All for Joomla All for Webmasters
 
Grève de professeurs tchadiens en 2007 pour réclamer le versement des salaires. Grève de professeurs tchadiens en 2007 pour réclamer le versement des salaires. Crédit photo : AFP PHOTO/SONIA ROLLEY

TCHAD : les fonctionnaires non payés ! Spécial

+++ Le mois de juillet 2016 commence mal pour les fonctionnaires tchadiens, faute de non-paiement de leurs salaires. Des mouvements de contestation ont lieu dans la deuxième semaine du mois et risquent de se radicaliser.

D’abord, le 11 juillet 2016 à travers un communiqué, l’Union des Syndicats du Tchad (UST) invite les fonctionnaires du secteur public à observe un arrêt du travail, sauf pour le service sanitaire (hôpitaux). A cause de non-paiement de leurs salaires du mois de juin. Un mot ordre qui fut suivi dans différents secteurs le 13 juillet 2016. L’UST déplore en plus la sourde oreille observée par le gouvernement, censé résoudre à temps son manquement.

Ensuite, le personnel du ministère des Finances et du Budget réclame le 13 juillet une augmentation de salaires, à travers un mouvement de grève. Ils en ont marre des promesses non tenues des hauts responsables. Considéré comme « enfants gâtés » de l’Etat, il est rare que les agents de ce département choisissent la voie de grève. C’est dire que la situation financière du pays est grave.

On se souvient une déclaration du ministre des Finances, Allamine Bourma TREYE sur un problème de trésorerie en raison de la baisse des recettes pétrolières. Ce qui est un synonyme d’un aveu ! Mais les citoyens tchadiens s’interrogent sur un Etat qui n’est pas en mesure de payer ses fonctionnaires. Surtout qu’il y a quelques mois, des étudiants ont déjà réclamé leurs bourses. Il y en est de même pour les pensions des retraités.

A-t-on oublié que gouverner, c’est prévoir ? Où en est-on de la gestion des rentes pétrolières auparavant ? Qu’en est-il de l’utilisation en bon escient de l’argent du Trésor public ? D’autant plus, que durant la campagne présidentielle, le président Idriss Deby ITNO et ses partisans ont promis une vie meilleure ! La gouvernance du pays est clairement en jeu. Les fonctionnaires tchadiens se souviennent encore de l’argent dépensé lors de la campagne électorale ! Si de solutions concrètes ne se pointent dans les jours à venir, on craint une radicalisation des mouvements de grève.

James RAMAROSAONA
(Paris, 18 Juillet 2016)

James RAMAROSAONA

Journaliste Indépendant Spécialiste de l'Afrique
Ancien Président de l'Ordre des Journalistes de Madagascar
jramarosaona@hotmail.com
FRANCE

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire

Archives

« Février 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28        

Commentaires