All for Joomla All for Webmasters
 
La centrale géothermique Olkaria IV, près de Naivasha, au Kenya. La centrale géothermique Olkaria IV, près de Naivasha, au Kenya.

Kenya : l’énergie géothermique a le vent en poupe Spécial

Dans l’effort d’accroissement de son parc énergétique national, le Kenya a placé au centre de sa politique, le développement des sources renouvelables, telles que la géothermie, le solaire et l’éolien. Dans ce chantier initié début 2015, la géothermie a pris une place de choix, devenant depuis quelques semaines, la principale source de production énergétique nationale kényane.

Avec un peu moins de 50% de la production électrique nationale Kényane, l’énergie de source géothermique est devenue la principale source au niveau national. Elle est suivie de l’hydroélectricité, 39% et de l’énergie thermique 15%. A côté l’énergie éolienne dispose d’une capacité possible d’environ 3 000 mégawatts, un chantier où rien n’a encore été fait.

Cette année 2017, la production géothermique, pour évoquer précisément cette source, a atteint un pic historique au Kenya. A elle seule, cette source a atteint 415 millions de kilowattheures au mois d’août dernier. 

 

Un important programme géothermique

Le Kenya dans son programme d’accroissement de son parc énergétique, fait une part belle au secteur géothermique. Selon les prévisions de la Geothermal Development Company, une société publique créée en 2006 et qui depuis se charge du développement de l’énergie géothermique il devrait produire 2000 MW à l’horizon 2022. La vallée du rift Kenyan à ce moment aura livré environ 1/5e de son potentiel. Selon des précisions apportées par nos confrères de jeunes Afrique et qui sont attribuées à la Geothermal Development Company, les 900 kilomètres de la vallée du Rift Kenyan dispose d’un potentiel situé entre 7000 et 10 000 MW. Ceci dit une fois le premier objectif atteint en 2022, le Kenya vise à l’horizon 2030, un approvisionnement énergétique de source géothermique de l’ordre de 5 000MW, un fait probable compte tenu de l’engagement affiché au sommet de l’Etat en faveur de l’avènement d’une nouvelle ère.

Le développement du secteur géothermique revêt l’intérêt de diminuer l’apport énergétique des sources telles que le thermique, très demandeuse des hydrocarbures pour son fonctionnement. En passant, la sècheresse qui a touché le pays au deuxième trimestre de l’année en cours, a causé une forte augmentation de la consommation d’énergie de source thermique, d’où l’augmentation de la facture en termes d’achat des hydrocarbures. 

 

Retard en matière d’électrification au Kenya

Avec une population dépassant les 50 millions d’individus, l’électrification du Kenya en 2015 était à 35% du territoire national, soit une marge infime de 12% pour les zones rurales du pays. Depuis le gouvernement a mis en place le « Last Mile Connectivity Program » qui vise entre autres à réduire les disparités entre les zones rurales et les zones urbaines, accroître le taux de ménages et d’entreprises connectés au réseau électrique, booster le développement économique dans les zones rurales. Le principal objectif de cet ambitieux programme est d’arriver à une couverture électrique universelle de tout le territoire national Kenyan en 2020, un véritable en raison des réalisations enregistrées à ce moment. Afrique Progrès Magazine

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire

Archives

« Novembre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30