All for Joomla All for Webmasters
 

Corruption : L'Afrique de l'Ouest doit revoir sa copie!

19 septembre, 2017

En termes de lutte contre la corruption, le score n'est point reluisant en Afrique de l'Ouest. Sur 100 points, les États de cette région n'affichent que de minables notes variant entre 28 et 30; des scores en deçà donc de la moyenne à l'exception du Cap Vert, Sénégal et Ghana considérés comme des modèles ou bons élèves dans l'assainissement et la bonne gestion des finances publiques.

Lutte contre la corruption au Togo / Fabrice EBEH: 'l'action en justice est un moyen de décourager la pratique de la corruption'

07 septembre, 2017

Le Togo aspire être un bel élève en matière de lutte contre la corruption. Un rapport de Transparency International indique que le pays occupe à l'échelle mondiale le 116ème rang sur 171 pays, et la 23ème place en Afrique.

Guinée : Alpha Condé réagit aux accusations de Global Witness contre Sable Mining et demande des preuves

16 mai, 2016

Suite aux accusations de l’ONG Global Witness contre Sable Mining au sujet d'octroi peu orthodoxe d'un permis d'exploitation du gisement de fer du mont Nimba par Sable Mining, une entreprise minière britannique, Le président Alpha Condé s’est exprimé ce dimanche 15 Mai dans le cadre d’une conférence de presse au cours de laquelle il déclare avoir entamé une action en justice.

Perquisition chez Bolloré : Grupo Pefaco se dit prêt à collaborer pour « défendre l’honneur et la réputation » de sa société

19 avril, 2016

Indexé à la suite de la perquisition des locaux du Groupe Bolloré le 8 avril dernier, Grupo Pefaco qui opère lui aussi en Afrique mais dans les secteurs de jeux et loisirs et de l’hôtellerie, se défend de toute entreprise frauduleuse et se dit prête à collaborer pour « défendre l’honneur et la réputation » de sa société. Interpellé par la rédaction d’Afrique Progrès Magazine la société confie son étonnement face à cette mise en scène, chef d’œuvre possible de la presse.

La corruption continue de gangrener l’économie africaine malgré la baisse de ses chiffres

04 avril, 2016

L’Afrique a certes fait des progrès considérables sur le chantier économique avec ces dernières années une croissance soutenue de 5% pour le moins. Quelques bons élèves comme l’Ethiopie et l’Angola ont enregistré les bonds les plus importants de la planète avec un taux de croissance annuel à deux chiffres. Pourtant le continent pourrait faire mieux d’après un rapport de la commission économique pour l’Afrique qui met en évidence la persistance du phénomène de la corruption qui gangrène l’économie du continent.

Des centaines d’inculpés au Nigeria pour des affaires de corruption d’un montant de 332 millions d’euros

01 avril, 2016

Plus de 300 sociétés ainsi que des personnalités ont été inculpées pour des actes de corruption commis entre 2011 et 2015 d’après une déclaration postée sur la page Facebook de la présidence Nigériane le 25 mars dernier.

Algérie : Plusieurs condamnations dans l’affaire Sonatrach 1

03 février, 2016

La justice algérienne a rendu mardi 2 février son verdict dans l’affaire Sonatrach 1. Des anciens cadres du groupe pétrolier ont été condamnés à des peines de prison dans le cadre d’un vaste procès pour corruption.

Gabon : Maixent Accrombessi en garde à vue en France pour une affaire de corruption et blanchiment

04 août, 2015

Pour des actes de « corruption d’agent public étranger » et le « blanchiment » de fonds, Maixent Accrombessi, directeur de cabinet du président gabonais Ali Bongo Ondimba, a été placé lundi en garde à vue pendant plusieurs heures dans les locaux de la police judiciaire à Paris avant d’être relâché au soir pour des raisons d’immunité diplomatique.

Afrique du Sud: l’apartheid bientôt de retour ?

23 février, 2015

Élèves d'une classe de première année dans une école sud-africaine de la ville de Roodepoort (image  d'illustration)

 

La nomination d’une principale noire dans une école de la banlieue de Johannesburg a été refusée vendredi dernier par les parents d’élèves. Ces parents qui sont métis pour la plupart parlent de l’incompétence de la nouvelle principale, ce qui n’est pas vrai d’après le ministère qui a d’ailleurs confirmé cette nomination.

Vendredi 20 février 2015, l’Afrique du Sud a vécu un acte digne des jours de l’apartheid, lorsqu’un noir se tenait dans son périmètre et n’osait jamais s’aventurer dans la partie blanche de la ville par peur de la répression. Dans l’école de Roodepoort, dans la banlieue de Johannesburg, la nomination d’une principale noire a mis les parents d’élèves en colère. Ils ont protesté tous contre cette nomination au motif que la nouvelle principale est incompétente. Pour précision, l’ensemble de l’école est métis pour le moins. Au cours de ce mouvement de protestation des plus violents, la police est intervenue pour ramener l’ordre. Les projectiles de ces manifestants n’ont pas fait de victimes, mais ils ont montré encore à quel point le pays de Nelson Mandela, était encore plongé dans l’époque de l’apartheid que tout le monde croyait finie. Alors que les parents déclarent qu’il s’agit « d’un manque de qualifications et d’une affaire de corruption », pour le ministère de l’éducation qui a enquêté sur la principale, il ne s’agit pas d’incompétence. Résultat : la nomination a été confirmée.

Le syndicat des enseignants a condamné fermement cette protestation, tandis que certaines figures politiques de la province comme le député provincial en charge de l’éducation ont engagé des négociations dans « le bien supérieur des enfants ». Sachant qu’une première école sud-africaine avait séparé les enfants noirs des enfants blancs au début de ce mois de février, on se demande si le retour à l’époque de l’Apartheid n’a pas commencé ? AFPmag.

Gabon: Le leader de la grève serait-il fraudeur ?

23 février, 2015

Alors que la grève entre dans sa troisième semaine, Jean Rémy Yama, le coordonnateur du mouvement est au cœur d’une enquête judiciaire pour un faux diplôme qu’il aurait fait légaliser. A la suite de son interrogatoire de 10 heures au bureau du procureur de la république le vendredi 20 février, les syndicalistes dénoncent les tractations de l’Etat visant à stopper cette grève.

Combien de temps le mouvement de grève pour l’augmentation du SMIG à 275 000 Fcfa entend t-il durer encore ? Après deux semaines, la grève suit son cours. Mais le problème aujourd’hui c’est Jean Rémy Yama, qui est au cœur d’une enquête judiciaire. Le coordonnateur de la grève à l’échelle nationale est interrogé pour une affaire de faux diplômes légalisés.  En sa qualité de secrétaire général de l’USTM, Jean Rémy Yama, aurait légalisé le diplôme d’un garde républicain licencié récemment. Vendredi dernier il a été interrogé de 9 heures à 19 heures débout dans le bureau du procureur.

Depuis les syndicalistes accusent les autorités de vouloir saboter cette grève. Personne au sein de ce mouvement ne semble s’intéresser aux 15 000 Fcfa Rémy Yama aurait perçu pour légaliser le faux diplôme, et qui sont sans aucun doute un acte de corruption. Peut-être créditent-ils tous la thèse du coordonnateur de la grève qui a déclaré qu’à la date de la signature de ce diplôme, il se trouvait à Libreville et que sa signature aurait été scannée.  Pour le moment c’est la secrétaire de M. Yama qui a été arrêtée parce que gardienne du tampon apposé sur le faux diplôme. Pulchérie Mateya, porte-parole du mouvement des grévistes jugeant ceci injuste déclarait d’ailleurs « Cette femme est emprisonnée sans raison, parce qu’en réalité c’était Yama que l’on voulait emprisonner. Nous demandons tout simplement la relaxe de cette dame. Nous pensons que c’est une manière tordue de casser notre mouvement ». AFPmag.

 

Archives

« Décembre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31