All for Joomla All for Webmasters
 
Thierry FERAUD (à gauche), le DG de "BB Lomé" et Komi ABITOR (à droite), le DG de "ETD" lors de la cérémonie de signature de partenariat entre la brasserie et les riziculteurs. Thierry FERAUD (à gauche), le DG de "BB Lomé" et Komi ABITOR (à droite), le DG de "ETD" lors de la cérémonie de signature de partenariat entre la brasserie et les riziculteurs.

Togo : La brasserie BB Lomé et les ESOP valorisent le riz local dans la production de la bière Spécial

  • 14 juin, 2017
  • Écrit par 
  • Publié dans SOCIETE
  • Lu 1060 fois
  • Évaluer cet élément
    (0 Votes)

La brasserie BB Lomé va dorénavant fabriquer la bière, à partir du riz cultivé au Togo et commercialisé par des Entreprises de service et organisations de producteurs (ESOP).

Un partenariat vient d'être scellé par la structure brassicole et le regroupement des entités de culture du riz constituées en société.

Plus d'une dizaine d'ESOP jouiront directement des fruits de ce partenariat, qui à coup sûr va booster la production rizicole, générer non seulement des bénéfices pour les structures productrices du riz local, mais aussi et surtout de l'emploi pour les jeunes.

Votre magazine Afrique Progrès vous propose l'interview de Komi ABITOR, directeur général de 'Entreprises, territoires et développement' (ETD), qui répond à nos questions avec beaucoup plus de détails sur ce partenariat signé entre lui et le Directeur général adjoint de la BB Lomé S.A. Thierry FERAUD. 

 

Afrique Progrès : Quelle est la quintessence de cette convention de partenariat entre votre entreprise et la BB Lomé ?

Komi Abitor : Ce partenariat avec la brasserie permet aux entreprises de bénéficier de certaines facilités auprès des banques. Cela crée des conditions permissives à l’octroi de crédits aux entreprises. L'autre impact, c'est beaucoup plus d'engagement des riziculteurs dans la production. On dispose au Togo de 3.400.000 ha de terres arables et quand vous vous déplacez de Lomé à Cinkasse, vous vous rendez compte du disponible foncier existant.

 

M. Komi ABITOR répond aux questions des journalistes

Komi Abitor : La vraie problématique à laquelle sont confrontés les riziculteurs notamment, c'est le débouché pour l’écoulement des produits. Donc ce contrat permet d'augmenter le nombre de riziculteurs qui vont vendre, d'augmenter les superficies et d'amener les jeunes qui sortent par centaine en quête d'emploi à pouvoir être employés par ces entreprises. Cela favorise donc la création des emplois pour les jeunes. L'autre élément est que ... Vous venez de lire 30% de cet article. Article réservé aux abonnés.

 

Veuillez retrouver la suite de cet article dans notre prochain numéro Afrique Progrès Magazine du mois de Juillet 2017. En vente prochainement dans les kiosques.

Karbonn

Journaliste, correspondant d'Afrique Progrès Magazine au Togo

Laissez un commentaire

Archives

« Février 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28        

Commentaires