All for Joomla All for Webmasters
 
Le jeune Théo, entre sa mère et le président français François Hollande lors de la visite de ce dernier. Le jeune Théo, entre sa mère et le président français François Hollande lors de la visite de ce dernier.

SOS RACISME : rassemblement contre les dérives policières, samedi 18 février ! Spécial

+++ Le jeune Théo, agressé violemment par la Police française le 2 février 2017 à Aulnay-sous-Bois (Seine Saint-Denis) est sorti de l’hôpital le 16 février. Si la famille lance un appel d’apaisement, la solidarité envers Théo, réclamant justice est de plus en plus sérieuse.

La bavure des policiers de la Brigade spéciale de terrain (BST) étant de trop, car Théo fait l’objet d’une plaie longitudinale de 10 cm du canal anal avec une section du muscle sphinctérien et le médecin lui a prescrit 60 jours d’incapacité totale de travail (ITT). Cette goutte d’eau fait déborder la vase de rancœur de la population de Seine Saint-Denis et environnants, qui s’est mobilisé quelques jours après. Ces manifestations à la fois de solidarité envers Théo et de mécontentement contre les forces de l’ordre virent à des émeutes.

Le président de la République François Hollande s’est même, au courant de la semaine passée, déplacé au chevet de Théo dans son hôpital ; et lui de rassurer que la justice est saisie et qu’elle ira jusqu’au bout. Les quatre policiers présumés responsables de l’acte sont suspendus de leurs fonctions en attendant la justice.

Les faits sont graves et le rapport entre police et population des banlieues de France risque d’être explosive.

Le 14 février dernier, le quotidien français Libération publie deux lettres ouvertes sur l’affaire. La première rédigée par Steevy GUSTAVE (ancien maire adjoint) intitulée « Lettre d’un élu de la République à l’avenir » avec des dizaines de signature de personnalités appellent à se mobiliser contre la violence policière. Tandis que la seconde est « un appel des artistes contre l’impunité des violences policières »

Dominique SOPO, actuel président du SOS Racisme

Dans son communiqué du 16 février 2017, SOS Racisme dénonce avec fermeté. « Le déni par les autorités policières et les déclarations racistes qui en ont suivi sont inacceptables (…) Les faits qui se sont déroulés à Aulnay sont d’une exceptionnelle gravité. Mais ils sont loin d’être isolés. Il est temps d’y porter un coup d’arrêt, temps de réaliser qu’au-delà des faits incriminés, c’est l’ordre public lui-même qui est mis en cause, et avec lui, la sécurité de toutes et tous »

Et l’association militant contre le racisme en lien avec différentes organisations, tels que CRAN, CFDT, Ligue des Droits de l’Homme, MRAP, FIDL, CGT, FSU, …etc. d’appeler à un rassemblement le samedi 18 février dans l’après-midi, sur Place de la République de Paris : « c’est pourquoi nous appelons ceux qui ont à cœur les valeurs d’humanité, (…) qui veulent opposer l’égalité et la fraternité au racisme et au mépris social, à un rassemblement en soutien à Théo, contre des dérives policières auxquelles il faut porter un coup d’arrêt »

Ce rassemblement en faveur de Théo et autres victimes programmé sur la Place de la République le 18 février à 15 h est une démonstration de force de la société civile face aux forces de l’Ordre, dont la Police. A noter que lors d’une rencontre avec le Premier ministre de France Bernard CAZANEUVE, au courant de la semaine, Dominique SOPO (président de SOS Racisme) et autres dirigeants d’ONG ont insisté à un retour de la Police de proximité.

James RAMAROSAONA
(Paris, 16/02/2017)

James RAMAROSAONA

Journaliste Indépendant Spécialiste de l'Afrique
Ancien Président de l'Ordre des Journalistes de Madagascar
jramarosaona@hotmail.com
FRANCE

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire

Archives

« Février 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28        

Commentaires