All for Joomla All for Webmasters
 
Le mardi 16 août, une première opération de recherche avait permis de retrouver deux corps et de les enterrer. Le mardi 16 août, une première opération de recherche avait permis de retrouver deux corps et de les enterrer.

RDC: A Beni, militaires et civiles sont toujours à la recherche des morts et des disparus Spécial

Les Autorités traditionnelles et l’armée nationale sont mobilisées depuis quelques jours dans la recherche des disparus et ou des morts du massacre qui a eu lieu à Beni le week-end dernier.

Beni, ville située dans le nord-est de la République démocratique du Congo, à proximité du Parc national des Virunga, connu jusqu’alors pour les affrontements qui y ont eu lieu en 2001 et qui ont permis aux autorités congolaises de reprendre le contrôle militaire et administratif de cette région Est du pays, a été le week-end dernier le théâtre d’un massacre qui a fait plus de cinquante victimes. Depuis lors, les autorités traditionnelles et l’armée effectuent le ratissage à la recherche des victimes et des disparus de cette tragédie. Mardi dernier deux corps avaient été retrouvés et enterrés par les équipes qui travaillent dans ces recherches. Mais de nombreux autres restent coincés dans des zones inaccessibles.

L’armée a livré une bataille dans la région de Mangolikene où semble-t-il de nombreux corps restaient inaccessibles. A l’issue de ces affrontements avec les ADF, présumés auteurs de ces massacres, l’armée a sécurisé le périmètre où les recherches se poursuivent depuis quelques heures.

Beni vit un traumatisme fort

Mais on a pu noter le traumatisme des habitants de cette région si souvent touchée par les combats entre FARDC et rebelles. A l’arrivée des FARDC quelques jours en arrière, ce sont des centaines de personnes qui ont gambadé dans les forêts voulant se sauver contre les auteurs du massacre, pourtant il s’agit là des forces armées de la République démocratique du Congo. Pas très étonnant en tout cas, ces derniers pensent parfois que l’armée ne fait pas assez pour les protéger et du coup sont tentés de ne plus faire confiance qu’à leur instinct de survie. Afrique Progrès Magazine

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire