All for Joomla All for Webmasters
 

Chez Royal Air Maroc l’heure est à la grève pour une augmentation de salaire Spécial

Chez le géant marocain du transport aérien, Royal Air Maroc, l’heure est à la grève, avec à la clé une réclamation de hausse de salaire. Pendant 48 heures, voire même plus, de nombreuses hôtesses de l’air ainsi que plusieurs stewards ont privé l’entreprise de leurs services.

Depuis le mardi 18 octobre les stewards et hôtesses de l’air de la RAM ont lancé une grève de 48 heures, laquelle pourrait dépasser ce délai au cas où leurs réclamations ne sont pas prises en compte. Ils appellent la direction de la compagnie à revoir leur salaire. Une augmentation du salaire de base de 2 800 à 5 000 dirhams pour les stewards et les hôtesses de l’air. Une augmentation de l’ordre de 2800 à 7500 dirhams pour les chefs de cabine. Les réclamations concernent aussi les heures de vol pendant la nuit. Pour le syndicat PNC, celles-ci doivent connaître une majoration de 50% tandis que celles des jours fériés devraient elles, être majorées de 100%.

Le PNC a assuré que si la direction n’entend pas leurs doléances à « 90% », cette grève pourrait dépasser le délai initial de 48 heures.

Pour rappel le 17 octobre dernier les représentants syndicaux et les dirigeants de la RAM s’étaient réunis pour trouver un terrain d’entente, en vain. Le PNC avait déploré le manque de « promesse de la part de la direction de la RAM alors que nous étions en présence du top management de la compagnie, habilité à prendre les décisions ». Le plus dur c’est pourtant le communiqué de presse de la RAM, publié ce 18 octobre. D’après le communiqué, repris par nos confrères de TelQuel, cette grève est une décision de « sauvage en dehors de tout cadre légal…un mouvement illégal qui vise à prendre en otage sans préavis les passagers ».

La situation est donc loin de trouver un apaisement. Aziz Chaoui, délégué syndical affilié à l’UMT et délégué du personnel, a assuré quant à lui que la grève pourrait connaître un terme lorsque les deux parties auront trouvé un terrain d’entente. Pour Abdelhamid Addou, le nouveau PDG de Royal Air Maroc, aux commandes depuis le 6 février dernier, l’épreuve s’annonce déterminante, un vrai test pour s’assurer de sa capacité à tenir les rênes de l’une des aviations civiles les plus importantes du continent africain. Afrique Progrès Magazine

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire