All for Joomla All for Webmasters
 

CÔTE D'IVOIRE : COMMUNIQUÉ DU COMMISSAIRE DU GOUVERNEMENT

24 mai, 2017

A l’occasion de la mutinerie survenue du 12 au 16 mai 2017, des militaires ont emporté des armes de guerre qui étaient entreposées dans une villa appartenant à monsieur Kamaraté Souleymane et servant de lieu d’habitation à la mère de celui-ci.

Mali : une condamnation à 5 ans de prison pour les deux militaires qui planifiaient le coup d’Etat

06 mai, 2016

Détenus depuis 2014, le lieutenant Mohamed Ouattara et le sergent-chef Amara Sylla ont été condamnés à cinq ans de prison le mercredi 4 mai. Les deux hommes sont accusés d’avoir fomenté un coup d’Etat contre le Président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), arrivé au pouvoir au terme d’une élection démocratique.

Terrorisme: Des militaires camerounais à l’école française

16 mars, 2016

Un détachement d’instruction opérationnelle de militaires français a travaillé pendant une semaine dans la ville de Douala avec les forces armées camerounaises pour assurer la formation des spécialistes dans la lutte contre les engins explosifs improvisés (IED).

Niger : Qui sont les auteurs de la tentative de coup d’état ?

18 décembre, 2015

Alors que le président nigérien Mahamadou Issoufou vient d’annoncer qu’une tentative de coup d’état avait été déjouée, plusieurs militaires hauts gradés ont été arrêtés depuis le début de la semaine.

Burundi : Barack Obama sanctionne quatre hauts responsables

24 novembre, 2015

Après l’union européenne en octobre dernier, c’est au tour de Barack Obama, de prendre des sanctions contre des personnalités burundaises. Selon un communiqué de la Maison Blanche publié ce lundi 23 novembre, l’Amérique condamne quatre responsables gouvernementaux dont les discours incendiaires ont œuvré à créer une psychose au sein du peuple burundais.

Boko Haram : que peut-on attendre des 300 militaires américains que Barack Obama déploie au Cameroun ?

15 octobre, 2015

Après le refus des Etats-Unis de donner du matériel militaire au gouvernement nigérian de Muhammadu Buhari, Barack Obama vient de prendre une décision inattendue. Ce mercredi le chef d’Etat américain a informé le congrès de l’envoi de 300 militaires américains sur le sol camerounais pour appuyer la force mixte multinationale dans la lutte contre Boko Haram. Mais que peut cacher le jeu qui vient de s’ouvrir.


Décryptage par Onesiphore Nembe, notre expert des questions sécuritaires dans la région du Lac Tchad.

MINUSMA : 850 militaires togolais en instance de déploiement au Mali

26 juin, 2015
L’ambassadeur de France au Togo Marc Fonbaustier (à droite) remettant l'attestation à un participant à la formation d’entraînement aux opérations de maintien de la paix.
L’ambassadeur de France au Togo Marc Fonbaustier (à droite) remettant l'attestation à un participant à la formation d’entraînement aux opérations de maintien de la paix.

 

850 éléments  (officiers, sous officiers et soldats) togolais vont être très prochainement déployés au Mali pour une année, dans le cadre de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations-Unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA).

Ce qui porte à 1250, le nombre de togolais dépêchés dans le cadre de cette mission.

Nigeria: Muhammadu Buhari a-t-il pris la bonne décision ?

23 juin, 2015
Le président nigérian Muhammadu Buhari, au milieu des chefs des services de sécurité du pays, le 02 juin 2015 à Abuja, Nigeria.
Le président nigérian Muhammadu Buhari, au milieu des chefs des services de sécurité du pays, le 02 juin 2015 à Abuja, Nigeria.

En décidant de délocaliser le commandement des opérations contre Boko Haram, d’Abuja vers Maiduguri, ville proche du fief islamiste, Muhammadu Buhari voulait lancer un combat perpétuel contre la secte. Chose curieuse, Boko Haram a multiplié depuis lors les exactions dans cette ville de Maiduguri. Un nouvel attentat a secoué la ville ce lundi 22 juin.

