All for Joomla All for Webmasters
 
Le président gabonais Ali Bongo Ondimba, et son épouse Sylvia, lors de l'ouverture du dialogue politique national, le 28 mars 2017 au palais présidentiel à Libreville. Le président gabonais Ali Bongo Ondimba, et son épouse Sylvia, lors de l'ouverture du dialogue politique national, le 28 mars 2017 au palais présidentiel à Libreville.

Dialogue national : que pensent les gabonais quelques semaines après la fin ? Spécial

Pour régler les points de discorde nés au terme de la réélection du président Ali Bongo Ondimba, le Gabon a choisi la voie du dialogue national. Cet échange où de nombreux acteurs étaient autour de la table, a rendu ses conclusions il y a quelques jours. Jirelle Mengue Obiang, militante de première heure du président Ali Bongo Ondimba, fait le point concernant ce dialogue national qui vient de s’achever.

Afrique Progrès Magazine : Au lendemain de la mort du président OMAR BONGO ONDIMBA, pourquoi avoir choisi de rallier le camp d’Ali BONGO ONDIMBA et pas les autres ?

Jirelle Mengué : En tant que jeune militante de l’organe spécialisé de l’Union des jeunes du Parti Démocratique Gabonais(UJPDG) , héritière de feu Omar BONGO ONDIMBA, père fondateur de ce parti de masse, de rassemblement, de tolérance et d’unité nationale dont les fondements reposent sur un triptyque sacré Dialogue-Tolérance-Paix , je ne pouvais que poursuivre au coté du Distingué Camarade Président Ali BONGO ONDIMBA , la vision noble qu’a bâtit Omar BONGO ONDIMBA . Au Parti Démocratique Gabonais (PDG), j’y suis, j’y resterai car le Distingué Camarade Président Ali BONGO ONDIMBA a placé la jeunesse du parti au centre de ces préoccupations pour exemple plusieurs jeunes occupent des postes à responsabilités au sein du parti.

Afrique Progrès Magazine : Quel est votre point de vue au sujet du premier mandat du président Ali BONGO ONDIMBA? Voulez-vous nous préciser les réalisations qui à votre sens ont marquée la rupture avec l’ancien chef l’état décédé.

Le bilan est positif de part les investissements qui ont été consentis sur toute l’étendue du territoire national en terme de construction d’infrastructures routières, des centres hospitaliers et universitaires ont vu le jour, des établissements d’enseignement supérieur, des réformes profondes dans l’administration gabonaise ont participé à l’amélioration des statuts des agents de l’Etat, par deux fois les salaires des fonctionnaires ont augmenté significativement. Nous pensons que le Gabon est dans une bonne dynamique de développement et les générations futures récolteront les fruits de son projet de société, celui de l’égalité des chances, du pacte social compris dans le plan stratégique Gabon Emergent. 

 

Des représentants des organisations syndicales assistent à l'ouverture du dialogue politique, le 28 mars 2017 au palais présidentiel à Libreville, au Gabon

 

Afrique Progrès Magazine : Voulez-vous revenir sur les principaux aspects de la présidentielle du 27 aout 2016, quel aura été la pomme de la discorde a votre sens ?

Jirelle Mengué : Les évènements malheureux d’aout 2016 ont jeté un spectre antipatriotique dans les cœurs des adeptes du camp gens d’en face, provoquant une manipulation généralisée, teintée de haine, de personnification et de stigmatisation d’une tranche des gabonais responsables, aspirants à un meilleur vivre, concis dans le programme de société proposé par le candidat du Parti Démocratique Gabonais (PDG) Ali BONGO ONDIMBA. L’occasion ici, pour moi de condamner avec fermeté les agissements des hommes politiques de l’opposition dite radicale, qui ne prônent pas l’unité de l’ensemble des gabonais, mais utilise la souffrance de ces derniers pour asseoir leurs plans machiavéliques. La jeunesse active et consciente du Gabon ne se laissera pas volée son septennat, c’est pourquoi j’ai décidé de me présenter à la prochaine élection législative afin de porter la voix de la jeunesse au niveau du parlement car une nouvelle forme de pensée constructive émerge à grand pas et rien ne saurait l’arrêter.

Afrique Progrès Magazine : Le dialogue national inclusif qui s’achève a t-il été franc et ces conclusions peuvent elles êtres fiables au vue des acteurs de la table ?

Jirelle Mengué : je tiens personnellement a saluer la sagesse d’un homme d’Etat, le président Ali BONGO ONDIMBA, soucieux du devenir du peuple gabonais et du courage qui l’a animé lors de cette phase difficile qu’a été celle de la période post-électorale. Le président Ali BONGO ONDIMBA a fait preuve de grandeur en initiant ce dialogue national inclusif, pour avoir pris part à la phase citoyenne, je puis vous dire, que les propositions émanant ont été l’expression sincère du ressentiment de l’ensemble des gabonais, je suis encore plus que satisfaite pour avoir lu les conclusions finales de ce rendez-vous des enfants du Gabon car la jeunesse en est sortie largement vainqueur au travers des résolutions parmi lesquelles :

• harmonisation des majorités civile, politique et pénale à 18 ans,
• tout jeune âgé d’au moins 18 ans peut être nommé Ministre ou à a toute autre fonction républicaine. La règle non écrite de l’âge minimum fixe à 35 ans est abolie
• Un jeune âgé d’au moins 18 ans révolu peut désormais librement se porter candidat à l’élection présidentielle.

Toutes ces résolutions en été consensuelles entre les membres de la majorité au pouvoir, de l’opposition et de la société civil de notre pays, j’en suis fière que notre amour pour notre pays a été au-dessus de nos ambitions personnelles et je tiens une fois de plus à rappeler ma volonté de me porter candidate aux prochaines élections législatives sous la bannière du Parti Démocratique Gabonais (PDG). 

 

Ali Bongo (au centre) et les participants au dialogue

 

Afrique Progrès Magazine : Le dialogue national étant passé pour vous la crise postélectorale est-elle pour autant résolue ?

Jirelle Mengue : La crise postélectorale est un souvenir certes triste et douloureux pour notre jeune démocratie, mais notre pays a toujours engendré des fils et des filles de qualités, dont la sagesse à traverser les frontières de notre territoire. Lorsqu’un peuple est uni, l’ennemi devient une proie facile. Au-delà de tous, les résolutions du dialogue national inclusif initié par le président de la république S.E Ali BONGO ONDIMBA doivent prendre forme, afin que le pays s’engage dans la voie de la prospérité et de partage pour le bien-être de tous.

Afrique Progrès Magazine : Comment entrevoyez-vous l’avenir entant que jeune diplôme et militante du président Ali BONGO ONDIMBA ?

Jirelle Mengué : Le pays a plus que jamais besoin de ces enfants quelque soit leur sexe, le président de la république S.E Ali BONGO ONDIMBA a décrété la décennie de la femme et le septennat de la jeunesse gabonaise, et en tout point je suis concernée par ces décrets murement réfléchît. Il me revient de saisir cette occasion, de m’affirmer et de mettre en exercice les connaissances acquises durant mes années d’étude universitaire, au service de mon pays. Qu’Allah le très miséricorde, nous permet de tirer le meilleur de ce Gabon en paix et en harmonie entre tous ces enfants. Propos recueillis par Onésiphore NEMBE/Afrique Progrès Magazine

Onésiphore NEMBE

Directeur de publication

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire

Archives

« Octobre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31