Actualité en continu

Tchad: Idriss Déby « Nous allons détruire Boko Haram ».

05 mars, 2015

Après les sommations rigolotes du chef de Boko Haram, Idriss Déby, militaire rôdé à l’art de la guerre, a lancé un ultimatum à Abubakar Shekau ce mercredi 4 mars. Le président Tchadien au cours de sa conférence de presse à N’djamena avec son homologue nigérien, a assuré savoir où se cache le leader de la secte avant de le sommer à se rendre afin de s’éviter le sort de ses larbins décimés depuis le lancement des offensives contre les positions de la secte.   

Bien qu’une série de victoires ait ponctué ces derniers jours  les offensives des forces armées multinationales qui opèrent contre Boko Haram, l’objectif reste la neutralisation du leader de la secte nigériane et de tout le mouvement. Au cours de sa conférence de presse à N’djamena aux côtés de Mahamadou Issoufou, chef d’Etat du Niger, Idriss Déby Itno, est passé à l’offensive contre Boko Haram. Le chef d’Etat Tchadien a lancé un ultimatum à Abubakar Shekau que la cachette est connue aujourd’hui. « Il a intérêt à se rendre, nous savons là où il est. S'il refuse de se rendre, il va subir le même sort que ses camarades » a-t-il déclaré. Par la suite Idriss Déby Itno, oubliant son statut de chef d’Etat, s’est exprimé en chef de guerre : « Nous allons défaire Boko Haram. Nous allons détruire Boko Haram. Nous allons gagner, non pas la bataille, mais nous allons gagner la guerre totale contre Boko Haram, il n’y a pas de doute ».

Mais arriveront-ils à détruire Boko Haram avant la tenue des présidentielles nigérianes le 28 mars prochain ? On se souvient que ces élections avaient été repoussées le 13 février dernier, à la veille de leur date initiale, afin d’éviter d’exposer les populations civiles à la menace islamiste. Le porte-parole du gouvernement nigérian avait demandé alors un délai de 6 semaines pour neutraliser la secte. Depuis, les islamistes ont perdu de nombreuses localités et des villes, mais sur le terrain de la terreur, ils se sont manifestés comme jamais par le passé. La semaine dernière, de nombreuses explosions avaient coûté la vie à quatre vingt dix innocents dans la région Nord-Est du pays. AFPmag. 

Contre Boko Haram : deux régiments tchadiens lancent un repli stratégique.

13 mars, 2015

 

Depuis l’annonce du départ de deux régiments tchadiens de Dikwa le vendredi dernier, des insinuations peu objectives nourrissent l’idée d’une rupture entre les deux pays voisins, et acteurs de la coalition multinationale qui lutte contre les islamistes de Boko Haram. Mais qu’en est-il dans la vérité ?

Près de dix jours après la reprise de Dikwa par les forces armées tchadiennes, le Nigeria est venu prendre possession des lieux, ce qui en principe exclu les deux régiments tchadiens présents à Dikwa. De ce fait ce sont 2 500 soldats tchadiens qui viennent de rejoindre le camp militaire Camerounais de Fotokol, situé de l’autre côté de la frontière

Niger : L’armée et Boko Haram se défient sur les rives du lac Tchad.

27 avril, 2015
Une mission d'assistance d'urgence du CICR apporte des sacs de riz aux réfugiés sur l’île de Karamga, Lac Tchad, Niger, le 5 mai 2014.
Une mission d'assistance d'urgence du CICR apporte des sacs de riz aux réfugiés sur l’île de Karamga (une île du Lac Tchad appartenant au Niger), le 5 mai 2014. Cette île abrite plusieurs déplacés ayant fui les exactions de Boko Haram. C'est cette même île que Boko Haram a attaqué ce samedi 25 avril 2015.

 

L’île de Karamga que cent vingt militaires nigériens étaient chargés de protéger d’une invasion des islamistes de Boko Haram, a été prise d’assaut par des centaines de combattants de la secte nigériane très tôt samedi dernier. Depuis lors les combats se poursuivent et selon quelques sources, l’armée nigérienne aurait perdu des dizaines d’éléments.

Pris d’assaut par surprise par les éléments de Boko Haram depuis samedi matin, les 120 militaires nigériens de l’île de Karamga, auraient été massacrés s’ils n’avaient pas opté pour un repli stratégique. Ils auraient quitté leur posté quelques temps avant de lancer un nouvel assaut contre les islamistes de Boko Haram.

