All for Joomla All for Webmasters
 
Des manifestants défilant contre la hausse du prix d'électricité, le 8 février 2016 à Lagos. Des manifestants défilant contre la hausse du prix d'électricité, le 8 février 2016 à Lagos.

Nigeria: les syndicats face à la hausse de 45% des prix de l’électricité Spécial

Au Nigéria où l’électricité vient de connaître une augmentation de 45% de son prix de base, syndicats et autres organisations se sont mobilisés dans les principales villes du pays ce lundi 8 février. Objectif de cette mobilisation, faire changer d’avis au gouvernement qui se justifie par le souci d’améliorer la production et la distribution d’électricité dans le pays.

Moins de huit mois après l’arrivée au pouvoir de Muhammadu Buhari, c’est le prix de l’électricité qui fait bouger les grandes villes nigérianes. En hausse de 45%, le prix de l’électricité a suscité de vives critiques dans le pays au point que plusieurs syndicats sont sortis ce lundi 8 février pour manifester.

La manifestation aura été pacifique dans l’ensemble, mais les craintes d’un retour des manifestants dans les rues sont fortes encore. Selon Ayuba Wabba, le chef du Congrès nigérian du travail au micro de nos confrères de Channels TV, « C'est la cinquième augmentation de suite en l'espace de quatre ans depuis 2012. Le niveau de cette hausse de prix est indécent. C'est inacceptable. Cela va toucher les grandes industries, toutes les petites et moyennes entreprises. Et même les particuliers. Nous réclamons que chaque consommateur soit doté d'un compteur. Car les gens doivent pouvoir payer pour ce qu’ils consomment réellement. Et ne plus payer dans le vide alors qu'ils n'ont pas de courant. »

Côté gouvernement on justifie cette excroissance du prix par le souci d’améliorer la production et la distribution d’électricité. Le ministre de l’énergie, Babatunde Fashola, reconnait de toute façon « que cette mesure est impopulaire, mais c'est le seul moyen pour améliorer la production et la distribution partout au Nigeria ».

Avec la perte de 70% des recettes du secteur pétrolier en berne depuis deux ans, le Nigeria est amené aujourd’hui à revoir les prix dans certains secteurs. Après le carburant qui a connu une hausse significative due à la diminution des subventions de l’Etat, c’est le secteur de l’électricité qui fait polémique. Rappelons sur cette question que le programme énergétique du régime actuel demande des milliards de dollars que le régime ne dispose pas forcément. AFPmag

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire