All for Joomla All for Webmasters
 

Communication électronique au Togo: vers une connexion Internet plus fluide et à coûts réduits Spécial

  • 21 juin, 2017
  • Écrit par 
  • Publié dans SOCIETE
  • Lu 282 fois
  • Évaluer cet élément
    (0 Votes)

Les togolais devront-ils s'attendre prochainement à une fluidité de la connexion internet, mieux à une réduction du coût de cette connexion?

La réponse est positive puisque le premier point d'échange internet (IXP) du Togo, est lancé.

Réalisé dans le cadre du Programme régional ouest-africain de développement des infrastructures de communication (WARCIP) financé au Togo par un prêt de la banque mondiale à hauteur de 30 millions de dollars US, le point d'échange IXP est une infrastructure physique qui permet aux Fournisseurs d'accès Internet (FAI) d'échanger du trafic local entre leurs réseaux de manière autonome grâce à des accords mutuels.

Ceci suppose préalablement que les opérateurs locaux soient dorénavant connectés entre eux, et que par la suite le mail d'un internaute abonné à un "opérateur local A" envoyé à un "opérateur local B", ne soit redirigé à l'étranger (Londres par exemple) avant de revenir au Togo.

Grâce donc à cet ouvrage, l'accès aux sites togolais et le trafic Internet national seront beaucoup plus rapides, car les communications n'auront plus besoin de transiter par l'étranger.

Par conséquent, les coûts de connexion pourront être significativement réduits car les opérateurs paieront moins de frais liés à l'envoi du trafic Internet à l'international.

Pour ces raisons, l'IXP contribuera à favoriser la création et l'hébergement de contenus locaux.

D'après Cina LAWSON, la ministre togolaise des postes et de l’économie numérique," l'IXP vise à rendre les échanges internet nationaux et la connexion aux sites togolais plus rapides, moins coûteux et de meilleure qualité", a-t-elle précisé au lancement du dispositif.

L'entreprise CFAO Technologies a assuré les travaux d'installation de l'IXP, dont la gestion est confiée à "Togo Internet Exchange point" (en abrégé TGIX), cette association composée des opérateurs de télécommunication ainsi que des fournisseurs d'accès Internet.

Pour l'instant, les membres de cette association sont au nombre de quatre (04), notamment Togocel, Togo telecom, Café informatique et Atlantique Telecom Togo), mais ils pourraient être rejoints plus tard par Téolis et GVA, deux nouveaux fournisseurs d'accès à Internet au Togo.

En attendant la construction du centre d'hébergement de données (carrier hotel), le point d'échange internet se situe actuellement au centre d'opération du réseau, le fameux NOC qui assure la gestion du réseau E-gouvernement. 

 

Dans l'entretien ci-dessous, le Coordonnateur WARCIP-TOGO, nous fournit des informations complémentaires autour de ce projet.

 

Afrique Progrès: Quel est l'impact espéré dans la communication électronique au Togo, avec l'inauguration de ce premier point d'échange?

Mayeki ALI-KPOHOU : Le gouvernement en collaboration avec la banque mondiale, à travers l' exécution du projet WARCIP s'est lancé dans un vaste chantier pour soutenir la connectivité au Togo. Je voudrais rappeler l'objectif du projet WARCIP qui est d'accroître la couverture géographique des réseaux et de diminuer de manière drastique les coûts des services de communication. Le projet WARCIP dans son exécution prévoit de réaliser un certain nombre d'infrastructure, Télécom et Itip au nombre desquels le point d'échange internet qui est lancé, et également dans les prochains jours nous allons procéder au lancement d'un appel d'offre international pour la construction d'un data center d'une surface totale de 500 m2. Le point d'échange est l'une des réalisations techniques du projet WARCIP et donc permettra aux fournisseurs d'accès Internet et autres acteurs des Télécoms au Togo de pouvoir échanger de trafic local, et par ricochet donc de dégager des bénéfices substantiels sur la location de la capacité internationale. Il va sans dire donc que cette répercussion se fera de manière naturelle sur les coûts pratiqués en direction des utilisateurs finaux. 

 

Mayeki Ali-Kpohou

 

Afrique Progrès: les répercussions de ce point d'échange sont-elles imminentes?

Mayeki ALI-KPOHOU : Les résultats du point d'échange internet sont constatés individuellement par les 4 opérateurs (ndlr Togo telecom, Togocel, Moov et Café informatique) qui échangent déjà du trafic; et donc tous les trafics locaux aujourd'hui qui sont destinés au Togo et qui n'ont rien à faire à l' international sont conservés. Aujourd'hui nous avons déjà des statistiques qui nous montrent clairement que le point d'échange est opérationnel et les 4 opérateurs commencent déjà à dégager les économies. 

 

Afrique Progrès: Et par rapport aux utilisateurs finaux?

Mayeki ALI-KPOHOU : Les utilisateurs finaux aujourd'hui, nous venons juste de procéder au lancement du point d'échange. Il appartient désormais à l' association qui gère le point d'échange, de définir sa politique et d'amener tous les membres adhérents à ce point d'échange à répercuter les prix sur les coûts pratiqués en direction des utilisateurs finaux. Nous allons exhorter l'association à entreprendre des démarches en direction des OTT c'est à dire les grands noms de l'Internet (ndlr Facebook, Google, Skype etc...), à avoir un point de présence sur le point d'échange internet. Les utilisateurs togolais se servent beaucoup des réseaux sociaux, des over the top tels que Skype, Facebook et autres. Si nous avons une présence de tous ces opérateurs de contenus sur le point d'échange, les requêtes en direction de ces fournisseurs de contenu ne se feront pas vers l'international mais plutôt vers des serveurs hébergés localement sur le point d'échange internet.

Karbonn

Journaliste, correspondant d'Afrique Progrès Magazine au Togo

Laissez un commentaire

Archives

« Janvier 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31