All for Joomla All for Webmasters
 
Faustin Archange Touadera lors du second tour de l'élection présidentielle centrafricaine, le 14 février, à Bangui. Faustin Archange Touadera lors du second tour de l'élection présidentielle centrafricaine, le 14 février, à Bangui.

Qui est Faustin-Archange Touadéra, le nouveau président de Centrafrique ? Spécial

Fils d’une famille de 10 enfants, né à Bangui, dans le quartier populaire de Boy-Rabe, ce mathématicien de formation vient d'être élu, à 59 ans, Président de la République Centrafricaine (RCA).

Selon les résultats du second tour de la présidentielle publiés par la présidente de l’Autorité Nationale Électorale (ANE), Madeleine Nkouet Hoornaert, l'ancien Premier ministre Faustin-Archange Touadéra a obtenu 695 059 voix (62,71%) contre 413 352 (37,29%) pour son rival, Anicet-Georges Dologuélé. Ces résultats doivent encore être validés par la Cour constitutionnelle de transition dans un délai de quinze jours.

Contrairement à ce second tour, Dologuélé, un des favoris parmi 30 candidats en lice, était arrivé en tête du premier tour (23,78%) le 30 décembre dernier. Le score de Touadéra (19,42%), candidat indépendant qui a fait une campagne discrète avec moins de moyens financiers que son adversaire, avait été la grande surprise du premier tour. Et la surprise a continué avec son élection à la magistrature suprême du pays.

M. Touadéra a été pendant cinq ans Premier ministre (2008-2013) de l’ancien président François Bozizé, renversé en 2013 par un coup d’Etat.

Lui aussi la crise centrafricaine ne l’a pas épargné. En 2014, il s’est réfugié sur une base des casques bleus, où il a passé six mois avant de prendre un avion pour la France et s’installer à Lille, où sa femme et ses trois enfants résident toujours.

Ancien recteur de l'université de Bangui, il est généralement perçu comme un homme humble et intègre. Il a continué d’enseigner les mathématiques même lorsqu’il était à la tête du gouvernement. « Si c’est possible, je continuerai même en étant président, dit-il. Il y a un tel besoin de professeurs…»

Taciturne, discret, peut-être un peu trop, l'homme a su tout au long de sa carrière s'appuyer sur des réussites tangibles. C'est sous son mandat de premier ministre qu'il a bancarisé les salaires des fonctionnaires. Une action qui est restée gravée dans la mémoire des Centrafricains qui voient en lui un financier compétent.

Faustin-Archange Touadéra est désormais chargé de redresser l’un des pays les plus pauvres de la planète qui a sombré dans le chaos après les tueries intercommunautaires de 2013-14. « C’est sur les actes qu’il faudra juger», aime-t-il répéter.

Issu de la société civile, il va avoir la lourde tâche de renouer avec le peuple et d’engager une réelle réconciliation entre les communautés, avant même de s'atteler à la reconstruction du pays.

A l'annonce des résultats du second tour, le candidat perdant, Anicet Dologuélé a dénoncé des fraudes. « Un système de fraudes massives orchestrées à plusieurs niveaux avec l'implication ostentatoire des pouvoirs publics », a déclaré M. Dologuélé le soir de l’annonce des résultats, tout en jouant la carte de l'apaisement, en appelant ses militants au calme : (...) Pour la paix je fais le choix de respecter le résultat provisoire publié par l'ANE (...) J'invite mes militants, sympathisants et alliés à garder le calme ». Ainsi, il n’introduira pas de recours.

De son coté, le président fraîchement élu a lancé à l'adresse des électeurs centrafricains devant la presse : "De manière souveraine, en toute liberté et en toute transparence, vous avez décidé de me confier la charge de la présidence de la République (…) Je vous remercie de m'avoir fait ainsi confiance. Croyez bien que je mesure le poids de la charge que vous venez de me confier".

Touadéra a également appelé au rassemblement : « Centrafricains de toutes les régions, de toutes les religions, des différents statuts sociaux, de tous les secteurs d’activités, de toutes les générations, nous allons transformer notre pays en un vaste chantier offrant des opportunités d’emplois aux jeunes, créant des richesses pouvant être redistribuées de manière équitable. » Afrique Progrès Magazine

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire

Archives

« Février 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28        

Commentaires