce lundi le 04/05/2015.

Sylvère Nimpagaritse, vice-président de la Cour constitutionnelle, vient de quitter le Burundi où la recrudescence des tensions autour de la candidature à un troisième mandat de Pierre Nkurunziza, a fait de nouvelles victimes ce lundi 4 mai.

Il était jusqu’à hier matin le vice-président de la Cour constitutionnelle du Burundi, pourtant depuis quelques heures, Sylvère Nimpagaritse a préféré les chemins rocailleux de l’exil au crime de comploter contre un peuple qui ne veut plus de son dirigeant de ses dix dernières années, un désir très en accord avec les textes de lois en vigueur dans le pays.

Burundi: Quand Nkurunziza et son équipe se moquent de l’EAC

13 juillet, 2015

Pour la communauté Est-africaine qui en est à son troisième sommet sur la question du retour du calme au Burundi, la décision de Pierre Nkurunziza de repousser la présidentielle de six jours, est une véritable insulte. Pourtant certains partisans du régime affirment que ce report fait suite à l’ « appel » lancé par la communauté et par l’ensemble des partis d’opposition burundais.

Après un énième appel de la communauté Est-africaine (EAC) à un report des élections au Burundi, Pierre Nkurunziza, vient de réagir favorablement. Les élections qui étaient prévues le 15 juillet prochain, se tiendront plutôt le 21 juillet, soit un report de six jours. Pourtant les chefs d’Etat de la région avaient demandé lors de leur deuxième sommet à Dar Es-Salam le 31 mai dernier, un report de six semaines pour le moins, compte tenu de« l'impasse actuelle au Burundi», selon les termes même de l’acte final de cette rencontre. Ce recul devait donner une chance au dialogue entre le régime et les opposants d’aboutir.