All for Joomla All for Webmasters
 
Le président sud-africain Jacob Zuma, lors de son discours sur l'Etat de la Nation, le 11 février 2016 devant le parlement à Cape Town. Le président sud-africain Jacob Zuma, lors de son discours sur l'Etat de la Nation, le 11 février 2016 devant le parlement à Cape Town.

Afrique du Sud : Jacob Zuma visé une nouvelle fois par une motion de défiance Spécial

  • 02 mars, 2016
  • Écrit par 
  • Publié dans SOCIETE
  • Lu 524 fois
  • Évaluer cet élément
    (2 Votes)

Alors que le chef d’Etat sud-africain fait face depuis plus d’une année aux velléités d’une opposition décidée à le faire quitter le fauteuil présidentiel avant la fin de son mandat, c’est le parlement national qui vient de rejeter une motion de défiance déposée par l’Alliance démocratique (DA), principal formation d’opposition.

Visé par l’opposition depuis plus d’une année, Jacob Zuma vient d’échapper à une nouvelle motion de défiance, la troisième en moins d’une année. C’est le rejet de la motion par le parlement qui a permis au chef d’Etat d’échapper cette fois encore. Il faut avouer que sans le soutien de la majorité présidentielle, le président sud-africain se retrouvait dans une situation des moins envisageables pour une personnalité politique.

On sait en tout cas que la motion de défiance déposée ce mardi 1er mars 2016, émanait de l’Alliance démocratique (DA), principal parti d’opposition dans le pays.

Avec le limogeage en quatre jours de deux de ses ministres, Jacob Zuma s’est attiré les foudres de toute l’opposition. La conséquence de ces limogeages s’est fait ressentir aussi sur le plan international, avec notamment l’abaissement de la note souveraine de la République sud-africaine par les agences de notation.

Certains leaders ont crié leur ras-le-bas face à ce qu’il considère comme une incapacité de Jacob Zuma à conduire la nation sud-africaine. Via son compte twitter, Mmusi Maimane, leader de l’alliance démocratique, a fait savoir que « Zuma est inapte à conduire l’Afrique du Sud ».

Considérant le pourcentage des parlementaires du Congrès national africain (ANC), parti du chef de l’Etat, 62% des sièges au Parlement, il n’est pas certain qu’une motion de défiance contre le chef d’Etat passera. Mais pour un chef d’Etat, il est peu confortable d’être au cœur de la critique de façon intempestive. Puisque rappelons-le, en septembre dernier une motion de défiance avait été émise toujours par l’opposition. Dieu sait si une nouvelle motion ne va pas survenir à l’issue de l’affaire Nkandla. Dans ce dossier en justice actuellement, Jacob Zuma est invité à rembourser une partie des 20 millions d’euros d’argent publics dépensés pour la rénovation de sa résidence privée. Neones.AFPmag

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire

Archives

« Janvier 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31