Boko Haram : Entre malnutrition des réfugiés nigérians et la guerre contre les islamistes le Cameroun fait de son mieux

11 mai, 2015
Le Haut-Commissaire de l'ONU pour les réfugiés Antonio Guterres salue des réfugiés nigérians au camp de réfugiés Minawao au Cameroun, le 25 Mars 2015.
Le Haut-Commissaire de l'ONU pour les réfugiés Antonio Guterres salue des réfugiés nigérians au camp de réfugiés Minawao, dans l'Extrême-Nord du Cameroun, le 25 mars 2015.

 

En guerre contre Boko Haram depuis plus d’une année déjà, le Cameroun fait face à de nombreux problèmes à la fois ces derniers jours. Pendant que la malnutrition touche les réfugiés nigérians dans la région de l’Extrême Nord du pays, les forces armées Camerounaises qui ont fait montre de courage et de détermination jusqu’à ce jour, doivent affronter les combattants islamistes qui tentent d’infiltrer son territoire. Les derniers affrontements survenues dans la nuit du samedi au dimanche dernier, ont coûté la vie à  deux militaires camerounais tandis qu’une soixantaine d’islamistes a été tuée.

Premier pays de la région du lac Tchad à déclarer la guerre aux islamistes de Boko Haram, le Cameroun, au front depuis plus d’une année, continue de faire face à d’importantes menaces d’infiltration de son territoire par les islamistes. Dans la nuit du Samedi au dimanche dernier, les forces armées Camerounaises en patrouille dans la région de Zelevet, département de Mayo Tsanaga, dans la province de l’extrême nord du pays sont tombées sur des islamistes de Boko Haram.

Lutte contre Boko Haram : Muhammadu Buhari repositionne le Nigeria

05 juin, 2015
Le président du Nigeria, Muhammadu Buhari avec son homologue tchadien Idriss Déby, le 4 juin 2015 à N'djamena
Le président du Nigeria, Muhammadu Buhari avec son homologue tchadien Idriss Déby, le 4 juin 2015 à N'djamena

 

Moins de 72 heures après son investiture à la présidence nigériane, Muhammadu Buhari a effectué sa première visite au Niger et au Tchad, deux pays qui luttent aux côtés du Cameroun contre Boko Haram. Cette attitude de rassembleur vise à replacer le Nigeria dans le rôle de leader du combat contre Boko Haram. Avec la convocation prochaine d’un sommet de la commission du Lac Tchad à Abuja, le Nigeria devrait reprendre la main dans cette lutte.

Après le transfert de l’Etat Major d’Abuja, capital de l’Etat fédéral à Maiduguri, ville proche du front et le voyage de Muhammadu Buhari au Niger et au Tchad, le Nigeria est en train de se repositionner dans la lutte contre Boko Haram. Le nouveau chef d’Etat prévoit la tenue prochaine d’un sommet des pays de la commission du Lac Tchad en vue de régler les détails de cette lutte. Le Cameroun, le Tchad, le Niger, le Bénin et le Nigeria vont pouvoir peaufiner ensemble une stratégie ou adouber celle du chef d’Etat nigérian qui se donne un mois aujourd’hui pour éradiquer la secte islamiste.

Tout ce qu’on sait du double attentat de N’djamena et de l’implication possible de Boko Haram.

16 juin, 2015
Images sanglantes (floutées) de l'attentat devant l'école de police de N'djamena, lundi le 15 juin 2015
Images sanglantes (floutées) de l'attentat de ce lundi 15 juin 2015 devant l'école de police de N'djamena

 

Alors que personne n’a réclamé le double attentat perpétré à N’Djamena ce lundi 15 juin, Boko Haram est pointé du doigt par les autorités tchadiennes. Plusieurs fois au début de cette année, les islamistes ont menacé les chefs d’Etat camerounais, tchadien, nigérien, trois pays impliqués dans la lutte contre leur expansion au Nigeria.

A la suite du double attentat qui a frappé N’Djamena ce lundi 15 juin, le Tchad voit la main de la secte islamiste nigériane. Ces attentats qui n’ont pas été revendiqué jusqu’à présent portent la marque des islamistes de la secte nigériane selon les autorités tchadiennes.

Riposte de l’armée nigérienne contre les islamistes de Boko Haram : 32 morts

19 juillet, 2015
Des soldats nigériens patrouillent dans le nord du Nigeria, à la poursuite des islamistes de Boko Haram.
Des soldats nigériens patrouillent dans le nord du Nigeria, à la poursuite des islamistes de Boko Haram.

 

Après quelques semaines d’accalmie, Boko Haram est de retour avec des assauts de combattants. Au cours d’une attaque menée le 15 juillet dernier, les islamistes de la secte nigériane ont abattu 16 nigériens qui priaient dans une localité près de Bosso. Alertée, l’armée nigérienne a réagi vivement, tuant 32 combattants islamistes entre le 15 et le 17 juillet.

Selon Bako Mamadou, maire de Bosso, la ville nigérienne victime de l’attaque de Boko Haram du 15 juillet dernier, « des éléments de Boko Haram ont tiré sur des villageois qui priaient dans un village, près de la ville de Bosso. Ils ont tué 15 personnes sur place et une autre personne a succombé plus tard à ses blessures ». Cette déclaration faite samedi soir à la télévision nigérienne, a été suivie de celle des forces armées qui ont lancé une riposte.

Nigeria: Quatre aménagements nécessaires pour Muhammadu Buhari dans la lutte contre Boko Haram

29 mai, 2015
Goodluck Jonathan et Muhammadu Buhari, lors de la
Le président sortant du Nigeria, Goodluck Jonathan, et son successeur, Muhammadu Buhari, lors de la "transmission de notes" du pouvoir, jeudi le 28 mai 2015. La cérémonie d’investiture est prévue ce vendredi 29 mai 2015 à Abuja.

 

L’arrivée au pouvoir ce vendredi 29 mai 2015 de Muhammadu Buhari est attendue surtout pour le combat qu’il a promis de mener contre Boko Haram. Mais la tâche s’annonce difficile pour le nouveau chef d’Etat qui devra procéder au réaménagement de l’armée accusée de laxisme, à l’achat de l’armement, à la lutte contre la pauvreté et éventuellement au renforcement de la coopération avec la force multinationale, soutien fort dans cette guerre.

Vainqueur de la présidentielle nigériane du 28 mars dernier, Muhammadu Buhari, prend officiellement les rênes du pouvoir ce vendredi 29 mai. Cette arrivée à la tête de l’Etat d’un général connu pour sa rigueur, devrait mettre un terme aux menées des islamistes de Boko Haram dans la région Nord-Est du Pays. Mais avec une armée mal équipée, des effectifs insuffisants, un service de renseignements qui n’a pu empêcher le moindre attentat, la tâche s’annonce difficile.

Lutte contre Boko Haram: le sommet régional d’Abuja va faire avancer les choses.

11 juin, 2015

La tenue ce jeudi 11 juin d’un sommet régional pour la lutte contre Boko Haram confirme la détermination de Muhammadu Buhari d’en finir avec la secte. Trois jours après son investiture du 29 mai dernier, le nouveau chef d’Etat nigérian s’était rendu au Niger, au Tchad et récemment en Bavière en Allemagne où se tenait le sommet du G7, des déplacements dans l’optique d’obtenir le soutien des forces armées qui combattent contre Boko Haram et celui des grandes puissances.

La lutte contre Boko Haram connaît une accélération depuis l’arrivée de Muhammadu Buhari à la tête de l’Etat nigérian. Rencontres avec les chefs d’Etat des pays en guerre contre Boko Haram, voyage en Allemagne à la rencontre du G7 lors de leur sommet du 7 juin dernier en vue d’obtenir un soutien en termes de renseignements et de formation.

Tout ce qu’on sait du double attentat de N’djamena et de l’implication possible de Boko Haram.

16 juin, 2015
Images sanglantes (floutées) de l'attentat devant l'école de police de N'djamena, lundi le 15 juin 2015
Images sanglantes (floutées) de l'attentat de ce lundi 15 juin 2015 devant l'école de police de N'djamena

 

Alors que personne n’a réclamé le double attentat perpétré à N’Djamena ce lundi 15 juin, Boko Haram est pointé du doigt par les autorités tchadiennes. Plusieurs fois au début de cette année, les islamistes ont menacé les chefs d’Etat camerounais, tchadien, nigérien, trois pays impliqués dans la lutte contre leur expansion au Nigeria.

A la suite du double attentat qui a frappé N’Djamena ce lundi 15 juin, le Tchad voit la main de la secte islamiste nigériane. Ces attentats qui n’ont pas été revendiqué jusqu’à présent portent la marque des islamistes de la secte nigériane selon les autorités tchadiennes.