All for Joomla All for Webmasters
 

Tchad : Idriss Déby Itno réélu au grand dam de l’opposition partie sans stratégie à la conquête du pouvoir Spécial

Deux semaines après la présidentielle tchadienne, les résultats désarment l’opposition partie en rangs dispersés à cette élection. Au pouvoir depuis le début de l’année 1991, Idriss Déby, candidat à sa propre succession, se voit confié pour une cinquième fois consécutive les plus hautes charges de l’Etat.

Quelques tchadiens avaient cru à une surprise dans la présidentielle tchadienne du 11 avril dernier, hélas, l’inamovible Idriss Déby reste sans conteste l’homme de la situation. Avec un bilan très positif dans la lutte contre Boko Haram, une économie en santé pour ne pas dire en plein essor, le chef d’Etat sortant avaient toutes les cartes pour l’emporter devant une opposition partie en rangs dispersés à cette présidentielle. Résultat : Idriss Déby l’emporte face à ses adversaires sur le score fleuve de 61,56%. La course au fauteuil présidentiel s’arrête donc au premier tour avec cette écrasante majorité.

Cette réélection, cinquième depuis l’arrivée d’Idriss Déby au pouvoir début 1991, semble confirmer l’idée que l’Afrique est encore loin de commencer un véritable chantier démocratique à l’occidental. L’alternance, grand souci dans plusieurs pays de cette Afrique centrale, reste un problème majeur et cela bien que les anciens chefs d’Etat au pouvoir depuis une trentaine d’années tentent depuis une décennie à développer tant bien que mal leurs pays.

De toute façon aucun acte de mécontentement n’est venu accentuer le malaise de plusieurs tchadiens de voir Idriss Déby reprendre les commandes du pays. Tout se passe comme si pour le Tchad, il n’y a pas meilleur choix à faire devant une opposition qui manque cruellement d’idéal politique et démarche admirablement mal dans la conquête du pouvoir. Onésiphore Nembe / Afrique Progrès Magazine

Onésiphore NEMBE

Directeur de publication

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire