All for Joomla All for Webmasters
 

MAYOTTE / COMORES : le député SAID salue le président AZALI

28 juillet, 2016

+++ Le député français Boinali SAID, élu de Mayotte vient de féliciter le nouveau président de l’Union des Comores, Azali ASSOUMANI qui avait reçu au palais présidentiel une délégation française.

Centrafrique : Faustin Touadéra allie reconnaissance et compétence dans la composition du gouvernement

12 avril, 2016

L’équipe gouvernementale composée par Faustin Touadéra, nouveau chef d’Etat de la république Centrafricaine et Simplice Sarandji le premier ministre nommé récemment fait un trait d’union entre la reconnaissance et la compétence.

BENIN : Boni YAYI reconnaît avoir commis des erreurs

05 janvier, 2016

+++ Le discours de vœux du nouvel an reste une occasion pour des chefs des Etats africains de transmettre leur méditation auprès de son peuple, comme celui du béninois Boni YAYI, le 31 décembre 2015. Il s’agit de ses derniers vœux présidentiels.

Conflit avec la Suède : le Maroc envisage la rupture des relations commerciales

02 octobre, 2015

Entre le Maroc et la Suède les relations ne sont plus au beau fixe. En cause, Stockholm s’est positionné pour la naissance d’une république Arabe Sahraouie démocratique (RASD). Depuis lors Rabat s’active de son côté à répondre à la Suède par le boycott des sociétés et produits suédois.

Israël : la France a péché en votant en faveur de la Palestine.

02 janvier, 2015

Bien que le vote pour un projet de résolution palestinien ait été défavorable pour l’autorité Palestinienne, Shir-On, directeur général adjoint du ministère des affaires étrangères israélien, chargé de l’Europe, a signifié sa « profonde déception » à l’Etat français, via son ambassadeur qu’il a convoqué ce vendredi 2 janvier.

Finalement, exprimer sa position au cours d’un vote à l’ONU peut être source de remontrances. Puisque ce vendredi, le gouvernement de l’Etat hébreux, a signifié sa « profonde déception » à la France par son ambassadeur qu’il a convoqué. L’équipe de Benyamin Netannyahou n’a pas pardonné à l’Etat français d’avoir voté en faveur d’un projet de résolution Palestinien, et cela malgré l’échec de cette résolution.

 

Cette position française, pour l’Etat hébreux n’est pas dans l’intérêt de l’avancement du processus de paix. Shir-On, directeur général adjoint du ministère des affaires étrangères israélien, chargé de l’Europe, rappelle à la France que « Le seul moyen de parvenir à la paix est d'encourager les parties à reprendre les négociations, et non pas à travers des déclarations et des campagnes unilatérales ». Paris s’est défendu par son ambassadeur en arguant le fait qu’il ait voulu éviter « une division du Conseil de sécurité sur le sujet». Sommes toutes, on s’aperçoit des risques liés à la prise de position dans cette instance onusienne. Du coup l’on se demande si la neutralité n’est pas une bien meilleure position ? AFPmag.

 

Boko Haram: la raison du déploiement des militaires français au Niger.

06 février, 2015

Après les supposées missions de reconnaissance que l’armée française mènerait dans le nord Cameroun et au Nigeria depuis l’année 2014, c’est d’une poignée de militaires français déployée dans la région de Diffa au Niger dont on parle aujourd’hui. Ils seraient envoyés pour fournir le renseignement militaire aux forces africaines engagées dans la lutte contre Boko Haram.

Décidément la bonne France veut se battre contre les islamistes de Boko Haram. La raison est peut-être dans sa récente détermination à éradiquer le terrorisme. Après les missions de reconnaissance que l’armée française serait en train de mener dans l’extrême nord du Cameroun et au Nigeria depuis l’année 2014, une information jamais confirmée par les autorités camerounaises, elle aurait été déployée dans la région de Diffa, au sud du Niger, pour fournir désormais les renseignements aux forces qui combattent Boko Haram. L’annonce de ce déploiement français dans cette région nigérienne a été faite par le ministère de la défense français. Ils seraient entre 15 et 20 militaires français.

Le plus étonnant dans ce déploiement est qu’il a été demandé par le Niger qui est resté encore inactif dans la lutte contre Boko Haram. Les discussions sur l’intervention du pays au Nigeria contre les islamistes restent en cours et pourtant ils demandent déjà du soutien à une nation française très critiquée après son intervention en Libye, laquelle a ouvert la voie à la somalisation de cette nation relativement calme par le passé. « Il s’agit aujourd’hui du renseignement, mais demain il s’agira d’autre chose » ironise un intellectuel africain interrogé par AFPmag sur la question de ce soutien français.

Présente au Mali, en Centrafrique, et désormais au Niger, la France ne serait-elle pas en train de tisser une nasse autour de son pré carré qu’elle a perdu de moitié cette dernière décennie, en mettant toujours en avant son grand souci d’aider ces pays à vaincre un mal qui a grandi si mystérieusement ces derniers mois ? De toute façon on attend de voir ce que cette cellule de renseignement apportera de déterminant dans cette lutte que le Cameroun et le Tchad mènent déjà si bien. AFPmag.