All for Joomla All for Webmasters
 
L'ouvrage "Nouvelles Affaires Africaines" par Pierre Péan. L'ouvrage "Nouvelles Affaires Africaines" par Pierre Péan.

Présidentielle gabonaise : Quand les allégations de Pierre Péan influencent des milliers de citoyens Spécial

Plus de 2500 gabonais ont fait parvenir leur appel au rejet de la candidature d’Ali Bongo Ondimba. En cause : le président sortant ne serait pas gabonais comme l’affirmait Pierre Péan dans son ouvrage « les nouvelles affaires africaines » et de ce fait ne doit pas se présenter à une élection présidentielle conformément aux dispositions de l’article 10 de la constitution.

Si Pierre Péan n’est pas parvenu à faire partir Ali Bongo Ondimba au cours de son premier mandat avec son fameux « les nouvelles affaires africaines », néanmoins il a laissé à quelques gabonais des raisons d’appeler au rejet de la candidature du chef d’Etat sortant sur fond de l’article 10 de la constitution. C’est un total de 2 600 plaintes qui ont été déposées auprès de la Commission électorale nationale et permanente (Cénap) par des membres de l’Union nationale et des membres du Mouvement Héritage et Modernité, demandant l’exclusion de la candidature du président sortant. De quoi rire de l’intelligence de ces gabonais qui croient que Pierre Péan a été objectif dans ses propos au sujet de la filiation nigériane du chef d’Etat gabonais. S’exprimant sur ce livre, deuxième du genre à l’encontre de la famille présidentielle gabonaise, Ali Bongo avait jugé diffamatoires les propos du journaliste controversé français.

« Le débat sur la filiation du chef de l’Etat n’a plus de place »

Rien n’y peut on continuera de voir des déclarations comme celle d’Alexandre Barro Chambrier. « Monsieur Ali Bongo Ondimba a estimé en 2009 qu’il avait produit un faux acte de naissance. A-t-il présenté ce même acte de naissance, ou a-t-il présenté un autre acte de naissance ? Nous ne pourrions cautionner une situation d’un personnage qui serait à la tête de l’Etat sans remplir les conditions », a affirmé le président du Mouvement Héritage et Modernité. Mais on retient aussi le propos d’une étudiante gabonaise résident à Accra au Ghana qui indique pour sa part que « le débat sur la filiation du chef de l’Etat n’a plus de place, ajoutant que les politiciens nous proposent autre chose du genre programme politique ou qu’ils arrêtent ça ».

Vers une réélection d’Ali Bongo

A moins de deux mois de la présidentielle d’août prochain, dix-huit candidats sont en lice pour ce scrutin tout à la faveur du chef d’Etat sortant. Avec les différents chantiers initiés dans le pays et notamment l’ambitieux projet Gabon Graine, qui vise l’autosuffisance alimentaire dans le pays, Ali Bongo Ondimba a ouvert la voie à la diversification de l’économie gabonaise fortement dépendante encore de son secteur pétrolier. Autant de raisons qui pourraient garantir la réélection du successeur d’Omar Bongo, décédé en juin 2009. Afrique Progrès Magazine

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire

Archives

« Janvier 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31