Depuis l’arrivée de Muhammadu Buhari au pouvoir l’Etat de Borno est devenue la cible privilégiée des islamistes de Boko Haram. Ce lundi 22 juin, Maiduguri a été visé par un double attentat. Vers 15 heures, heure locale, un marché très fréquenté de la ville a été frappé. Certaines sources évoquent dix morts, d’autres vingt, tandis que l’Etat s’est gardé de communiquer sur ce sujet.

Burkina Faso: Le RSP râle contre Zida, Michel Kafando et son équipe prient.

01 juillet, 2015
Le premier ministre burkinabè Isaac Zida
Le premier ministre burkinabè Isaac Zida

Après les coups de feu tirés en l’air dans une caserne de la présidence et les patrouilles dans le quartier chic de Ouaga 2 000 dans la nuit du lundi dernier, les soldats du régiment de sécurité présidentielle exigent la démission du premier Isaac Zida et de tous les militaires en fonction dans le gouvernement de transition. Face à ce retour des tensions, Michel Kafando et son équipe sont de retour pour assurer la médiation entre les deux camps.

A couteaux tirés une nouvelle fois avec ses frères d’armes, Isaac Zida joue son poste. Les soldats du RSP, qui ont tiré en l’air dans la nuit du lundi dernier et mené des patrouilles à travers tout le quartier de Ouaga 2 000, exigent sa démission du poste de premier ministre ainsi que celle de tous les autres militaires en fonction dans le gouvernement de transition.

Procès des pro-Gbagbo : 14 militaires relâchés.

19 mars, 2015
Le lieutenant-colonel René Daléba, médecin militaire de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et treize autres militaires de sa garde rapprochée ont été acquittés ce mardi par le tribunal militaire d'Abidjan.

 

Avec la condamnation à 20 années de prison de l’ex-première dame, Simone Gbagbo, pour atteinte à la sécurité de l’Etat, on avait craint pour l’ensemble des 82 proches de l’ancien chef d’Etat qui restaient au banc des accusés.  Pourtant, contre toute attente, ce mardi 17 mars, la cour militaire d’Abidjan a rendu la décision de relaxe pour les 14 militaires accusés dans le cadre de ce procès. La raison : ils étaient de simples exécutants.

Les 14 militaires arrêtés en avril 2011 pour atteinte à la sécurité de l’Etat de Côte d’ivoire pendant la crise post-électorale, ne rejoindront pas Simone Gbagbo en prison pour les 20 années à venir. Faute de preuve ils ont été relâchés ce mardi 17 mars. La cour militaire d’Abidjan, le procureur y compris, au bout de deux heures de délibérations, assure qu’il s’agit là de simples exécutants.

Comment pouvait-on condamner des hommes pour qui aucun délit n’avait été prouvé ? Arrêtés pour « violation de consigne », il a été prouvé qu’ils devaient se conformer aux ordres, et cela quoique le nouveau président de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, ait lancé un appel à toutes les composantes nationales à se rallier à lui.

Pour ces 14 militaires, tous membres de la garde rapprochée de Laurent Gbagbo, les consignes données par Alassane Ouattara ne leur sont jamais parvenues, ce qui éteint de fait le  délit de « violation de consigne » retenu contre eux au sortir de la crise postélectorale en 2011. On rappelle que la peine requise pour ces hommes par le commissaire du gouvernement était de 18 mois, après plus de 4 années de privation de liberté.

Depuis leur libération, on se demande à quel avenir ils sont appelés aujourd’hui. Seront-ils restaurés dans leur fonction, ou leur assignera-t-on à de nouvelles fonctions au sein de cette armée ivoirienne ? Autant de questions qui ne trouveront pas de réponse en cet instant où, tous les ivoiriens ou presque, voient dans cette décision de justice, un pas de plus dans le processus de réconciliation nationale. AFPmag.