All for Joomla All for Webmasters
 

TCHAD : les frères de ZOUHOURA menacés Spécial

+++ La jeune tchadienne ZOUHOURA victime de viol des fils des dignitaires du régime, présente le 18 mars 2016 dans l’après-midi à la salle de conférence de SIDI, 12 rue Guy de la Brosse PARIS devant la presse son témoignage, sur qui lui est arrivée le 8 février. Ses frères sont de en plus menacés.

En France depuis le 14 mars 2016 « pour être mieux protégée, car au Tchad ma sécurité (celle de ZOUHOURA) n’est pas assurée », elle persiste à ce que « Justice soit faite ». « J’étais victime d’un viol collectif organisé systématiquement par les enfants des dignitaires du régime du président Idriss DEBY, qui jouissent de liberté totale de détenir illégalement d’armes à feu (…) pour intimider des filles » éclaire la conférencière.

Le fils du ministre des Affaires Etrangères du gouvernement tchadien et les fils des généraux visés pour auteurs de cet acte se croient comme impunis, à défaut d’une affaire en cours.

Cette conférence est aussi une opportunité pour ZOUHOURA de rendre hommage à toutes les femmes victimes de viol et qui sont restées dans l’anonymat : « Stop aux viols des femmes et filles au Tchad ». Elle n’omet pas de remercier les organisations épris de paix, de justice et des libertés qui ont manifesté de solidarité envers sa cause, dont Regards de Femmes, FIDH et Amnesty International.

Cette mobilisation ayant l’allure internationale met les autorités tchadiennes dans l’émoi. Mis à part la parodie de la justice dans cette affaire, mais il y a abus et excès de pouvoir visant des membres de la famille de la jeune ZOUHOURA. Après son départ de N’DJAMENA, ce sont ses frères qui sont actuellement harcelés.

Le général Moussa Haroun TIRGO, ancien DG de la Police menace le 15 mars 2016 d’arrêter les deux frères de ZOUHOURA, Lol Mahamat YESCO et Anour YESCO. Ils ont été convoqués par la Police et ramenés au bureau du Procureur où l’attendait le général TIRGO. Devant le Procureur, il demandait l’arrestation des frères de ZOUHOURA, sous prétexte qu’ils ont tenté de tuer son fils. Du n’importe quoi !

James RAMAROSAONA
(Paris, 18/03/2016)

James RAMAROSAONA

Journaliste Indépendant Spécialiste de l'Afrique
Ancien Président de l'Ordre des Journalistes de Madagascar
jramarosaona@hotmail.com
FRANCE

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire

Archives

« Février 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28        

Commentaires