All for Joomla All for Webmasters
 
Le président du Nigéria, Muhammadu Buhari Le président du Nigéria, Muhammadu Buhari

NIGERIA : bilan prometteur d’un an au pouvoir de Muhammadu BUHARI Spécial

+++ Le 28 mars 2016, voilà une année que le général à la retraite Muhammadu BUHARI gagnait l’élection présidentielle au Nigéria, en battant démocratiquement l’ancien président, Goodluck JONATHAN. Son bilan est satisfaisant même si tout n’est pas parfait.

Principale promesse de BUHARI est la lutte contre Boko Haram, ce bras armé du groupe d’Etat islamique de l’Afrique de l’Ouest qui déstabilisait le pays ainsi que le Niger, le Tchad et le Cameroun. Ancien militaire, Muhammadu BUHARI a promis d’éradiquer le « mal » en décembre 2015.

Ce qui n’est pas le cas. Mais contrairement à sa prise de pouvoir en mai 2015, il n’y a plus qu’un seul Etat contre 14 (en mai 2015) sur les 39 Etats existants qui reste sous influence du groupe djihadiste. Soit un renversement de tendance avec de nouveaux concepts et styles dans la gestion militaire du nouveau régime. Parmi les changements notables, le transfert du quartier général des forces armées nigérianes à MAIDUGURI (capitale de l’Etat Borno sous influence des Boko Haram en 2015) et le changement des principaux chefs militaires. L’ancien chef d’Etat major du temps de Goodluck JONATHAN est même accusé de fraude.

Dans une récente vidéo de mauvaise qualité, le chef Boko Haram de la région, le fameux Abubakar SHEKAU évoque que sa fin était proche et lui d’implorer la clémence des autorités nigérianes pour tout le mal qu’il avait commis.

Au-delà de cet optimisme dans l’éradication de Boko Haram, la lutte contre la corruption est un élément palpable de la première année du pouvoir BUHARI. La traque contre les crimes économiques à travers une série d’arrestations sur ordre du président est chose réelle, mais la condamnation, c'est-à-dire les décisions de justice semblent traîner.

La dernière en date est le détournement des fonds aux Emirats Arabes Unis auquel est impliqué 7 gouverneurs et 6 anciens ministres. Suite à un accord signé avec les autorités des Emirats en janvier 2016, Muhammadu BUHARI a pu rapatrier le 26 mars 2016 de DUBAI, la totalité de somme détournée, environ 200 milliards $. Le président de l’agence fédérale de lutte contre les crimes économiques et financiers de Nigéria (EFCC) lui-même est pointé du doigt par le nouveau régime et limogé.

Une autre affaire en est le limogeage en juillet 2015 du Conseiller à la Sécurité nationale de l’ex-président, Sambo DASUKI faisant l’objet de détournement d’environ 330 millions € à travers des contrats fictifs. Huit autres personnalités du pays ont été mises en détention, soupçonnés de malversation financière dans le programme d’amnistie des anciens rebelles du delta du Niger.

James RAMAROSAONA
(Paris, 28/03/2016)

James RAMAROSAONA

Journaliste Indépendant Spécialiste de l'Afrique
Ancien Président de l'Ordre des Journalistes de Madagascar
jramarosaona@hotmail.com
FRANCE

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire